À la une Cultures

Idir
/ Adieu à l'ami de Saint-Denis

Humaniste, humble, brillant, un géant de la musique d’une simplicité déconcertante, voilà ce qu’évoque Idir pour sa grande famille de fans. Le chanteur kabyle est décédé à l’âge de 70 ans samedi 2 mai à Paris des suites d’une maladie pulmonaire et laisse derrière lui un héritage incommensurable. Sa poésie a su fédérer des générations d’Algériens et de Français, tout en rendant hommage à sa Kabylie, ses montagnes, son peuple. Il avait fait de « A Vava Inouva », son titre le plus célèbre sorti en 1976, un hymne qui l’avait immédiatement propulsé sur la scène internationale. Sa capacité à réunir s’étendait aussi à la musique, Idir savait s’entourer d’artistes d’horizons et d’âges divers comme Alan Stivell, Maxime Leforestier, Francis Cabrel, Bernard Lavilliers, Souad Massi en témoigne également son album La France des Couleurs (2007) auquel ont contribué Tiken Jah Fakoly, Sniper, Akhenaton, Oxmo Puccino ou encore Grand Corps Malade. Le slameur dionysien lui avait même écrit « Lettre à ma fille ». Idir avait donné plusieurs concerts à Saint-Denis qu’il considérait comme « un petit coin de Kabylie », se souvient Salah Khemissi, un ami de longue date du chanteur. Emu, le responsable de la salle de la Ligne 13 partage à la volée des tonnes de souvenirs conservés dans un coin de son cœur. « Le premier concert que j’ai organisé avec lui c’était à Montreuil. C’était un concert pour les femmes algériennes qui avaient perdu leur mari pendant les années noires. Il était venu avec ses musiciens. On n’avait pas une thune… A un moment, je lui demande comment on allait pouvoir faire pour le payer, il m’a répondu : Tu sais quoi il parait qu’il y a un couscous maison, tu nous sers un bon couscous avec du rosé ou un Sidi Brahim et c’est parfait. »

Idir est venu chanter une première fois à Saint-Denis lors de la première édition Yennayer (nouvel an berbère) il y a 14 ans, avant de revenir pour la fête de Saint-Denis et à la fanzone installée au parc de la Légion d’Honneur pendant l’Euro 2016. « Je me souviens qu’en 2016, Idir était déjà fatigué mais une fois sur scène il se transformait. C’était quelqu’un capable de chanter deux heures. C’était un monstre, raconte Salah qui avait été l’artisan de sa venue à Saint-Denis. Dans ses comptines, tu te retrouves dans les montagnes kabyles. Ce sont des scènes de vie de la Kabylie. Idir nous reliait à l’Algérie comme Rachid Taha et Djamel Allam… Surtout, Idir faisait consensus auprès de la majorité des Algériens ». Percussionniste à ses côtés durant près de 13 ans, en studio comme en concert, Rabah Khalfa abonde dans son sens. « Pour les Algériens c’était un membre de la famille, la chanson A Vava Inouva, il n’y a pas un algérien qui ne la connaisse pas », affirme celui qui accompagnait Idir à la darbouka et au chant. Le percussionniste est également dionysien, et ce n’est peut-être pas un hasard si l’un de ses plus beaux souvenirs remonte à ce fameux Euro 2016. « Ce n’était pas prévu du tout, il m’avait proposé de jouer et je lui avais dit d’accord mais pour une seule chanson, il m’a dit non, pour tout le concert ! Cela été l’un des plus beaux concerts de ma vie. Dans la foule il y avait des générations très différentes, c’était incroyable ».

Réactions

Une pensée pour Mr IDIR, un artiste, homme de culture et de dialogue.
Bel hommage un grand Monsieur de la musique Un chanteur sui réussir in tour de force extraordinaire de réunir les communautés autour d'un projet le partage la joie et l'Amour il va nous manquer

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur