En ville

Campement de l’A1
/ « Les migrants sont invisibilisés »

Depuis l’évacuation fin juillet des campements situés le long du canal Saint-Denis, à Aubervilliers, plusieurs centaines de personnes migrantes, en majorité des hommes originaires d’Afghanistan, ont trouvé refuge sous le pont de l’autoroute A1 à proximité de la Porte de Paris.
En bordure de l'A1, les tentes se multiplient depuis près de quatre semaines. (c) Yann Mambert
En bordure de l'A1, les tentes se multiplient depuis près de quatre semaines. (c) Yann Mambert

L’emplacement, propriété de l’opérateur foncier Grand Paris Aménagement, comptabilisait moins d’une dizaine de tentes mi-mai peu après le déconfinement. Aujourd’hui, le nouveau camp qui s’est formé en contrebas du pont de l’autoroute A1, au niveau de la Porte de Paris en affiche plus d’une soixantaine. Depuis quatre semaines, environ 300 Afghans, dont la moyenne d’âge est de 30 ans, sont installés en bordure de l’A1 dans des conditions de vie avilissantes.

Leur présence fait suite à l’évacuation le 29 juillet de plusieurs campements de réfugiés localisés le long du canal Saint-Denis, au niveau de la Porte d’Aubervilliers. Plusieurs groupes de personnes absentes lors de cette évacuation ont dû trouver refuge ailleurs.

« Actuellement, les conditions de vie se dégradent dans le campement et le nombre de personnes continue à augmenter. Cela fait deux semaines qu’elles nous disent qu’elles ont faim, qu’elles ont soif, qu’elles ont besoin de toilettes », relate Silvana, bénévole depuis deux ans au sein du collectif Solidarité Migrants Wilson (SMW). Dans un courrier envoyé le 24 août à la municipalité, l’association SMW – qui durant l’été a continué sa distribution hebdomadaire de dîners et petits déjeuners dans les campements situés à Saint-Denis et dans le nord-est parisien – a alerté sur la situation des migrants de l’A1. « Les personnes présentes dans les campements ont faim. Les gens souffrent de plus en plus de l’absence de toilettes, ce qui porte atteinte à la décence, à l’hygiène et à la dignité des personnes concernées comme des riverains », précise la missive.

LIRE AUSSI : Des maraudes pour atténuer l'abandon

Le 5 juin, suite à un « référé-liberté » déposé par 16 associations et collectifs venant en aide aux migrants à la rue, le tribunal administratif de Paris avait enjoint les villes de Saint-Denis et d’Aubervilliers, ainsi que les Préfectures de Seine-Saint-Denis et de la région Île-de-France, de prendre des mesures pour les personnes installées le long du canal Saint-Denis, et ce jusque la fin de l’état d’urgence sanitaire : distribution de masques et de gel hydroalcoolique, mise en place de toilettes, douches, points d’eau.

Depuis le 15 août, les sanitaires du bassin de la Maltournée à Saint-Denis ont « disparu » selon les associations locales. Une fontaine publique « en état de fonctionnement » est disponible près du périmètre où se trouve le campement, a fait savoir Katy Bontinck, première adjointe au maire en charge notamment de la santé et de l’hébergement d’urgence. La semaine dernière, « une première livraison de 450 bouteilles d’eau a été réalisée en lien avec plusieurs associations », a-t-elle ajouté. Mais si la Ville garantit « à ce stade un accès à l’eau », ce ne sera pas le cas pour des toilettes.

« Au vu des conditions sanitaires et de la localisation de ces tentes en pleine bordure de l’A1, on a alerté la Préfecture pour une évacuation et une mise à l’abri », a encore exprimé l’élue qui assure que la Ville « veut bien assumer sa part de responsabilité ».

 

Exactions policières

Jeudi 27 août, vers 11h, en face du campement retranché sous le pont de l’A1, plusieurs matelas étaient encore posés à même la passerelle qui mène vers le Stade de France. Faute de places dans les tentes, « la nuit, des dizaines de personnes s’installent ici », explique Simon Fresnay, bénévole de l’association Sous le même ciel (1). Farid Aman, 25 ans, a entamé des démarches pour demander l’asile en France. L’Afghan y vit depuis deux ans. Celui qui a appris à parler français en Belgique dit que la vie sur le campement est « difficile.On ne mange pas tous les jours et certains sont malades ». C’est le cas de Mohamad, autre exilé âgé de 25 ans, en France depuis seulement dix jours. Il montre des traces de griffes au bras, des boutons, des rougeurs.

« C’est parce qu’il a beaucoup marché, traduit Farid Aman. Il a traversé plusieurs pays : l’Iran, la Turquie, la Bulgarie, il est venu ici tout seul, toute sa famille est restée en Afghanistan. » « Je suis fatigué, je cherche un endroit où dormir », parvient à exprimer Mohamad. Les deux exilés sont passés par la Porte de la Chapelle avant d’échouer sous l’A1. Selon les associations, la police repousse constamment les exilés vers la Porte de Paris. « La police est venue plusieurs fois, rapporte Farid Aman, elle nous a demandé de bien rester sur le campement et de ne pas aller sur la pelouse » visible en face de la zone bordée de tentes.

« C’est un choix délibéré, comme cela les migrants sont invisibilisés, dénonce Silvana de SMW. On leur demande de rester en bas, au bord de l’A1, là où on ne les voit pas. Aujourd’hui, les migrants sont loin de Paris. Même s’ils ont une ligne de métro à 20 mètres, ils ne peuvent pas circuler ou effectuer leurs démarches car ils n’ont pas de tickets », poursuit la bénévole.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

➡️➡️❎VIOLENCES POLICIÈRES SAINT DENIS - PORTE DE PARIS ❎⬅️⬅️ Ce matin 16 août 2020, on a reçu cette vidéo : violences policières en cours sur le camp qui s'est formé sous le pont de la porte de Paris à Saint-Denis. "La police est venue a 6-7h ils nous ont demandé de partir puis ont commencé à nous insulter ce qui a fait monter la tension. Ensuite ils ont commencé à gazer la place avec des sprays pour ensuite s'écarter et lancer des grenades à mains de gaz lacrymogène. Il y avait de la fumée partout, on étouffait mais quand la fumée est partie la police n'était plus là." Nous dénonçons ces violences inadmissibles ! En plus des violences policières quotidiennes que subissent les personnes en exil se retrouvant dans la rue (contrôles d'identités, amendes, harcèlement), les évènements de ce matin montrent parfaitement le type de communication qu'engagent les administrations locales avec les exilés. C'est une police violente et méprisante qu'on envoie sur un terrain qui devrait être celui de l’accueil et du dialogue. #solidaritemigrantswilson #smw #migrants #refugees #humanrights #solidarité #exil #exilés #withrefugees #onnelacherien #violencepoliciere #shameonmycountry #journalsaintdenis

Une publication partagée par Solidarité Migrants Wilson (@refugees_paris) le

En plus des conditions de vies indignes et la dispersion des personnes migrantes après chaque opération d’évacuation, les associations dénoncent les « violences policières quotidiennes que subissent les personnes en exil ». Solidarité Migrants Wilson a posté sur son compte Instagram @refugees_paris une vidéo daté du 16 août dans laquelle on aperçoit des tentes, quelques migrants et où on entend des cris, et au loin le bruit de sirènes de police. « La police a jeté des grenades lacrymogènes et gazé les gens. Ce n’était pas une évacuation. Les migrants nous disent que la police passe parfois tous les jours », précise Silvana.

Si le collectif de la Plaine a déjà interpellé la municipalité sur plusieurs faits de violence à l’encontre des migrants, pour Clarisse, bénévole engagée de longue date au sein de SMW, les dénonciations doivent venir de « voix officielles ». Au sujet du cycle infernal des opérations d’évacuation menées depuis quatre années, la Dionysienne indique que le collectif a demandé à la Ville si elle « voulait engager de véritables actions pour qu’il n’y ait plus ces atteintes aux droits humains avec des gens qui ne peuvent pas se laver et qui sont violentés ».

 

171 demandeurs d’asile accueillis au Cada de Saint-Denis

En 2019, le Cada (Centre d’accueil pour demandeurs d’asile) de Saint-Denis a accueilli 171 personnes, selon des chiffres communiqués par sa directrice Céline Gavard. 10% d’entre elles venaient d’Afghanistan. « Depuis deux ans, nous constatons un changement progressif dans le profil et la composition familiale des demandeurs d’asile hébergés. Alors que le Cada a longtemps accueilli des familles nombreuses (6-7 personnes), ce sont désormais davantage de personnes isolées ou des petites familles (2-3 personnes) qui nous sont orientées par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii). Cela nous amène à modifier notre parc locatif, et adapter nos hébergements à l’accueil de ce nouveau public », développe-t-elle.

Au lendemain du second tour des élections municipales, le lundi 29 juin, la Cimade a interpellé les municipalités afin qu’elles interviennent « en faveur du respect des droits fondamentaux des personnes migrantes ». Elles ont le pouvoir d’intervenir « au titre de la clause générale de compétence », a rappelé l’association qui milite pour les droits des réfugiés. Interrogée sur ce point, Katy Bontinck assure qu’il n’y a pas « d’absence d’implication de la Ville sinon on ne ferait rien, on ne répondrait pas aux associations. On s’en soucie ».

Au sujet de la mise à l’abri, l’élue annonce que la Ville est prête à « apporter une contribution afin de pouvoir y répondre sur un court terme. Mais concernant « les questions d’intégration et d’accueil des migrants dans la ville ou de trouver des solutions », l’élue affirme qu’« il serait irresponsable de dire qu’une ville comme Saint-Denis qui présente des problématiques sociales et de crise du logement aura les moyens d’y répondre sur le long terme ».

Yslande Bossé

(1)  Samedi 5 septembre, l’association Sous le même ciel organise une collecte de nourriture, de tentes, de couvertures et de produits d’hygiène à la Porte de Paris, au niveau de la station du métro ligne 13. Entre 11h et 12h. L’association est à aussi à la recherche de bénévoles.
 

LIRE AUSSI : 

> Les personnes en errance en première ligne face à l'épidémie de coronavirus

> Canal Saint-Denis : un exilé de 35 ans meurt noyé

 

Réactions

La CIMADE rappelle aux municipalités la clause générale de compétence et semble ordonner à celles-ci d'intervenir. Puisque la CIMADE dicte aux municipalités ce qu'elles doivent faire, alors pourquoi dimanche 15 mars 2020 la CIMADE n'a-t-elle pas présenté des listes de candidats CIMADE au 1er tour des élections municipales françaises ? La CIMADE influence le pouvoir politique sans participer au processus électoral. A quoi servent les élections, si quelque soit le maire élu, celui-ci doit obéir aux ordres de la CIMADE ?
Il faut de solides connaissances juridiques pour faire valoir l'article L345-2-2 du Code de l'Action Sociale auprès du Tribunal Administratif de Montreuil (référé-liberté du 5 juin 2020). Pour rappeler aux municipalités la clause générale de compétence il faut bien connaître le droit administratif. En 2020 en France le coût minimum d'un avocat s'élève à 168 euros l'heure de conseil. L'immense majorité des français n'a pas les moyens de se payer des conseils juridiques d'aussi bonne qualité. Les migrants présents dans les neuf villes de Plaine Commune bénéficient de soutiens juridiques d'experts en droit administratif et d'experts en droit communautaire qu'aucun citoyen français n'aura jamais les moyens de se payer.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur