À la une En ville

Écoles primaires : une rentrée partielle

La Ville a pris la décision d’ouvrir huit groupes scolaires sur les 39 que compte Saint-Denis à partir du lundi 18 mai. 15% des jeunes Dionysiens pourront ainsi reprendre le chemin de l’école.
Cour déserte de l'école Corbillon. © Yann Mambert
Cour déserte de l'école Corbillon. © Yann Mambert

« La reprise de l’école ne peut être qu’extrêmement progressive », avait averti Laurent Russier mardi 28 avril en direct du JT de 13h de TF1. Après une série de visio-conférences,la décision a été prise mardi 5 mai : les écoles de Saint-Denis ne rouvriront que partiellement et seulement à partir du 18 mai.« Nous refusons d’ouvrir les écoles le 11 mai, les conditions ne sont pas réunies », explique Suzanna De La Fuente, maire adjointe à l’enseignement primaire. Seuls huit groupes scolaires – un par quartier – ouvriront leurs portes à 15% des élèves dionysiens. Une capacité d’accueil limitée qui amène la municipalité à prioriser les élèves « qui se sont complètement éloignés de l’école et sont en situation de décrochage scolaire », ainsi que tous les enfants dont les parents exercent des professions mobilisées dans la lutte contre le coronavirus. Le choix de remettre ou non les enfants à l’école reste cependant jusqu’au 2 juin sur la base du volontariat.

Laurent Russier, signataire avec plus de 300 maires franciliens, le 3 mai, d’une tribune s’insurgeant contre une réouverture des écoles « à marche forcée »,a en revanche décidé de laisser fermées, « sauf cas exceptionnels », les écoles maternelles « où les gestes barrières sont trop compliqués à appliquer ». La restauration scolaire sera assurée dans les classes avec des repas froids préparés par la cuisine centrale et ne seront pas facturés aux familles. Les accueils de loisirs ouvriront également leurs portes dès le 18 mai après l’école et le mercredi. L’accueil du matin ne sera en revanche pas assuré. 

LIRE AUSSI : Quand l'école ne tient qu'à un clic

Les crèches municipales, quant à elles, s’alignent sur les écoles. Six établissements sur les 12 que possède Saint-Denis ouvriront leurs portes le lundi 18 mai. « Nous sommes en train de rentrer en contact avec toutes les familles pour connaître leur situation », déclare Hélène Pénon-Planel, directrice de la petite enfance de la Ville. À l’instar des écoles, les crèches ont décidé de prioriser les familles en situation de fragilité sociale ainsi que les enfants porteurs de handicap. « Si la situation ne se détériore pas, nous essaieront d’ouvrir dès le 25 mai aux familles monoparentales qui travaillent, et début juin aux petits dont les deux parents travaillent », détaille la directrice petite enfance. La crèche départementale Pierre-Sémard a en revanche ouvert ses portes le 12 mai.

200 membres du personnel municipal veilleront à la propreté des établissements scolaires. « On a de quoi ouvrir les écoles le 18, acquiesce-t-on à la Ville. Généralement, nous avons 700 personnes mobilisées pour les 39 groupes scolaires. » « L’objectif est de remettre les enfants en lien avec la communauté scolaire, avait expliqué Laurent Russier lors de son allocution sur TF1. On ne parle pas de retour à l’école mais de recréation de lien pour assurer une reprise en septembre. » « On part sur un suivi et une remise à niveau », déclare Leïla Kerbache, vice-présidente de l’ULC FCPE du groupe scolaire Diez, Saint-Léger, Le Rouillon.

Les politiques s’en mêlent

L’ouverture partielle décidée par la mairie ne fait pas l’unanimité. Le collectif Notre Saint-Denis (NSD) désapprouve ce choix « qui ne permet pas aux parents volontaires d’avoir pour leurs enfants un accueil éducatif » et regrette une préparation « tardive ». Dans un communiqué du 8 mai, le collectif appelle à un élargissement du dispositif d’accueil dès le 25 mai grâce notamment à une mutualisation des locaux périscolaires. « Ces regroupements sont encore plus compliqués, anxiogènes pour les enfants qui perdent leurs repères dans des nouvelles classes », déclare Katy Bontinck, enseignante et en 2e place sur la liste NSD présentée aux élections municipales.

Pour Saint-Denis en commun, dont la liste s’est hissée au second tour des municipales, la situation actuelle mérite de la prudence et l’ouverture de ces huit groupes scolaires n’est qu’une première étape. « Observons, intime Bally Bagayoko, tête de liste du collectif. Nous voulons mettre en place une instance qui réunit l’ensemble des acteurs éducatifs pour travailler collectivement et assurer une reprise maîtrisée. »

Chez les parents d’élèves, la méfiance est également de mise. Un sondage réalisé par la FCPE Saint-Denis auprès de 450 personnes et paru le 4 mai souligne que 57% des interrogés jugent la reprise des cours inenvisageable d’ici la fin de l’année scolaire.

Pour les collèges et lycées

Les établissements du secondaire n’ont eux toujours pas de date de reprise. L’ouverture des collèges, initialement prévue pour le lundi 18 mai, ne sera possible que lorsque le département sera classé « vert », ce qui correspond à une faible circulation du virus. Ce n’est pour le moment pas le cas de la Seine-Saint-Denis classée « rouge ». Le président du Département Stéphane Troussel a annoncé le 8 mai sur France bleu sa demande à l’Éducation nationale d’envisager la réouverture des collèges dès le 25 mai, en ciblant certains élèves comme les décrocheurs ou ceux en situation de handicap. Une réouverture des lycées n’est pour le moment pas prévue. Une décision sera prise par le gouvernement fin mai.

Olivia Kouassi 
 

Les groupes scolaires qui ouvrent leurs portent le 18 mai : 

Taos-Amrouche/Le Cordouan ; La Roseraie-de-Chambrun ; Joliot-Curie/Moulin-Basset ; Rodin/Renoir/Franc-Moisin ; Diez-Madigou/Saint-Léger/Le Rouillon ; Hugo/Balzac/L’Ermitage ; Calmette/Pasteur/Floréal

Les crèches : 

Ribambelle, La Marelle, Coin du feu, Pain d’épice, Pomme Cannelle, Pierre de lune.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur