En ville

Cantine
/ 7 000 familles concernées par les chèques alimentaires

(c) Yann Mambert
(c) Yann Mambert

Sur les 10 500 enfants fréquentant les cantines des écoles primaires et maternelles de la ville avant le confinement, la moitié profitait d’un repas facturé moins d’1€ selon la collectivité. Un coût souvent bien inférieur aux repas pris à la maison. En réponse, mardi 21 avril, la municipalité annonçait offrir une aide exceptionnelle, sous forme de chèques alimentaires, aux familles dont les enfants mangent à la cantine.

« Avec les mesures de confinement, les familles dionysiennes sont confrontées à des charges accrues et pour bon nombre d’entre elles à des baisses de revenus. Il est donc urgent de les aider. Pour cela, la Ville met en place des chèques alimentaires, d’un montant de 60, 90 ou 130 euros selon leur quotient familial. Cette aide exceptionnelle concerne presque toutes les familles ayant inscrit leurs enfants à la restauration municipale. »

LIRE AUSSI : Chèques alimentaires pour les plus modestes 

Les chèques sont attribués par enfant. Une famille avec plusieurs enfants scolarisés peut donc bénéficier de plusieurs chèques. Ils vont être remis aux 7000 familles concernées du 18 au 22 mai dans 7 sites qui seront communiqués par courrier. Coût estimé de la mesure par la Ville : 1 million d’euros. Une somme qui dépasse les simples économies réalisées avec la fermeture des cantines. La Ville n’est pas seule à faire le choix de soutenir les familles les plus modestes.

Le 15 avril, le gouvernement précisait les contours d’une aide financière. Elle a été versée automatiquement début mai aux bénéficiaires du RSA et de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS). Son montant a été fixé à 150 euros par foyer, plus 100 euros par enfant à charge. Les familles qui ne bénéficient ni du RSA ni de l’ASS, mais qui touchent des aides au logement, ont perçu 100 euros par enfant. Coût estimé de la mesure : 1 milliard d’euros pour l’État. Dans la même veine, le Département de Seine-Saint-Denis s’est engagé à verser une aide de 60 euros par collégien, dont les repas à la cantine étaient facturés entre 0,31 et 2,50€. 25 000 élèves sont concernés. L’aide a été versée fin avril. Coût de la mesure 1,5 million d’euros.

Yann Lalande 

Réactions

Malheureusement des familles bien qu'ayant leurs enfants inscrits à la cantine mais qui par oubli ou manque de temps n'ont pas réalisé de quotient familial (et donc soumis de fait au tarif le plus élevé) ne bénéficient pas du bon alimentaire de 60€. Par contre des familles ayant un quotient mais dont les enfants ne mangent pas à la cantine en bénéficient. La Mairie n'est plus à une contradiction prêt.... L'intention est louable mais la réalisation est une fois de plus catastrophique !
Je confirme qu'il faut juste inscrire son enfant à la cantine. Même pas besoin d'y aller pour pouvoir bénéficier du bon . On croit rêver !! Ceux qui n'ont pas de quotient doivent passer leur chemin... Et quand on fait remarquer à un élu ou aux personnels administratifs l'incongruité, on vous répond qu'on est des piques assiettes ! Hallucinant ! Saint-Denis : "L' humain d'abord"
Très étonnant en effet que "cette aide concerne presque toutes les familles ayant inscrit leur enfant à la restauration municipale" aucun tri n'a été fait , coût 1 million c'est une opération qui semble démagogique.