À la une En ville

Boulevard Jules-Guesde
/ 15 jours de fermeture administrative pour deux épiceries

Sur le boulevard Jules-Guesde, deux épiceries sont sous le coup d’une fermeture administrative de 15 jours après avoir, durant plusieurs années, laisser leurs clients s’établir devant leurs commerces au prix de multiples nuisances.
Rideau fermé pour l'épicerie du 23 Boulevard Jules-Guesde...
Rideau fermé pour l'épicerie du 23 Boulevard Jules-Guesde...

Depuis maintenant trois ans, les riverains du boulevard Jules-Guesde se plaignent notamment de nuisances sonores et d’atteintes à la salubrité publique. En cause : deux épiceries, situées au numéro 23 et 30 du boulevard, et leurs ventes tardives de boissons alcoolisées entraînant attroupements, bruit et saleté. « C’est un véritable bar à ciel ouvert », s’indigne Oumitouche, gérant du café Les trois dauphins qui fait face à l’une des épiceries. En réaction aux plaintes des riverains, la Mairie a pris mercredi 12 juin un arrêté sanctionnant les deux commerces d’une fermeture administrative d’une durée de 15 jours. « On remarque une accalmie, mais on attend surtout de voir ce que ça va donner à la réouverture », explique Christelle, membre du Collectif quartier Jules-Guesde créé pour dénoncer « la nette dégradation de la qualité de vie » sur le boulevard. « Est-ce que 15 jours de fermeture ça va suffire pour changer les habitudes des personnes qui viennent s’installer ici ?, s’inquiète Oumitouche. Certains viennent en voiture avec leurs chaises, carrément. » Les deux commerces se font presque face de part et d’autre de la rue et attirent parfois plus d’une trentaine d’individus bruyants. Pour le gérant des Trois dauphins, le réel problème n’est pas la vente d’alcool, mais le fait que les épiceries laissent les consommateurs s’établir devant leur commerce. « C’est l’urine, le plus gros souci », confie-t-il. « Les gens n’osent pas passer là où sont les attroupements, ils marchent sur la route et certains font même le tour du pâté de maison pour les éviter », décrit Saïd Chelouah, ancien résident du boulevard. 

Nuisances de longues durées

Les premières plaintes ont débuté en 2017 et se sont enchaînées jusqu’à la création d’une pétition par le collectif de voisins en novembre 2018. Elle a recueilli plus d’une centaine de signatures avant d’être présentée à la municipalité en janvier 2019. À leurs réouvertures, les épiceries devront se plier à l’arrêté pris le 6 juin 2019 sur la vente de boissons alcoolisées à emporter. À l’instar de tous les commerces des zones de sécurité prioritaires (ZPS) de la ville, il leur est interdit de vendre de l’alcool de 21 h à 6 h depuis le 7 juin et jusqu’au 31 octobre 2019.

Olivia Kouassi 

Réactions

Que c'est bien les élections municipale.. Il faudrait donner des mandats d'1an à ces élus, pas plus, il n'y a que comme ça qu'ils travaillent pour les habitants.Etienne Chouard avait raison..

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur