Cultures

93 visions d’artistes contemporains au musée

Peintures, photos, dessins, vidéos, sculptures… \"Ce que j’ai sous les yeux\" rassemble 93 œuvres d’une trentaine d’artistes du fonds d’art contemporain du conseil général de la Seine-Saint-Denis.

Depuis 1986, le conseil général de la Seine-Saint-Denis constitue une collection d’art contemporain qui rassemble aujourd’hui près de 1?800 œuvres d’artistes français et étrangers. Jusqu’au 25 janvier 2010, le musée d’art et d’histoire de Saint-Denis présente une exposition, Ce que j’ai sous les yeux, composée de… 93 œuvres d’une trentaine d’artistes issues de cette collection publique.

Peintures, photos, dessins, vidéos, sculptures, installations se succèdent dans les différents lieux du musée qui les accueillent. Dès le cloître, trois vidéos composent une sorte de vestibule de l’exposition en forme de passage entre l’ancien, immobile et immuable, et le moderne, animé et éphémère. La salle du Chapitre, au rez-de-chaussée, s’ouvre sur une vidéo de Sarkis, montrant comment, de la tache, naît la peinture.

Dans cette salle, six dessins de l’illustrateur anglais Glen Baxter (Six façons de se débarrasser de ses pellicules) à l’humour délicat et décalé voisinent avec des photos de ceux qui étaient là avant le Stade de France, de Marc Pataut, et avec les grands formats de rugbymen en civil et sans ballon d’Edouard Levé. Dans un coin, trois Sainte Agathe pleines de grâce d’Ernest Pignon-Ernest semblent rêver.

Glen Baxter ou Ernest Pignon-Ernest

La tribune de Mesdames, au second étage, s’ouvre elle aussi sur une vidéo de Sarkis, toujours sur le thème la naissance de l’œuvre. De grands formats clairs et colorés éclaboussent l’espace d’où ressortent les petites aquarelles d’Agathe Rochette, fines déclinaisons de rouges tendres.

Enfin, la Chapelle des carmélites accueille cinq vidéos. Parmi celles-ci, la plus étonnante et subtile est l’œuvre de Simon Quéheillard, qui a conçu Ce que j’ai sous les yeux (qui a donc donné son titre à l’expo). Il oriente sa caméra au sol, dans les rues de Paris. Un jeune homme verse de l’eau et la flaque devient alors miroir mouvant aux reflets lentement animés, donnant ainsi naissance à des paysages surréalistes.

Michel Blazy, lui, avec Le Multivers, nous offre une plongée fascinante et fantastique au cœur de la matière organique en lentes mutations. Cette exposition montre une belle diversité de talents d’aujourd’hui et contribue à faire connaître un art contemporain original et finalement bien plus proche qu’on pourrait le croire.

Benoît Lagarrigue

Ce que j’ai sous les yeux jusqu’au 25 janvier 2010 au musée d’art et d’histoire, 22 bis, rue Gabriel-Péri. Les lundi, mercredi et vendredi de 10?h à 17?h?30, le jeudi jusqu’à 20?h, samedi et dimanche de 14?h à 18?h?30. Fermé le mardi et les jours fériés. Tarifs?: 5 et 3 €. Tél.?: 01?42?43?05?10.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur