En ville

« L’islamisme politique n’est pas une religion »

L’auteure de Ma vie à contre coran participe à une rencontre-débat organisée jeudi 12 novembre à 19?h à la bourse du travail par les associations Femmes solidaires, Société des laïcs, Initiative féministe européenne et Algérie au cœur.

Le Journal de Saint-Denis?: En 1994, à 22 ans, vous avez fui l’Algérie pour la France avec votre famille menacée de mort par les islamistes. Vous avez vécu à Saint-Denis. Vous vivez et travaillez aujourd’hui au Québec où vous venez de publier Ma vie à contre coran, sous-titré « une femme témoigne sur les islamistes ». Comment est né le besoin d’écrire ce livre qui, au-delà du témoignage, est une analyse sur « l’islamisme politique » selon vos propres termes??
Djemila Benhabib?: Quand j’ai quitté l’Algérie, je voulais tourner la page. Et puis, en France comme au Québec, j’ai découvert comment cet islamisme politique est animé par des groupes organisés. J’ai pu le constater aussi lors de déplacements en tant que journaliste dans plusieurs pays d’Europe, au Moyen-Orient ou aux États-Unis. C’est ce qui m’a motivée. Certes il y a des différences. Au Québec où les gens sont très attachés à l’égalité des sexes, ce n’est pas la même chose qu’en France où ces forces mènent un travail constant dans la société. Et dans ce contexte, l’Île-de-France est encore un sujet à part. Lorsque des amies ont organisé un débat autour du livre à Saint-Ouen (1), elles ont été insultées dans la rue et les affiches déchirées. À Marseille, nous avons tenu une rencontre dans un théâtre du centre-ville et il ne s’est rien passé de semblable.

Le JSD?: Ces phénomènes d’intolérance sont assez récents…
D.B.?:
Il s’agit de la prise en otage de populations immigrantes. Et c’est un recul dans la société, pour des jeunes des 2e ou 3e générations qui sont aujourd’hui moins avancés que leurs parents il y a des années. Incontestablement, la société, pas seulement française, a raté quelque chose, et le fossé s’élargit. Quand les jeunes notamment d’origine des pays du Maghreb sont descendus dans les rues, ils n’ont pas réclamé la construction de mosquées, mais ils ont demandé à la République de leur donner les mêmes droits qu’aux autres. Rien de plus. Ils n’ont pas été réellement entendus. S’ajoutent la lâcheté de certains politiciens et la complicité d’une certaine gauche qui confortent ces idées rétrogrades.

Le JSD?: Vous faites allusion là au voile…
D.B.?: Oui, car les femmes voilées sont les premières victimes. C’est là encore un phénomène récent qui n’a rien de religieux ni de traditionnel. Le voile avant tout veut marquer l’appartenance à une idéologie et marquer la différence. C’est en cela qu’il est gênant, car il tourne le dos aux valeurs de la République dont une est l’égalité hommes-femmes. Le foulard est sexiste, ce sont les femmes qui le portent. Comment peut-on tolérer le sexisme?? Pour moi, il devrait être considéré comme un délit, au même titre que le racisme ou l’homophobie. Il faut en finir avec cette permissivité héritée de 2?000 ou 3?000 ans de patriarcat.

Le JSD?: Vous contestez aussi le repliement sur le lien religieux…
D.B.?: Bien évidemment. La société a raté l’intégration dans ses multiples composantes et ne permet pas à certains d’exister en tant qu’êtres humains entiers, avec leurs droits et leurs devoirs. Ils se replient sur le lien religieux. C’est tout ce qui leur reste pour exister. Avec tous les dévoiements possibles. Et puis sur le terrain, quand on voit des élus demander l’intervention d’un imam pour régler un conflit entre citoyens immigrés, je suis tout autant inquiète. Pourquoi permettre ainsi l’intrusion du religieux dans la sphère publique?? Un musulman n’est-il qu’un musulman et pas avant tout un citoyen?? Et c’est gravement oublier que l’islamisme politique est une idéologie qui n’a rien à voir avec une religion.

Recueilli par Gérald Rossi

(1) Débat le jeudi 12 novembre à la bourse du travail de Saint-Denis, à 19?h, 2e étage, entrée rue Bobby-Sands.
Ma vie à contre coran, VLB éditeur – groupe Quebecor – 268 pages.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur