À la une En ville

École pour réfugiés
/ « Chez Thot, l’étudiant est au centre de tout »

Créée fin 2015 par trois femmes, l’école Thot, installée dans des locaux du 6b, délivre des cours de français langue étrangère (FLE) à un public réfugié et demandeur d’asile en Île-de-France. À la clé : un diplôme reconnu.
Felix Guyon, directeur général de l'école Thot © Yslande Bossé
Felix Guyon, directeur général de l'école Thot © Yslande Bossé

En quatre ans d’existence, elle a fait un bon bout de chemin. Après les 66 000 euros de dons obtenus en 2015 pour sa création, grâce à un crowdfunding sur Ulule, l’école Thot, qui dispense en échange de 7 euros une formation diplômante en français conçu pour des réfugiés et des demandeurs d’asile, prend petit à petit ses marques au 6b, dans des locaux qu’elle loue depuis janvier 2018. 

Au premier étage, plusieurs espaces ont été aménagés pour accueillir quatre salles de cours, un espace convivial ainsi que plusieurs bureaux destinés aux cinq salariés fixes de cette école professionnelle destinée à « des gens peu ou pas alphabétisés, qui n’ont jamais eu de diplômes avant, très éloignés de l’emploi et les moins armés pour s’insérer socialement », explique Félix Guyon, délégué général de Thot. La deuxième semaine de septembre, l’école a entamé sa rentrée et sa 9e session de cours (1). En raison de sa notoriété, elle a été victime de son succès. « On a eu 750 candidatures pour 76 nouvelles places. Il y a une grosse demande de la part de cette population », précise Félix Guyon.

LIRE AUSSI  / Enfants syriens : de réfugiés à écoliers

Selon les sessions, quatre à cinq professeurs ont pour objectif d’aider les étudiants à acquérir une bonne pratique de la langue française en fonction de leurs niveaux. En tout, 10 heures de français par semaines sont données. Pour Hadidja, 31 ans, diplômée en master didactique des langues étrangères, « chez Thot, l’étudiant est au centre de tout ». Voilà pourquoi la professeure de français qui en est à sa 3e session a adhéré au « concept ».
 

« On les suit même après leur diplôme »

« Avant j’ai enseigné à Paris pour des étrangers plus privilégiés on va dire, c’était des ingénieurs ou des expats. J’ai aussi travaillé dans un centre de formation pour réfugiés à Créteil et ce n’était pas du tout pareil. Ici, tout tourne autour des étudiants, je vois moins le côté financement. Au contraire, on est dans l’humain », exprime Hadidja. Pôle social et professionnel, ateliers artistiques, sorties culturelles… En plus des cours de français et d’un diplôme (2), l’école Thot offre aux étudiants réfugiés et demandeurs d’asile un accompagnement administratif, juridique et psychothérapeutique. « On les aide et on les suit dans leur parcours même après l’obtention du diplôme », avance Félix Guyon. Au total, depuis son lancement, l’école Thot a formé 500 personnes.

Yslande Bossé

(1) Les cours sont dispensés par session de 4 mois.

(2) Le DILF ou le DELF

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur