À la une En ville

Laurent Russier
/ « Je veux que cette ville change en bien, en grand »

Cette fois c’est parti. Vendredi 8 février Laurent Russier a officiellement lancé la campagne des élections municipales 2020, un peu moins de 14 mois avant l’échéance. Le maire sortant brigue un nouveau mandat. Son slogan « Vivons Saint-Denis en grand ».
Laurent Russier a insisté sur la nécessité de rassembler toutes les forces progressistes, vendredi 8 février à l'école Jean-Vilar.
Laurent Russier a insisté sur la nécessité de rassembler toutes les forces progressistes, vendredi 8 février à l'école Jean-Vilar.

Il étaient près de 300 soutiens de l'actuel maire de Saint-Denis, rassemblés vendredi soir dans le préau de l'école Jean-Vilar pour assister au premier meeting d'une campagne des municipales 2020, qui s'annonce longue. Avant Laurent Russier (PCF), Stéphane Peu (PCF), député a ouvert  la soirée affirmant "qu'avoir un député et un maire de qui travaillent main dans la main est un atout pour la ville." Cyrielle Fougeras, Sophie Hammache-Gamar et Lamine Camara, personnalités de la société civile se sont ensuite succédé à la tribune. Ce dernier confessait notamment "ne pas avoir envie de choisir entre plusieurs options à gauche. Je ne veux pas départager l'équipe municipale aujourd'hui." Au micro, Laurent Russier allait lui aussi revenir sur l'impératif rassemblement des progressistes. D'ores et déjà deux ateliers sont annoncés dans le cadre de cette campagne: le 23 février à 10h atelier questionnaire  à l'école Jean-Vilar et le 16 mars à 10h atelier projet à l'école Marcel-Sembat.

Entretien avec le maire candidat.

 

Le JSD : Quel bilan tirez-vous de vos deux premières années dans le fauteuil de maire et qu’est-ce qui vous donne envie de briguer un nouveau mandat ?

Laurent Russier : Je suis fier du bilan qui est partagé entre l’ancien maire Didier Paillard et moi-même, mais avec la même équipe municipale. On se rend compte que l’immense majorité des engagements pris devant les Dionysiens en 2014 sont tenus ou sont lancés. Par ailleurs à ma prise de fonction j’avais pris des engagements sur quatre projets marqueurs : le lancement d’un plan de lecture publique, la mise en place d’une brigade verte pour la propreté, l’instauration d’un budget citoyen et la création du label conVersatoire. Ces projets sontlancéset continuent de s’enrichir. D’un point de vue personnel, je trouve l’expérience de maire extrêmement enrichissante et elle me donne envie de continuer à œuvrer à l’avenir de cette ville à laquelle je suis profondément attaché. Je considère également que des enjeux fondamentaux sont devant nous : Grand Paris Express, JOP 2024, grands projets de rénovation urbaine, etc. J’ai très envie de construire avec les habitants ce nouvel élan dont Saint-Denis a besoin. Je veux que cette ville change en bien, en grand, et que ça se fasse avec les habitants. La transformation de la ville doit se faire avec eux et pas contre eux.

Le JSD : Croyez-vous vraiment encore possible le rassemblement dès le 1ertour avec les membres de l’actuelle majorité, alors que des divisions semblent transparaitre sur un certain nombre de dossiers ?

LR : J’ai à cœur de construire ce rassemblement et je pense être le mieux placé pour le faire. Il doit dépasser le cadre actuel de la majorité municipale. On doit s’appuyer sur toutes les forces de gauche, car il ne faut jamais oublier qu’il y a de vraies différences entre une ville de gauche et une ville de droite. Il suffit de regarder l’exemple de Saint-Ouen où les prix de l’immobilier ont explosé parce que le maire a décidé de ne plus maîtriser le foncier. Une politique qui signifiera à terme qu’une partie de la population de la ville sera chassée de la ville. Moi je n’ai pas envie de ça pour Saint-Denis. Je ne suis pas dans une posture d’opportunisme ou d’ambition personnelle en parlant de la nécessité de se rassembler. Ce qui fait la force de la majorité c’est sa diversité. Après bien sûr qu’il y a des postures en conseil municipal - à commencer par l’opposition - alors que 90 % des rapports sont votés à l’unanimité. 

 

« Multiplier les candidatures à gauche ce serait jouer avec le feu »

 

Le JSD : Pourquoi partir si tôt en campagne ? Avez-vous envie de couper l’herbe sous le pied d’autres prétendants ?

LR : Il y a une certaine hypocrisie dans les critiques de l’opposition municipale sur ce point. Un de mes futurs adversaires a lancé sa campagne depuis bien plus longtemps et pourtant il a aussi des mandats importants. Je veux rassurer sur ce point : toute l’équipe municipale, moi en tête, nous continuerons de travailler jusqu’au bout du mandat pour les Dionysiens. Un an ce n’est pas de trop pour construire un projet au service de Saint-Denis. Nous allons être à l’écoute des Dionysiens et travailler avec eux pour le construire. Je ne regarde pas ce que feraient des adversaires potentiels. Simplement, construire un projet et se  rassembler autour prend du temps.

 

Le JSD : Ne craignez-vous pas malgré tout la multiplication des candidatures à gauche ?

LR : Multiplier les candidatures à gauche ce serait jouer avec le feu. Mes deux adversaires ils sont connus. Rappelons-nous. Dans les années 1990, le Front national avait réussi à faire des scores à deux chiffres. Il avait fallu des années pour le faire reculer. Je ne sais pas s’ils seront en mesure de faire une liste cette fois, mais en tout cas leurs idées progressent. C’est un poison contre lequel Saint-Denis n’est pas immunisé et qui peut mettre à mal notre capacité à faire ensemble. Le deuxième danger c’est Emmanuel Macron et sa politique. Rien ne nous dit qu’il n’y aura pas de liste à ses couleurs. Le président ne sort pas si affaibli de la séquence « Gilets jaunes » et poursuit une politique qui, appliquée à Saint-Denis, serait ségrégative. Elle consisterait en l’accompagnement des plus riches - et le dynamisme de la ville peut s’y prêter - en espérant  un pseudo ruissellement. Ce serait synonyme de moins de solidarité. Une partie de la population ne s’y retrouverait plus et irait même jusqu’à la quitter parce qu’elle n’aurait plus sa place. Le vrai danger est là. Ne pas se réunir à gauche c’est prendre le risque de donner la ville à d’autres, qui feraient peu de cas de nos convictions profondes.

 

Le JSD : Dès lors des primaires à gauche seraient-elles envisageables ?

LR : Les primaires surajoutent de la division. Les derniers exemples sont édifiants. Partout elles ont été un fiasco. Personne ne le propose à Saint-Denis. Je ne le proposerai pas. Ce n’est pas à l’ordre du jour alors qu’on cherche le rassemblement.

 

 « Sans doute besoin de beaucoup de renouvellement »

 

Le JSD : il est sans doute trop tôt pour parler de personnalités, mais comment comptez-vous composer votre liste ?

LR : La première des étapes c’est la construction du projet. Il faudra pour ça être encore plus à l’écoute des Dionysiens. L’idée ce serait de construire un questionnaire et que l’on ouvre chaque porte de Dionysien pour qu’on connaisse leurs envies pour leur ville. On va aussi mettre en place des ateliers de préparation du projet. Avec des objectifs assez forts du type : sommes-nous capables de construire une ville zéro déchet ? Qu’est-ce qu’un territoire de bien être ?  Ensuite viendra le moment d’incarner ce projet par des femmes et des hommes, représentatifs des quartiers et de la diversité de Saint-Denis. Certains sont peut-être dans l’équipe municipale actuelle, mais il y aura sans doute besoin de beaucoup de renouvellement. 

 

Le JSD : On comprend donc que vous êtes ouvert à des propositions qui ne sont pas les vôtres à la base…

LR : Bien sûr. Le moment de faire campagne c’est le moment où l’on se permet de tester le plus d’idées possibles. Certaines seront retenues d’autres pas. D’autres encore naîtront. Après on ne part pas d’une page blanche. Je suis fort d’un certain nombre de convictions. Mais je sais que des propositions nouvelles seront sur la table et je n’ai surtout pas envie de m’interdire de les retravailler ou de les reprendre.

 

Le JSD : Un dernier mot sur la participation aux élections. Sa faiblesse depuis un certain nombre de scrutins, interroge et pose la question de la légitimité des élus. Quelle est votre position ?

LR : Les taux de participation sont trop faibles ici comme dans toutes les villes populaires. Ce n’est pas pour rien que les enjeux démocratiques remontent fortement dans les revendications des gilets jaunes. Il faut que l’habitant se sente respecté dans ses choix et écouté. Il faut donc que cette campagne soit portée de façon différente. On doit notamment s’adresser aux plus jeunes qui affichent un degré de circonspection démocratique encore plus fort que les autres. On a l’impression que la jeunesse est d’abord objet de fantasme, synonyme de danger. Je considère qu’on doit être protecteur vis à vis de cette dernière, sans pour autant être laxiste. On doit être en capacité d’écouter les jeunes. Ce ne sera peut-être pas suffisant pour les faire participer, mais on doit le tenter. On a besoin d’entendre cette jeunesse, si présente dans notre ville.

Propos recueillis par Yann Lalande

Réactions

Il est assez amusant le Maire sortant lorsqu'il dit vouloir faire un questionnaire. Ne l'a-t-il pas fait en proposant le fameux questionnaire " faites-part de vos doléances et de vos propositions : Nous avons tou.tes.s notre mot à dire pour une société plus juste" qui servira également de fichier pour le comite de soutien puisque nous devons donner nos coordonnées... Ce questionnaire justement lui permettra de préparer son programme municipal. De plus, cela lui coutera rien pour lui puisque c'est la mairie a fait cette impression donc nos impôts...
Bonjour. Aujourd'hui et les jours suivants vont être savoureux.Et j'attends avec impatience les réactions des uns et des autres de la majorité. La technique S. PEU. Je m'annonce des mois en avance pour mettre à l'amende les autres prétendants. Laurent Russier se trompe. Le maire sortant est D. PAILLARD. Lui a été élu sur un mensonge du maire sortant en disant qu'il irait au bout de son mandat. Laurent Russier a été en petit comité sur ordre de D. PAILLARD et P. BRAOUEZEC. Il ne sait jamais présenté devant les habitants. Ses "réussites" marqueurs : - le lancement d’un plan de lecture publique, - la mise en place d’une brigade verte pour la propreté, - l’instauration d’un budget citoyen - la création du label conVersatoire. Bon je veux bien comprendre qu'on se gargarise... Mais la... Pas de quoi casser 3 pattes à un canard... Je m’arrêterais sur ce post avec cette phrase incroyable... "Je ne suis pas dans une posture d’opportunisme ou d’ambition personnelle en parlant de la nécessité de se rassembler. Ce qui fait la force de la majorité c’est sa diversité. Après bien sûr qu’il y a des postures en conseil municipal - à commencer par l’opposition - alors que 90 % des rapports sont votés à l’unanimité. " L'ambition personnelle avec qu'il y a cette grosse tête sur un fond violet horrible digne de la politique des années 80... C'est pas de l'égo???? Et la marmotte, elle mets le chocolat dans le papier d'alu. Concernant les 90% de vote... Il faut comprendre sur quels sujets, il y a des désaccord. 90% du conseil municipal est d'un ennui car c'est plus une caisse enregistreuse. Les 10% sont des sujets importants... Comme le stationnement payant, le budget, les impôts, les indemnités... Il parle d'accord mais jamais la ou les sujets qui fâchent... La suite au prochain post..... Car il y a de quoi faire...
Très drôle le dégagement systématique sur l'opposition voir sur le fantasmé vote extreme droite dionysien dès qu'on parle de multiples candidatures ! Surtout évitons les sujets qui fâchent alors que la majorité des dionysiens ont bien compris que le combat était pour l'instant au sein même de la majorité.
Que la principale composante de la majorité sortante se représente, ce n'est pas une surprise ! Il est déjà quasi acquis également que REVE présentera sa liste ... et EELV ? et PSG ? Sur la stratégie, L.Russier reprend celle de S.Peu lors des législatives à savoir de partir très tôt en campagne.Oui @Azzedine a raison : les jours qui viennent vont être savoureux ...
Le petit monde de Laurent Russier >> https://saintdenismunicipales.org/2019/02/09/saint-denis-le-petit-monde-de-russier/
ça alors d'un seul coup le maire va s'appliquer dans son travail, jusqu'à présent il pionçait apparemment. Il va faire de Saint-Denis une ville ou il fait bon vivre, il va donc faire un ménage intensif ... Quel blagueur
je constate que les prochaines élections municipales à ST DENIS risquent d'être remportées par le candidat politique ayant le marketing politique le plus performant possible aidé par de gros moyens financiers apportés par des caisses noires alimentés légalement via des lobbies idéologiques ou industriels pro-candidat. Ces élections seront toujours une affaire de business politique sous couvert d'humanisme social avec l'existence d'un électorat dionysien pauvre socialement et culturellement très influençables par une pensée unique idéologique .
Il n'y a pas de groupes de droite ni d’extrême droite à St Denis, de qui parle-t-il ? J'ai du mal à voir des alternatives, ceux qui s'opposent à la municipalité font beaucoup de critiques, mais ne proposent pas de solutions.
Bonjour @F Pour certaines personnes de la majorité municipale, toutes critique de sa politique équivaux à une fasciste. Certains comme l'extrémiste Philippe CARO en a fait les frais. Dés qu'on ose une simple critique, on mets le chiffon de l’extrême droite. Mais l'extrême droite n'a pas peut être pas de représentant à Saint Denis mais son score au national montre bien qu'il est bien présent. @Yann Lalande, j'ai mis un commentaire hier qui me semble n'est pas passé. Notamment sur l’épouvantail "extrême droite" qui est ressort à chaque fois pour dire "Sans moi, la ville passer à l'extrême droite". Cette technique déjà utilisé en 2017 commence à lasser. Pour finir, si BRAOUEZEC et PAILLARD sont sur la liste, le renouvellement serait une vaste farce dont les dindons seront les habitants. C'est une situation fort probable car L. Russier cherche à ratisser au délà des partis. Il a eu du mal a garder J. Colas... Virer, F. HAMOUDI, P. CARO.... Convaincre les militants et les obligés de la majorité municipale... facile. Convaincre les habitants, c'est une autre paire de manche.
Habitant depuis 2013 à st Denis, je ne peux pas imaginer que Monsieur Russier qui n'a jamais été élu puisse rester. La situation de la ville n'a pas bougé à part quelques améliorations à la marge du fait de l'arrivée de nouveaux habitants. Les scandales qui ont été étouffés en partie (500 kg de cannabis retrouvé dans les locaux du service technique, agression du placier du marché .. .) ne permettent pas de pouvoir continuer avec cette majorité.
Ce qui est surprenant c'est qu'il n'y a pas encore de programme, ni de liste de candidats, mais la campagne est déjà lancée. J'ai bien compris qu'il ne "part pas d’une page blanche", mais ce que je suis en train de lire ce sont des banalités, des généralités qui auraient pu être reprise par beaucoup de partis politiques.
La couleur violet des panneaux correspond chez les catholiques, au temps de l'Avent qui prépare l'arrivée du Christ. Le choix des communicants de Russier quant à cette couleur est du au hasard ou il annonce l'arrivée d'un "nouveau" sauveur à la mairie ? Quant au choix de la chemise et du costume !!! J'ai quelques inquiétudes quant à sa politique culturelle, après les khébabs du gourmet Paillard, tout se délite à Saint-Denis
quand oin voit l'état de la ville,ça ne donne vraiment pas envie de le faire redoubler. tout d'un coup il nous fait croire qu'il veut que la ville change mais pourquoi n'a t-il rien fait avant. Tout d'un coup il s'occupe des vendeurs a la sauvette mais s'il avait agi avant,le problème ne serait pas aggrave. Nous ne croyons,s plus a un changement avec cette équipe,il faut un renouveau.
Bonjour @goldo. Remarquez bien, il dit bien qu'il est fière de son bilan.. Il ne dit pas que son bilan est bon. Il aurait pu reprendre les mots de Didier Paillard, mon bilan fait sens. Les types se jettent des fleurs... Et on doit applaudir.?? du goudron et des plumes... Les communicants sont vraiment une race à part... Chaque élection ils ressortent du parfum pour masquer les mauvaises odeurs d'un bilan nauséabond.
Azzedine,j'espère qu'il ne sera pas élu. je ne vis plus a st Denis qu'à temps partiel,pour le moment je ne peux en partir définitivement mais mon seul espoir est que quelque chose change en 2020.Je me demande ce que l'on pourrait faire pour y parvenir? je vous rappelle que le livre écrit sur les banlieues territoires abandonnés où je témoigne pour st Denis est en parution a partir du 12 février. pour le moment je n'ai pas reçu ma commande
On va faire dans le "simplisme" Pour que l'actuel Maire ne soit pas élu faut-il s'intéresser aux solutions proposées, aux campagnes d'autres candidats , ne pas s'abstenir malgré la chanson "tous pourris, ça ne changera jamais et de toutes façons...... les autres ne passeront pas ou ils ne pourront rien faire..... ou ils n'aiment pas les pauvres......et la gentrification de la ville sera inévitable.. la liste est longue....... enfin la rengaine et propagande habituelle. :
Le PCF est en place à Saint-Denis depuis 1912..tout est dit! Le changement politique doit advenir l’année prochaine pour les municipales de 2020. Cette ville a besoin d’une vraie mixité socio-économique afin de tirer vers le haut la richesse culturelle et la jeunesse dont cette ville regorge ! Le clientélisme politique doit cesser, cette municipalité ne pense qu’à ses petits intérêts.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur