À la une En ville

Le buzz de la semaine
/ Alexandre Benalla sort du bois

Un article du JSD publié sur son site la semaine dernière a fâché l’ex-Monsieur sécurité du président Macron. M. Benalla a donc rappelé le média local et a donné quelques éléments de réponse à sa présence répétée à Saint-Denis.
L'ex monsieur sécurité du Président, Alexandre Benalla a été aperçue entre autres devant la Basilique mardi 10 septembre.  © DR
L'ex monsieur sécurité du Président, Alexandre Benalla a été aperçue entre autres devant la Basilique mardi 10 septembre. © DR

MISE A JOUR : Alexandre Benalla, vraiment candidat à Saint-Denis ?
« Etre dyonisien, ce n’est pas être né à Saint-Denis, c’est y renaître ». Voilà comment se présente désormais Alexandre Benalla sur sa bio Twitter. L’ancien garde du corps du président Emmanuel Macron qui laisse courir la rumeur d’une possible candidature aux élections municipales de 2020 à Saint-Denis a posté mercredi 2 octobre sur le réseau social, un photomontage de sa tête dans un corps d'homme en tenue de maire. « Mars 2020… not @legorafi », précise t-il dans son tweet décoré de trois drapeaux français. 
 

Alexandre Benalla est furieux. Au téléphone, l’ex-Monsieur sécurité d’Emmanuel Macron s’énerve, menace de poursuites judiciaires le JSD, « un journal militant ». « J’ai eu la terre entière contre moi, s’agace-t-il. « Maintenant, j’entame systématiquement des actions en justice [contre les journalistes] ». « Ce ne sont pas des menaces », précise-t-il. Même si quelques instants auparavant, il avait lancé : « Vous allez apprendre à lire une décision de justice ! »

Les raisons de la colère d’Alexandre Benalla ? Vendredi 27 septembre au soir, vers 19h30, le Journal de Saint-Denis a publié sur son site lejsd.com un article sur les pérégrinations de l’ex-conseiller du président de la République à Saint-Denis. Une demi-heure après cette mise en ligne, le jeune homme de 28 ans décroche illico presto son téléphone portable.

Pourtant, le JSD a tenté de le joindre à plusieurs reprises, après la publication d’une brève dans ses colonnes la semaine précédente. Alexandre Benalla avait promis une rencontre qui n’aura finalement jamais lieu. « Je fais des courses avec ma femme, je vous rappelle… », fut le dernier échange avec l’ancien conseiller, mardi 24 septembre, qui malgré une dernière relance ne rappellera pas le JSD, avant vendredi dernier donc. « Vous ne m’imposez pas une interview », se défend celui qui travaille désormais dans la sécurité privée.  
 

Municipales de mars 2020

Au cœur des interrogations, les intentions de l’ancien chargé de mission de l’Élysée pour Saint-Denis. Le JSD a notamment retracé sa journée du mardi 10 septembre. Ce jour, à 8h30, celui qui est par ailleurs mis en examen pour violence volontaire en réunion et port et détention non autorisée d’armes déambule dans le centre-ville de Saint-Denis. Costume bleu, bien rasé, accompagné d’un photographe et d’un autre homme qu’il a présenté comme son conseiller à un commerçant, Alexandre Benalla se rend d’abord à la basilique, place Victor-Hugo. Des passants reconnaissent l’homme âgé de 28 ans. Ils n’en croient pas leurs yeux, l’ex-homme de confiance de Macron, dont le visage a fait le tour des chaînes de télévision, se balade à Saint-Denis.

« Mais que vient-il faire ici ? Cela m’a choqué qu’il se montre à Saint-Denis, raconte un agent municipal, alerté de la présence de Benalla par un cafetier. Après Jawad Bendaoud, Tariq Ramadan, voilà Alexandre Benalla. On a la dream team à Saint-Denis », se moque-t-il. Cette citation – jugée diffamante par l’ex-Monsieur sécurité – l’a fait sortir de ses gonds. « Il a été pris en photo par son photographe avec la mairie en arrière-plan », a rajouté un autre témoin direct de la scène.

Selon plusieurs marchands, Alexandre Benalla a abordé la question des élections municipales de mars 2020. Évoquant l’hypothèse d’une « liste citoyenne », d’après un cafetier. « Il m’a dit que Saint-Denis avait une mauvaise réputation et qu’il voulait redorer l’image de la ville grâce aux habitants des quartiers », a continué cet homme. Selon un autre commerçant, il s’était déjà précédemment montré à plusieurs reprises sur le marché. Il y a plus d’un mois, en août, il s’est même rendu dans un bar chicha du centre-ville, selon un habitué des lieux, pour qui Alexandre Benalla avait l’air de connaître Saint-Denis. 
 

« Dans la vie un homme a trois vies »

Le 10 septembre, après avoir fait un tour du marché, il s’est rendu vers 10h30 à Franc-Moisin. « Tout le monde était choqué d’entendre qu’il était venu au quartier ! », n’en revient pas une locataire, qui souhaite garder l’anonymat. Selon des témoignages, il semblait découvrir ce quartier populaire. Mais contrairement à ce qu’il avait affirmé dans un premier temps au JSD, sa compagne, Myriam B., âgée de 34 ans, serait inconnue dans le quartier et aucun membre de sa belle-famille n’y habiterait aujourd’hui. A-t-elle un jour vécu à Franc-Moisin ?

« Ma femme a grandi jusqu’à l’âge de 14 ans à Franc-Moisin. Puis elle a bougé à Stains », nous a affirmé Alexandre Benalla, vendredi 27 septembre, s’engageant à le démontrer. Il a aussi réfuté habiter à Paris, même si, selon nos informations, sa famille est domiciliée dans la capitale. 

Veut-il s’engager politiquement à Saint-Denis ? L’ex-conseiller de Macron laisse planer le doute. « Dans la vie un homme a trois vies », nous dit-il. « Une vie personnelle », une « professionnelle » et puis un « engagement citoyen ». « Il y a des gens qui me demandent de les aider dans leur engagement, leur mobilisation [pour] les inscriptions sur les listes électorales. Et je vais le faire. Je vais m’engager », assure-t-il.

Moqué sur Facebook, vendredi soir peu après la publication de l’article, Alexandre Benalla a vilipendé le « communisme [qui] a ruiné cette ville, l'a rendu sale et insécurisée ». Il a voulu aussi tourner en dérision le meeting de Laurent Russier sur Twitter, là où l’ex-conseiller a pris l’habitude de lancer des clashs et de faire le buzz.

Aziz Oguz et Yann Lalande

Réactions

@Le Jsd - Je ne comprends pas très bien l'intérêt qu'il y a à multiplier des articles sur ce Monsieur sulfureux et nocif pour notre ville !
Quel toupet Aucun scrupule
Bonjour. Je comprends de faire du buzz autour d'Alexandre Benalla pour le coté people mais il aurait été plus intéressant et plus équitable de faire un article sur la réunion publique de Bally Bagayoko qui s'est tenu en même temps que celle du maire sortant... Après tout est une question de priorité. N'est ce pas?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur