À la une En ville

Grève des chauffeurs
/ Accord signé, CTM débloqué

Alors qu’un accord a été trouvé entre les chauffeurs de cars et la municipalité, un nouveau mouvement social entamé vendredi 29 mars par des agents du service événementiel a manqué paralyser de nouveau le CTM.
Jeudi 28 mars, un accord a été trouvé entre les chauffeurs de cars et la municipalité.
Jeudi 28 mars, un accord a été trouvé entre les chauffeurs de cars et la municipalité.

La sortie de crise est bel et bien actée. Jeudi 28 mars, à l’issue d’une période de médiation, un protocole d’accord sur la sortie de grève des chauffeurs de cars a été signé par l’intersyndicale – Force ouvrière et Sud Solidaires – les six agents grévistes et le maire Laurent Russier. Sur l’un des principaux points de discorde, qu’était le paiement des heures supplémentaires de travail des chauffeurs, jusqu’aux 25 h légales par mois, il a été décidé qu’elles seraient toujours rémunérées « à l’équivalent de ce qui se faisait les trois dernières années », a expliqué Nathalie, du syndicat FO.

Pour atteindre cet objectif, la commune a approuvé la mise en place de plus de week-ends de travail « sur la base du volontariat » pour ces salariés aux conditions de travail spécifiques mais « dans le cadre des besoins de service public ». Surtout, à la suite de la demande de mutation d’un des huit chauffeurs de cars que compte au total le service roulage, les agents garderont le même niveau d’activité que les années passées. Un agent en moins dans le service leur permettant d’effectuer plus d’heures supplémentaires. « Cet accord permet aux chauffeurs d’être tranquilles pendant deux ans, mais cela peut être renégocié à l’issue de ces deux ans », a détaillé Nathalie.

LIRE AUSSI : Grève des chauffeurs du CTM : intervention de la police municipale
 

Fin du blocus en deux temps

 L’épilogue « heureux » de ce conflit qui aura duré deux mois et cinq jours a bien failli être de courte durée. Vendredi 29 mars, des salariés du service événementiel ont décidé de débuter une nouvelle grève et de mettre en place un blocus au Centre technique municipal. Face à la situation, la Ville avait décidé de suspendre le protocole d’accord signé la veille avec les chauffeurs de cars et les organisations syndicales et « demandé à ce qu’un référé soit adressé au tribunal » pour mettre fin au blocage. Mais « samedi 30 mars, la levée de ce nouveau blocage a été constatée », a indiqué la mairie dans un nouveau communiqué lundi 1er avril. Selon FO, la nouvelle grève a également été levée. Au CTM, le travail a repris son cours.

Yslande Bossé

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur