Cultures

À la Belle étoile: Outrance et révolte

Comme presque toujours avec la compagnie Jolie Môme, on est accueillis en musique. La scène est nue, entourée de grandes tentures bleues. Faut pas payer !, écrit par Dario Fo en 1974, démarre en trombe et finit en cyclone. Entre ces deux moments, c’est la tempête. Il faut bien dire que ce qui arrive à Antonia et à Margherita est particulier. Ainsi qu’à leurs maris, Giovanni et Luigi. Entraînées dans un mouvement populaire au supermarché, aux cris de « faut pas payer », elles se retrouvent avec des kilos de riz, pâtes et autres surprises alimentaires (pas toujours !).

Comment vont réagir les maris, légalistes jusqu’à la couillonnade ? Dario Fo a écrit une farce, cruelle et grinçante, décrivant un monde absurde, où l’on licencie les morts pour absentéisme, où les corps spéciaux sont vraiment très spéciaux, où un paquet de riz peut se transformer en grossesse nerveuse à cause du pape (sic !) et où même les gendarmes deviennent enceintes…

On l’aura compris, l’outrance nourrit la révolte (et vice-versa) et la mise en scène de Michel Roger appuie là où c’est drôle. Le jeu des comédiens est poussé à bout et ils s’en sortent remarquablement. Contrairement à d’autres spectacles de la compagnie, qui s’appuient davantage sur un collectif de jeu, Faut pas payer ! donne l’occasion à cinq d’entre eux de montrer tout leur talent. Et, s’il y a moins de chansons qu’habituellement, le spectacle n’en garde pas moins une coloration résolument jolimômesque, faite de révolte et d’humour. Deux mots qui vont très bien ensemble : la preuve.

B.L.

Faut pas payer ! jusqu’au 13 décembre au théâtre de la Belle étoile (14, rue Saint-Just), du jeudi au samedi à 20 h 30, dimanche à 16 h. Réservations (fortement conseillées) au 01 49 98 39 20. Tarifs : 18 et 10 €.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur