En ville

État autoritaire, le retour ?

Le débat sur le « Saint-Denis de demain » est passé au second plan jeudi 15 octobre, salle de la Légion d’honneur, au profit des craintes suscitées par le Grand Paris.

Le Projet d’aménagement et de développement durable, le PADD en langage siglé, est un document établi au niveau communal pour déterminer les axes de développement de la ville au cours de la prochaine décennie. Ce PADD est élaboré avec les habitants qui le souhaitent et il débouche sur un Plan local d’urbanisme (PLU), document ô combien important qui agit comme un véritable règlement opposable à construire.

La réforme des collectivités locales qui se profile à l’Assemblée

Jeudi 15 octobre, dans la frigorifique salle de la Légion d’honneur, une trentaine d’habitants courageux s’est retrouvée avec Stéphane Peu, adjoint au maire, et deux de ses collègues, Christophe Girard et Francis Langlade, pour débattre pendant une paire d’heures de l’avenir de Saint-Denis… En fait, surtout de sujets plus vastes. L’ombre du Grand Paris qui « impacte fortement Saint-Denis », selon l’expression de M. Peu, avec la création d’une gare TGV à Pleyel, le prolongement de la ligne 14, également jusqu’à Pleyel, et une station du métrophérique, a occupé la soirée. Tout comme la suppression annoncée de la taxe professionnelle, manne essentielle des communes, et la réforme des collectivités locales qui se profile à l’Assemblée. Un triptyque de réformes qui fait craindre à plusieurs intervenants que le temps de la décentralisation soit à conjuguer au passé. Une crainte perceptible aussi dans l’exposé de Stéphane Peu. L’élu explique en introduction que le PLU doit être compatible avec le SCOT (le schéma établi par la communauté d’agglomération), avec le SDRIF (le schéma de la Région) et avec le Grand Paris. Il estime juste et normal qu’une ville « ne puisse seule penser son urbanisme » et insiste sur l’obligation de cohérence entre les échelons pour empêcher que le n’importe quoi et les égoïsmes locaux triomphent. Oui à l’État régulateur, non à l’État autoritaire, dit-il en quelque sorte.

La création de la Société du Grand Paris alimente les craintes de plusieurs intervenants

La création de la Société du Grand Paris alimente les craintes de plusieurs intervenants. Dans la rédaction du projet de loi, cette structure a les mains libres. Elle pourra déroger à une série de contraintes pour aller vite. Le Comité de la Porte de Paris s’en inquiète avec force. Le travail engagé depuis une quinzaine d’années va-t-il compter pour du beurre ?, demande en substance l’un de ses représentants. Si l’État a voix prépondérante pour aménager dans un vaste périmètre autour des gares TGV dont celle de Pleyel, que va-t-il se passer ? Un habitant envisage déjà la tenue d’un référendum pour que la volonté des Dionysiens s’exprime. « Pessimisme », le mot lâché rebondit à plusieurs reprises. Christophe Girard et Stéphane Peu donnent un éclairage moins sombre en fin de réunion. L’État peut accélérer l’aménagement de pans entiers de la ville, expliquent-ils, comme ce fut le cas au moment de la construction du Stade de France qui fut nourricière de la sortie de terre d’autres équipements. À condition d’accepter de traiter d’égal à égal avec les habitants et leurs représentants, sans passer en force. Jeudi soir, salle de la Légion d’honneur, une majorité semblait en douter.

Dominique Sanchez

***************

ÉCLAIRAGE

Trois objectifs

Le PPAD dégage trois objectifs principaux dans la poursuite du développement de la ville :
- Poursuivre et amplifier le caractère central de Saint-Denis au sein de la région Île-de-France ;
- Maintenir et renforcer le caractère populaire et multiculturel de Saint-Denis ;
- Devenir une ville exemplaire quant à sa capacité d’anticiper le développement durable.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur