Tribunes

« Aujourd’hui je pense au cauchemar du conducteur du RER »

Une lectrice réagit à l’accident qui a causé deux morts le samedi 7 mars sur les voies du RER après un match de football au Stade de France.

Le 28 juin 1951, mon frère a eu un accident et ma jeune sœur a été tuée sur le coup. Aujourd’hui, il a 80 ans, il fait encore des cauchemars. Je peux vous dire que cette chose affreuse l’a poursuivi toute sa vie et qu’il n’a guère eu de moments d’oubli.
Le 20 septembre 1981, à la sortie de l’usine où il travaille, mon neveu de 22 ans a été tué par un camion de 38 tonnes dont le chauffeur s’était endormi au volant. Il a fallu quatre heures pour sortir son corps de sa voiture encastrée sous le fameux camion. Quinze jours après, nous avons appris que le chauffeur s’était suicidé, ne pouvant accepter d’avoir par sa faute ôter la vie à ce jeune homme.
Tout ceci pour vous dire qu’aujourd’hui je pense au cauchemar du conducteur du RER. Personne ne pense à ce qu’il ressent, personne ne pense à ce qu’il aura du mal à reconstruire, tout ça parce que treize personnes inconscientes et irresponsables ont cru bon de franchir l’interdit. Quand le groupe a vu qu’il s’était trompé de chemin, pourquoi n’a-t-il pas rebroussé chemin??
Ce n’est quand même pas la faute de la SNCF. Ils ont mis délibérément leurs vies en danger et celle d’autrui. L’enfant de 10 ans a suivi, donc il est mort à cause d’adultes irresponsables. Ne connaissant pas le quartier, ils n’avaient qu’à repartir par où ils étaient venus. Tous les prétextes sont bons pour accuser la SNCF, le pêne de la porte ne fonctionnait pas, il était 23?h?30, ils ne savaient pas qu’il y avait encore des trains. Pas de lumière, l’endroit semblait abandonné, il y avait des graffitis, tous prétextes futiles pour se déculpabiliser. Non, la faute est à ces gens, c’est ceux qui ont été de leur plein gré à cet endroit au mauvais moment, qu’ils reconnaissent leurs fautes au moins par respect pour les deux morts. Merci pour votre nouvelle rubrique « au coin de la une ».
Mme J. Lecourbaron

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur