Cultures

Folies d’Encre
/ 20 ans de résistance

La librairie dionysienne tient boutique depuis deux décennies pendant lesquelles elle a su entretenir un lien privilégié avec ses lecteurs et résister aux grandes plateformes de distribution.
La librairie Folies D'Encre organise une soirée anniversaire vendredi 5 octobre  / © Yann Mambert
La librairie Folies D'Encre organise une soirée anniversaire vendredi 5 octobre / © Yann Mambert

« Vingt ans c’est symbolique… C’est un passage vers un nouveau cap. »
Et c’est surtout une longévité exceptionnelle pour une librairie. Voilà deux décennies que Folies d’Encre occupe le centre-ville de Saint-Denis, d’abord rue Jean-Jaurès face au Carrefour, puis place du Caquet à deux pas du cinéma l’Écran.

Pour célébrer cet anniversaire, la librairie organise une soirée conviviale vendredi 5 octobre à partir de 19h. L’occasion pour les fidèles – clients comme collaborateurs – de démontrer leur soutien et de faire le bilan sur cette aventure née à une époque que Sylvie Labas considère comme plus clémente pour les petits commerçants. « Je ne sais pas si j’ouvrirais aujourd’hui avec ce que je sais du monde du livre et de son évolution, confie la patronne. À l’époque, ouvrir une librairie ça demandait déjà beaucoup de résistance, alors aujourd’hui… » C’est sûr, de la résistance il en faut dans ce petit monde qui a vu poindre à l’horizon l’ogre Amazon et qui subit en parallèle la concurrence de grands distributeurs. Pour Folies d’Encre comme pour d’autres, il est difficile de tirer son épingle du jeu.

Faire émerger de nouveaux auteurs

Très au fait de l’actualité du marché du livre en tant que syndiquée, Sylvie constate que le terrain de jeu s’amenuise alors que l’équilibre est très fragile. « Grâce à la régulation du prix du livre (loi Lang 1981, ndlr), nous arrivons à trouver notre équilibre budgétaire », précise-t-elle. Mais quand près de 80% de l’édition et de la distribution du livre en France sont en passe d’être détenus par deux grands groupes, Lagardère (propriétaire de Hachette Livre) et Vivendi de Bolloré (en pourparlers pour acquérir Editis à l’espagnol Planeta), l’avenir à de quoi inquiéter tous les autres maillons de la chaîne : des auteurs aux éditeurs indépendants, des libraires aux lecteurs. À chacun alors de trouver un espace et de se battre pour lui.

« La littérature fonctionne toujours en France. Ils [les grands groupes]ne peuvent pas se passer des libraires qui font émerger de nouveaux auteurs. Ils sondent ce qui fonctionne. Ils attendent que les petits éditeurs prennent le risque et, ensuite, ils essaient de récupérer les auteurs qui se vendent », résume, amère, Sylvie Labas. Pour elle, le deuxième loup dans la bergerie c’est Amazon. « L’intérêt d’une librairie physique c’est que le client y rentre en sachant ce qu’il veut, et qu’il reparte avec un livre différent. Plus de 50% de nos ventes sont des découvertes, se félicite la libraire. Mais Amazon impose aux éditeurs des marges énormes. Ma grande peur c’est qu’Amazon finisse par dicter sa loi et casse le marché. »

« Un lectorat très curieux »

Le début d’une piste pour se maintenir à flots ? Selon la patronne de Folies d’Encre, acheter dans sa librairie est un acte « d’engagement sociétal » dont est conscient sa clientèle qui, à l’instar de celle du cinéma l’Écran, évolue.
« Nous avons la chance d’avoir un lectorat très curieux à Saint-Denis. Nous avons aussi des lecteurs que nous avions perdu de vue à leur entrée au collège et qui reviennent à l’âge de 30 ans ou quand ils deviennent parents. Les nouveaux habitants sont aussi très importants pour nous. Avoir toute cette offre culturelle à Saint-Denis les rassure. Certains d’entre eux m’ont dit qu’ils ne se seraient jamais installés ici s’il n’y avait pas le TGP, l’Écran, Folies d’Encre, etc. »

Si Folies d’Encre s’est forgée une réputation solide auprès des amoureux des lettres, elle est aussi un espace d’échanges. Les rencontres organisées en son sein ont accueilli des sommités comme Luis Sepulveda et Erri De Luca ou encore des écrivains populaires et investis sur le territoire comme Gaël Faye. Ces rendez-vous ont permis de construire une relation durable avec sa clientèle. « Beaucoup d’habitants sont fiers de ce que nous avons construit ensemble, affirme Sylvie Labas. La librairie n’existerait pas sans cet ensemble. »

Maxime Longuet

Soirée d’anniversaire vendredi 5 octobre à partir de 19h (14, place du Caquet).

Réactions

Joyeux anniversaire Les librairies de quartiers n'existent plus. A Saint-Denis, ville universitaire, habitée par de nombreux établissements scolaires, vit une seule librairie:" Folie d'encre". Quel nom! C'est LA librairie. Une invitation au rêve où les personnes qui entrent ne sont pas des clients mais des lecteurs. Cette librairie, lieu de rencontres avec les auteurs, avec d'autres lecteurs, avec de futurs lecteurs et lieu de liberté nous offre un si grand choix : J. Racine, G. Apollinaire, Tardi, B.Sansal, A Malouf, N. Sarraute, Derida et tant d'autres qui vivent ensemble et nous donnent le bonheur de lire. Le monde des livres, de la pensée et de l'imaginaire commence à l'extérieur, Place du Caquet, devant une vitrine présentée et décorée avec tant de goût, de finesse et d'intelligence: un vrai coup de coeur qui nous enivre, qui nous "enlivre". Avant même d'entrer, je ressens le parti pris de l'indépendance, du combat des quatre libraires pour la lecture. Ils savent qu'on perd les combats qu'ont ne mène pas, c'est pourquoi ils font vivre, exister ce lieu avec conviction et émotions et j'en sors émue sous un soleil qui rit au-dessus d'un océan de mots. Etre libraire c'est éclairer comme l'ont fait les Lumières. Durand c'est 20 années, chère Librairie, tu as fait de ta vie une rencontre avec l'Autre, gageons que les années à venir seront l'occasion de nouvelles rencontres et merci pour nous avoir offert 20 ans de plaisir, d'échanges, de rêve et de chaleur, de fraternité possible. J'espère que ta résistance face à Amazon et ses complices perdurera grâce aux lecteurs plus nombreux.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur