À la une En ville

L’interview de la semaine, Bally Bagayoko
/ « La question de la tête de liste aux municipales viendra »

Le 5 octobre, les groupes d’action dionysiens de la France insoumise ont désigné le maire adjoint au sport et à l’emploi insertion comme leur chef de file à Saint-Denis, avec en ligne de mire les élections européennes du printemps 2019 et les municipales de mars 2020.
Bally Bagayoko, maire adjoint au sport et à l’emploi insertion, a été désigné comme chef de file de la France insoumise à Saint-Denis.
Bally Bagayoko, maire adjoint au sport et à l’emploi insertion, a été désigné comme chef de file de la France insoumise à Saint-Denis.

Le JSD : Quel est le sens de la désignation d’un chef de file de France insoumise à Saint-Denis ?

Bally Bagayoko : La ville compte une dizaine de groupes d’actions France insoumise qui rassemblent près de 200 militants. Ces groupes se sont réunis en assemblée générale le 5 octobre pour désigner un chef de file. Il n’y avait pas d’autre candidature que la mienne. J’ai recueilli 35 voix sur 39 votants. La logique est de ne plus se laisser imposer un rythme de travail, que ce soit sur la question des élections européennes ou municipales. Le chef de file doit donc désormais, avec les militants, déterminer la manière dont on va travailler et réfléchir au contenu.

Le JSD : Ce rôle de chef de file n’est donc pas forcément synonyme de tête de liste aux prochaines élections municipales ?

BB : La mission que m’ont confiée les militants de la France insoumise est de structurer notre positionnement politique, donner du sens à notre action sur le territoire et la personnifier. L’idée c’est aussi de rassembler au maximum l’ensemble des diversités insoumises. Entre les élections, il y a beaucoup de choses à faire en direction de la population pour bien appréhender la situation. La question de la tête de liste aux municipales viendra. Alors on pourra réfléchir aux configurations politiques. Est-ce qu’on sera dans une logique de rassemblement ? La question du rassemblement est vide de sens s’il s’agit de se contenter de se rassembler derrière ceux qui ont une certaine forme de légitimité historique.
Il faudra par contre tenir compte des aspirations de la population. Moi, je sens dans mes discussions avec les habitants une vraie défiance vis-à-vis des politiques en général, mais aussi une véritable volonté d’alternative, de changement. Nous considérons que la France insoumise est en capacité d’incarner cette alternative, sans renoncer pour autant à l’héritage de cette ville.
 

« L’exercice de la citoyenneté ne passe pas que par le vote »
 

Le JSD : Les retours du terrain semblent vous donner envie de vous présenter aux élections au nom de la France insoumise ?

BB : J’ai souvent été sollicité en effet pour incarner cette position de chef de file, au-delà même des militants de la France Insoumise. Tout n’est pas rose quand j’entends les habitants dans les quartiers, mais certains me disent aussi qu’ils croient en moi parce que je suis de Saint-Denis et que j’ai de l’expérience. La suite n’appartient pas qu’à la France insoumise mais aussi aux habitants et autres courants politiques qui peuvent considérer que la démarche que nous engageons est une démarche d’ouverture dans laquelle ils se reconnaîtront.

Le JSD : En termes de calendrier, quand faudra-t-il régler la question de la tête de liste aux municipales ?

BB : Les européennes vont déjà précipiter un certain nombre de sujets. Immédiatement après, il faudra être en capacité de clarifier cette question. Et il s’agira aussi de présenter une équipe. Une équipe ouverte et diverse qui prenne compte de la question écologique et de la question de la jeunesse et qui donne des perspectives sur le long terme.

Le JSD : Vous avez démarré, à Floréal le 14 octobre, une campagne d’inscription sur les listes électorales qui passera dans différents quartiers de la ville. La question de la participation aux élections n’est pas assez traitée selon vous ?

BB : On ne peut pas, quand on est en responsabilité et militant, se contenter d’un océan de gens laissés sur le bord du chemin. À Floréal-Saussaie-Courtille, nous avons réussi à recueillir une vingtaine d’inscriptions que nous déposerons en mairie prochainement. L’exercice de la citoyenneté ne passe pas que par le vote, mais il en fait partie. Élection après élection, les équipes élues à Saint-Denis le sont avec un nombre faible de participants. Ça pose un problème démocratique et un problème de construction de la ville. Quand on décide d’aller chercher ces personnes en marge de la politique, ce n’est pas toujours simple. On prend des coups. Mais c’est notre responsabilité de le faire, car on n’arrivera pas à changer une société si les ingrédients premiers que sont les citoyens ne se sentent pas concernés. Je trouve regrettable que les autres formations politiques se tiennent à l’écart sur cette question.

Propos recueillis par Yann Lalande

Réactions

"Une équipe ouverte et diverse" - Cela veut dire quoi exactement ? ouverte aux indigénistes du PIR ? ouverte aux islamistes politiques ? ouverte aux présumés délinquants dont vous exigez leur libération devant le commissariat central ? Encore que je me trompe peut être : je viens de visionner JL Mélenchon lors des questions au gouvernement - seuls les FN et Dupont-Aignan l'ont chaleureusement applaudi ... il faut peut être chercher de ce côté l'ouverture.
Bonjour. C'est pas l'interview de la semaine de l'année. Je cite "Élection après élection, les équipes élues à Saint-Denis le sont avec un nombre faible de participants. Ça pose un problème démocratique et un problème de construction de la ville." Non mais c'est se foutre de la gueule des gens. C'est pas possible. Pendant 10 ans, il a profité de ce système qu'il a contribué à maintenir et ensuite il arrive comme une fleur et dire ce système ne va pas. Enfin, dans toutes les consultations de quartier ou il y a quasiment personne et les décisions actées (comme la semaine dernière au CM) ou la subvention de 10 000€ a été voté alors que les affiches étaient déjà sur les murs. Il ne fera pas croire qu'il est en dehors du système dionysiens... Il en est l'incarnation. C'est beau de vouloir s’émanciper de la majorité municipale mais il faut nettoyer les années d'incuries dans cette même majorité. On peut pas être dehors et dedans à la fois. Le courage c'est comme l'amour, cela ne se décrète pas. Cela se prouve. Et être dans la posture contre la police, contre l'état, etc.. Ce n'est pas apporter des réponses aux habitants qui souffrent. Ces mêmes habitants qui n'ont une idée en tête lorsque leur situation s'améliore, c'est de quitter cette ville. Et la vieille rengaine à la Paillard "je suis de Saint Denis, je suis légitime" on l'a eu avec les résultats que l'on connait. Donc non, cette candidature n'est pas une alternative crédible. Comme celle de Russier par la même occasion.
Je ne partage pas tous les propos d'Azzedine, qui de toute façon véhicule une haine permanente contre les élus de Saint-Denis sans jamais reconnaitre les décisions et actions positives pour la population. Et cela dure, depuis de longues, de trop longues années. Mais son appréciation sur les raisons qui motivent Mr Bagayoko à candidater pour la tête de liste du futur mandat me semble juste. Monsieur Bagayoko s'inscrit dans la lignée des égos démesurés qui aspirent a être calife à la place du calife. Son égo ne s'est jamais remis de sa défaite aux départementales et de la perte de son statut de vice président. Il se voyait légitime dans la succession de Mr Paillard, mais nouvelle déception, Monsieur Russier lui a été préféré par ses amis politiques. Ensuite sa stratégie, habituelle pour les égocentriques, je me mets sur le coté, tout en affirmant un attachement idéologique à mon groupe et le moment venu je trahis en invoquant des différences insurmontables. La liste est longue , la dernière grande trahison, Macron, mais des socialistes depuis des décennies sont devenus des spécialistes des migrations politiques au gré de leurs intérêts. Les politiciens, car Mr Bagayoko en est devenu un ,ont comme préoccupation première leur carrière politique à fortiori quand ils sont persuadés qu'ils ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Les habitants de Saint-Denis et les militants de la France insoumises souvent sympathiques n'ont rien à attendre de Mr Bagayoko , ils seront le moment venu trahis par le personnage. Attention danger !!!
Ballty Bagakoko se fait désigner comme candidat par 35 personnes sur 39 participants à une réunion, organisée par un mouvement qui compte 200 adhérents dans une ville de plus de 100000 habitants. Et il semble vouloir donner des leçons de démocratie !!!!
@democratie. Pour une fois je suis entièrement d'accord avec vous sur le cas Bagayoko, le pompier pyromane dans la lignée des Braouzec, S.Peu, Paillard..qui ont fait de notre ville un ghetto géant où chaque habitant ne pense qu'à fuir dès qu'il en a la possibilité.
Bonjour. Vous n'êtes pas d'accord avec mes propos mais vous enfoncez le clou... Vous ne faites que confirmez mon constat sur l'indigence des élus de Saint Denis. La course à la mandature et/ou poste. Scander "Saint Denis est à nous" avec 30% de participation lors de la "victoire" de Peu ou celle de Paillard... font que plus personne ne croit à la parole municipale. A part les militants... Et encore. Il en reste peu puisque la plus part partiront en retraite dans des contrées plus douces. Ce sont des années de compromission qui ont conduit à un agrégat de courant qui font de Saint Denis une ville sans orientation a part construire et bétonner.
Re Bonjour @Démocratie. Je veux bien qu'il y ait des décisions positives (et encore, elles le sont pour une minorité). Mais elles sont largement contrecarrées par une succession d'échecs cuisants. Et ceux qui paient ces échecs, ce sont les habitants et non les élus. Faites le delta entre 2014 et maintenant. Dites nous honnêtement et clairement que la situation globale des habitants s'est améliorée. Je vous le dit C'est un non catégorique. Seul S. PRIVE lors de la gestion urbaine de proximité a admis l'échec de la politique de la ville. B. Bagayoko n'a fait que dire qu'elle a le mérite d'exister. C'est très limité tous de même. Comme si faire de la politique c'était du cinéma en s'affichant sur les réseaux sociaux.
Je mets beaucoup (trop) d'espoir dans les prochaines municipales et je ne veux pas, même s'il est sympathique, d'une personne qui fait partie du logiciel qui a ruiné cette ville.
M bagayoko a été maire adjoint à la jeunesse et quand on voit le résultat, on se demande pourquoi il n'a arrêté la politique. Y a qu'à saint Denis ou quand les élus échouent qu'ils ont des promotions. C'est véritable une prime à l'échec. Et m bagayoko est l'exemple même
moi aussi j'espère pour les prochaines élections un élan de changement profond.des nouveaux pas ceux qui sont déjà dans cette équipe.
La majorité en place mesurant la défiance populaire et l'incertitude électorale qui en résulte dans un contexte de spéculation immobilière souterraine tente une opération. Il convient de faire apparaître un courant dissident qui épouse le ras-le bol collectif pour mieux ramener à leur bercail électoral les électeurs perdus. On appelle cela le dédoublement légitime.
Il faut quand même nuancer tous ces commentaires désagréables vis à vis de B. BAGAYOKO ... selon le blog de l'élu Philippe Caro (qui reprend les déclarations à la HATVP - Haute Autorité Transparence) les revenus mensuelles de B. BAGAYOKO seraient tout juste supérieurs à 9.000 euros par mois (une misère) dont 5.000 euros par mois d'argent public... quasiment du bénévolat donc !
@Mourad sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), Bally Bagayoko a déclaré112 769 € bruts de revenus bruts annuels sur la période allant du 1er janvier 2011 au 1er janvier 2014, soit 9 300 € bruts mensuels. Depuis le 2015 Bally Bagayoko déclare auprès de la HATVP 38 196 € bruts par an, soit 3 183 € bruts par mois. Cordialement Yann Lalande
@Yann Lalande - Vous croyez sérieusement que les revenus mensuels de Bally Bagayoko sont passés de 9.300 euros bruts à 3183 euros bruts ? allons ... allons ...
@Mourad, vous évoquiez la déclaration de Bally Bagayoko à la HATVP, j'ai donc tenu à préciser le contenu de celle-ci pour plus de clarté.En tout état de cause la situation de Bally Bagayoko a évolué depuis 2014, puisqu'il a perdu son mandat au conseil départemental et que visiblement il déclare ne plus travailler à la RATP. Cordialement Yann Lalande.
Bonsoir. Parlons argent, le groupe REVE vient de se féliciter de ne pas avoir augmenter les impôts cette année. Mais le groupe REVE a la mémoire courte et sélective. Ils ont voté pour l'augmentation des indemnités suite à la défaite électorale de 2015 pour maintenir le niveau de vie des deux perdants. Et au même moment, augmentation des impôts locaux de 10%. Cela est fâcheux, mais la concomitance des événements est déroutante.... Sans oublier le stationnement payant...ou ils n'ont pas voté contre. @Yann Lalande Déclarer et la réalité... Vous le savez il n'y a qu'un pas. Je vous rappelle que le député S. PEU a juste oublié son indemnité de vice président de Plaine Commune. Il avait "oublié". Il ne devrait pas avoir de différence entre l'élu et le citoyen. Moi en tant que citoyen, si je me trompe ou je commets une erreur dans mes déclarations, je me fais redresser. Mais pour les élus, c'est tranquille. Il n'y ni amende ni redressement.
Si je comprends bien, le contenu des posts précédents, Monsieur Bagayoko entre 2011 et 2014 a cumulé son emploi de cadre à la RATP, de vice président du Conseil Général et de maire adjoint à la ville de St-Denis , avec les rémunérations correspondantes pour un montant supérieur à 9000 euros par mois ? A plein temps pour chacune de ses fonctions ?
@democratie: ce qui dure depuis de trop longues années c'est l'incurie des édiles qui considèrent notre ville comme leur fief et "leur laboratoire" ! Merci Mr Azzedine de les dénoncer

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur