En ville

Partenaires pour la ville
/ 22 ans de médiation

Depuis 1997, la petite structure PPV s’est fait une place d’acteur incontournable de la médiation sur le territoire.
En 2017, l’association comptait 54 salariés pour 43 équivalents temps plein © Yann Mambert
En 2017, l’association comptait 54 salariés pour 43 équivalents temps plein © Yann Mambert

Alors que l’association fêtera ses 22 ans d’existence en juillet, Partenaires pour la ville (PPV) 93 est devenu un acteur incontournable de la médiation sur le territoire. La petite structure dionysienne a bien grandi. PPV a vu le jour en 1997, fruit d’un partenariat entre la Ville de Saint-Denis, la SNCF, la RATP, EDF, GDF et l’université Paris 8.

« L’association a été mise en place grâce au dispositif des emplois-jeunes [contrats aidés] », explique son président Jean-Paul Espié. « PPV, c’était une alternative aux “grands frères”, une manière de professionnaliser des jeunes dans les métiers de la médiation », continue-t-il. Les médiateurs de Partenaires pour la ville devaient notamment intervenir dans les transports en commun et l’espace public.

Mais au fur et à mesure, les missions se sont élargies : traversées aux abords des écoles de Saint-Denis, mission de tranquillisation dans les quartiers d’activités de Pleyel et de la Plaine, intervention autour et à l’intérieur des établissements scolaires, accompagnement des usagers dans les agences de la Poste et à la Caisse d’allocations familiales, accès aux droits des personnes vulnérables, médiation sociale auprès des résidents des foyers Adoma, atelier contre la fracture numérique…

Désamorcer les conflits 

En 2017, l’association comptait 54 salariés pour 43 équivalents temps plein. PPV a un budget d’environ 1,5 million d’euros, financé grâce à des subventions et des prestations de service. Elle compte près d’une cinquantaine de financeurs différents, principalement la Ville, la Caf, la Poste ou EDF, mais aussi de plus petits contributeurs comme Generali, Orange ou Vente-privée (devenue Veepee). Mais l’association a traversé une « période charnière et compliquée » à la fin des années 2000 quand la RATP a arrêté son partenariat avec elle. « On a dû licencier 20 médiateurs, soit pas loin de la moitié des effectifs. C’était une décision très difficile à prendre », raconte le président.

Lire aussi : Ensemble contre les violences

Aujourd’hui, Jean-Paul Espié est « optimiste » pour l’avenir de la structure, dont les missions restent essentielles. « On a un rôle d’intermédiaire, d’information. Le médiateur peut entendre les deux parties parce qu’il n’est pas concerné par le conflit. Il écoute, il accompagne. Il est là pour trouver un compromis, une solution », développe-t-il. Il cite l’exemple de la médiation précarité énergétique, en lien avec EDF et Veolia, où PPV accompagne des clients qui ont du mal à payer leurs factures, dans le cadre de son Point-Info présent dans cinq antennes de la ville (Semard, Floréal, Plaine, Pleyel et Centre-ville). Avec d’autres partenaires locaux, PPV est aussi présente au Pont Commun à la Plaine, à la Concierge-rit en centre-ville ou encore à l’annexe de la cité Allende.

Parmi ses missions récentes, l’association intervient par exemple dans les files d’attente des agences de la Poste ou de la Caf afin de désamorcer les conflits alors que la précarité s’accroît et les services d’accueil disparaissent à cause de la dématérialisation. Jean-Paul Espié s’alarme de la fracture numérique auprès des personnes fragiles. Par ailleurs, il critique vertement le « reporting ». « On nous demande constamment des chiffres, des bilans pour rendre compte de nos actions. Cela nous fait perdre un temps considérable », regrette-t-il. Le président prône une approche « qualitative », des rencontres entre ses équipes et les partenaires institutionnels et locaux. « Il y a des complémentarités entre les différents acteurs de terrain. Il faut que ces gens se rencontrent dans les quartiers », défend-il. 

Aziz Oguz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur