À la une En ville

Contre les violences au lycée et au collège
/ Éluard et la Courtille mobilisés

Vendredi 15 mars, les profs des deux établissements ont manifesté pour dénoncer les violences et exiger des moyens pour y faire face. A la Courtille, les cours ne sont plus assurés depuis la rentrée des classes le 10 mars.
Le cortège est parti du lycée Paul-Eluard jusqu'au collège de la Courtille.
Le cortège est parti du lycée Paul-Eluard jusqu'au collège de la Courtille.

« Prof tabassé, élèves menacés, ça ne peut plus durer ! », scandent les manifestants. Ce vendredi 15 mars, une trentaine d’enseignants, soutenus par quelques parents d’élèves, ont marché du lycée Paul-Éluard jusqu’au collège de la Courtille, où ils ont été accueillis par leurs collègues qui sont mobilisés depuis cinq jours. Ces deux établissements ont chacun été touchés par des violences. À Éluard, mardi 12 mars vers 9h30, une quinzaine de jeunes, armés de battes de base-ball et de marteaux, se sont introduits dans le lycée. Ils se sont dirigés vers la cafétéria à la recherche d’un élève en particulier. Alertée par la direction de l’établissement, la police est rapidement intervenue sur les lieux. Deux jeunes âgés de 15 ans ont été interpellés. L’un a été présenté à un juge pour enfants pour des violences volontaires, tandis que l’autre a été libéré, sa participation à la rixe n’ayant pas été attestée. Les cours ont repris le lendemain de l’intrusion. 

Au collège la Courtille, les cours ne sont plus assurés depuis la rentrée des classes le 10 mars. Les professeurs font valoir leur droit de retrait, suite à l’agression d’un de leurs collègues qui s’est interposé dans une bagarre entre jeunes le 22 février. Cet enseignant remplaçant a été récemment affecté à Saint-Denis, à la fois à Paul-Éluard et à la Courtille. Ses collègues de collège demandent des mesures pour sécuriser leur établissement avec une enceinte opaque et le rapprochement de la loge du gardien à l’entrée. Ils veulent aussi des surveillants supplémentaires.

A lire : La Courtille, rentrée perturbée

Jeudi 14 mars, une délégation des professeurs de la Courtille a été reçue par le vice-président du Département, Emmanuel Constant, chargé des collèges. « La réunion a été plutôt positive, même si on nous a clairement fait entendre que le Département était coincé budgétairement. On a été écouté, on a obtenu des avancés, mais on attend de voir les résultats », avance un professeur de français. Le Département s’est engagé à faire un état des lieux de la sécurisation du collège lors des vacances de printemps, avant des travaux à la rentrée 2019. Quant au maire Laurent Russier, il a demandé la tenue d’un Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance spécifique sur la situation du collège. 

Concernant les surveillants, la décision dépend du rectorat de Créteil. Jusqu’ici, les professeurs dénoncent le « mépris » de leur institution. La rencontre prévue mardi 19 mars s’annonce tendue. Les professeurs ont prévu de se réunir mercredi 20 mars pour décider s’ils reprenaient les cours.

Aziz Oguz

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur