Portrait

Albert Mauriac : le KO, connaît pas

Mine de rien, le paysage pugilistique de Saint-Denis a connu cet été un séisme. Albert Mauriac est parti. Après quarante-sept ans de (très) bons et (toujours) loyaux services. Un peu amer, il reste cependant étonnamment jeune, de silhouette et de caractère. À 77 ans, il n’est pas encore temps pour lui de se reposer. Il faut dire qu’il a consacré sa vie à sa passion, la boxe, et qu’il entend bien continuer. Né à Paris en 1932, il grandit à Clichy, où il vit toujours. Un père cheminot, une mère couturière, le petit Albert est passionnée de sports. Il achète L’Auto (l’ancêtre de L’Équipe) tous les jours, pour le vélo et, surtout, la boxe. Il suit la carrière de Jean Despeaux, champion olympique en 1936, puis de son idole, Marcel Cerdan. « Je l’ai rencontré une fois. Il était très gentil et m’a encouragé. À 16 ans, ça marque ! », se souvient-il. Car Albert ne se contente pas de lire les exploits des boxeurs dans la presse, il pratique, assidument. « J’étais épais comme un haricot, sourit-il, alors j’étais plus styliste que puncheur. J’avais un bon jeu de jambes… »
Vainqueur du critérium de L’Équipe, double champion de Paris, demi-finaliste et finaliste du championnat de France, finaliste du championnat d’Afrique du Nord militaire… En 80 combats, il ne connaît que 12 défaites. Si bien qu’en 1956, il passe professionnel. Tout va pour le mieux quand un méchant accident de scooter lui brise le fémur. « Alors que j’étais sélectionné en équipe de France pour les championnats du monde travaillistes… » Hospitalisé à Saint-Denis, le moral à zéro, il se bat un an durant pour remonter sur le ring. « Mais je n’ai jamais retrouvé ma mobilité d’avant. Ce n’était plus pareil alors j’ai arrêté. À 23 ans. »
Il devient monteur d’ascenseurs, puis professeur d’électrotechnique en lycée professionnel. Et passe ses diplômes pour devenir entraîneur. À Levallois, une saison, puis à Saint-Denis dès 1962. Où il a élevé pas mal de champions. Il cite en vrac Tayeb Mehoued, Amado Farias, Hadi Zitouni, plus récemment Mehdi Azri, Maxime Larine, Kamel Amrane, « passé à côté d’une grande carrière », regrette-t-il. Et puis, bien sûr les frères Tiozzo. « Franck, l’aîné, a fait toute sa carrière avec moi », souligne-t-il. Sa grande fierté : avoir été élu meilleur entraîneur d’Europe par un jury international de journalistes en 1984. « Et avant la médaille d’or de Christophe aux JO ! »
On pourrait croire qu’aujourd’hui la vie d’Albert Mauriac paraisse un peu fade. Mais l’homme est toujours combatif et n’entend pas remiser les gants. Il se consacre à l’entraînement d’un seul boxeur, en qui il croît fermement : Christopher Rebrassé, lui aussi ex du Sdus. « À 23 ans, c’est un véritable espoir. Aussi longtemps que je pourrai donner la leçon… C’est ça qui me tient, c’est un art. On sent le boxeur, on communie avec lui, c’est là où on voit s’il est fort. » Et puis il travaille à l’écriture d’un livre : « Ma vie en douze chapitres, comme autant de rounds », sourit-il. Le dernier coup de gong n’est pas prêt de retentir...

Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur