Tribunes

« Ma Coupe de France 2009 »

Le 9 mai 2009, j’ai l’impression de revivre le 12 juillet 1998. La journée me paraît bien longue. Seule différence, le soir, je serai au Stade de France, je tiens mon billet, tribune est, bloc E5, rang 52, place 15, arraché presque miraculeusement, tant il y avait d’amateurs. Faut dire que j’attendais ce moment depuis 1998, je voulais voir mes chouchous dans l’arène que j’ai vu construire à deux pas de mon bureau, dans ma ville d’adoption, aussi chère à mon cœur que les Côtes-d’Armor.
Je savais, pour avoir le plaisir de me rendre au Roudourou une ou deux fois par an, pendant les vacances, que les supporters guingampais sauraient mettre une ambiance historique, jamais vue encore, dans les tribunes. Me voilà, à 19?h?30, à ma place, j’en prends plein les yeux, plein les oreilles, tournée vers la tribune sud, au risque d’attraper un torticolis. Je jette quand même un œil de temps en temps vers le nord, faut être fair-play, d’autant qu’elle est bretonne aussi cette tribune. L’hymne breton, puis l’hymne français, chanté en chœur et à plein cœur comme jamais, puis l’hymne européen, il ne manquait que l’hymne du monde, dommage qu’il n’existe pas. Tri martolod interprété par les bagadou de Guingamp et Cesson-Sévigné ensemble, repris par la Garde Républicaine, j’étais presque en Bretagne.
Alan Stivell s’invitant seul sur la pelouse pour entonner, a cappella, l’hymne breton, voilà une belle façon de clore cette magnifique soirée bretonne à 100 %, après la remise de la coupe, même s’il y a un gagnant et un perdant, parce qu’il le fallait bien.
Alors, oui, la fête fut belle, historique, mémorable… et tout ce que vous voulez.
Bon, il y avait aussi le match, les petits paysans défiant les grands
de la ville. Là, je dois avouer que je ne rigolais plus. 0-0 à la mi-temps, on ne va quand même pas aller aux tirs au but, encore que, il n’y a pas de grande différence dans le jeu. Pas comme à la finale précédente. D’ailleurs, les supporters guingampais avaient prévenu au Roudourou « pas de vannes, on la gagne ».
Une heure de jeu, toujours rien, j’ai les nerfs, j’vous raconte pas.
Et patatras, à la 68e, un but pour Rennes. Je suis entourée de Rennais, tout à leur joie… de courte durée, ils n’ont pas le temps d’en profiter,
je n’ai pas le temps d’être contrariée… BUT d’Eduardo à la 72e, le Brésil voulait sa revanche de 1998. Ne pas prendre de but maintenant, c’est arrivé si souvent, mais faire comme à Toulouse, marquer le second dans les dernières minutes… À la 83e, explosion de joie… 2e but d’Eduardo, qui marque toujours quand y’a la télé, le malin qui rêve de jouer en L1.
94e minute?: le coup de sifflet final, ouf, LA VICTOIRE, la Coupe est pour l’En Avant de Guingamp.
Danielle Lelong

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur