Portrait

Le portrait de la semaine Daoud Tatou
/ Son combat pour les autistes

Engagé. Depuis plus de vingt ans, ce Dionysien est à la tête d’une structure de prise en charge d’autistes en situations difficiles. Son combat sera bientôt célébré sur grand écran.
Daoud Tatou, le fondateur du Relais Île-de-France, structure qui vient en aide aux jeunes autistes
Daoud Tatou, le fondateur du Relais Île-de-France, structure qui vient en aide aux jeunes autistes

En ce mardi après-midi de début octobre, la patinoire de Saint-Ouen est plongée dans une atmosphère inhabituelle. « Lumières, moteur, action. »
Éric Toledano et Olivier Nakache, les réalisateurs d’Intouchables, sont en plein tournage de leur prochain film. Dans un coin du plateau, Daoud Tatou observe. Ce Dionysien de 44 ans, petites lunettes et corps massif, est une des inspirations principales du film. Il y est interprété par Reda Kateb. « Le mot honneur est trop faible », juge-t-il humblement.

Daoud Tatou est le fondateur du Relais Île-de-France, une structure ouverte depuis 2000 qui prend en charge des jeunes autistes à partir de l’âge de 14 ans et qui sont « Scated, c’est-à-dire les Situations complexes en autisme avec trouble envahissant du développement », précise-t-il avec son débit mitraillette et sa passion des acronymes. Les Scated, ce sont les cas lourds. 15 d’entre eux sont pris en charge par jour, tous les jours de l’année, y compris les week-ends, les jours fériés et les vacances.
 

100 personnes formées par le Relais

Il a lancé le Relais pour combler un déficit : « Il manque 37 000 places en France… », rappelle-t-il. Des autistes qui se retrouvent sans institution, donc sans prise en charge. Au début des années 2000, il habite les Tarterêts, une cité de Corbeil-Essonnes. « J’ai demandé à quelques jeunes du quartier de me donner un coup de main pour s’occuper de jeunes autistes le week-end de temps en temps. C’est comme ça que le Relais Île-de-France a commencé. » Car son association associe à la prise en charge d’autistes la réinsertion sociale et professionnelle. 

Depuis dix-huit ans, 100 personnes ont été formées par le Relais, et 64 ont même été diplômées. « Je suis fier d’aider des jeunes qui faisaient le mur à devenir des éducateurs spécialisés chevronnés », insiste-t-il.
 

Beaucoup de divorces chez les parents d'autistes 

La prise en charge au Relais Île-De-France est par essence temporaire. « L’objectif est de diminuer les troubles du comportement de la personne autiste et de permettre son accès rapide à une institution », résume Daoud Tatou. Cela passe par des activités cognitives mais aussi socialisantes : aller au bowling, apprendre à faire la queue au cinéma ou à commander un café. Ces activités servent à faire gagner en autonomie les personnes autistes. Et puis aussi à « décharger les parents, pour permettre aux couples de se retrouver – il y a beaucoup de divorces chez les parents d’autistes –, de se concentrer sur la fratrie qui peut parfois être délaissée... » Et puis pour ces cas difficiles, cela permet d’avoir une continuité dans une prise en charge, car l’unique alternative, souvent, c’est l’hôpital psychiatrique « qui est un lieu d’enfermement pour les autistes, pas un lieu de soin », martèle Daoud.

Une rencontre va jouer un rôle crucial dans sa vie professionnelle. Celle de Stéphane Benhamou, fondateur du « Silence des Justes », une autre association qui s’occupe des personnes avec autisme. L’un est juif, l’autre est musulman, tous les deux pratiquants. Personne ne croyait qu’ils pourraient s’entendre. Et pourtant ! Cela fait plus de vingt ans qu’ils collaborent, rapprochés par leur foi et surtout par leur combat pour les personnes autistes. Ils organisent des sorties, des vacances ensemble, musulmans et juifs, patients et moniteurs ou éducateurs spés qui célèbrent le Ramadan ou le Shabbat. C’est cette fraternité, cette image de la laïcité qui a intéressé les réalisateurs Toledano et Nakache.

À la patinoire de Saint-Ouen, c’est l’heure de rentrer pour les jeunes autistes qui faisaient de la figuration dans le film. Chacun d’entre eux est accompagné par un éducateur. « C’est toujours du “un pour un” chez nous », indique Daoud Tatou. Il s’occupe de rameuter les troupes, ceux qui sont en retard alors que le van les attend. Mais il a toujours un geste ou un mot tendre : « Ça va, beau gosse ? », demande-t-il à un jeune autiste, ravi du compliment.

 

Arnaud Aubry

Réactions

Bonjour. Cela devrait être le portrait de l'année. Je connais bien cette structure car un de mes amis y travaille et qui s'épanouie totalement dans l’accompagnement des autistes. C'est un travail en silence qui fait beaucoup de bien aux familles trop souvent délaissées.
"L'un est juif, l’autre est musulman, tous les deux pratiquants. Personne ne croyait qu’ils pourraient s’entendre. " Dans le genre cliché vous avez fait fort le jsd...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur