Sports

Alors on danse !

Le samedi 28 juin, la section de danse moderne du Sdus a fait le spectacle au palais des sports Auguste-Delaune.
Samedi 28 juin, gala de danse du Sdus au palais des sports Auguste-Delaune
Samedi 28 juin, gala de danse du Sdus au palais des sports Auguste-Delaune


Il est environ 20 h 30 dans la grande salle du palais des sports et les danseuses du cours n° 4, réservé aux plus âgées, terminent leur chorégraphie. Chapeaux et cravates dorés façon cabaret, le public est conquis et déclenche ses applaudissements dès la dernière note de musique. On apporte alors un gâteau sur lequel scintillent deux grandes bougies chiffrées. Nicole Blot, professeure de danse et organisatrice de l’événement, reçoit une belle ovation. 


Ce soir, la section de danse moderne du Sdus célèbre son 35e gala de fin d’année. Et Nicole les a tous vécus. « J’avais 5 ans quand j’ai commencé à danser ici, confie-t-elle. Ma prof est partie en 1979 et m’a laissé les rênes du club. Nous avons organisé le premier gala en 1980, au Théâtre Gérard-Philipe. À l’époque je ne m’occupais que des plus petits car je ne me sentais pas à l’aise pour enseigner à des gens plus âgés que moi. Mais finalement les enfants grandissent et on a envie de les suivre dans leur progression. 

Aujourd’hui je m’occupe des cinq cours, des poussins aux plus de 18 ans ! »



Les élèves sont répartis par tranches d’âges et suivent des exercices adaptés à leur pratique : éveil à la danse pour les tout-petits, échauffement à la barre, travail rythmique pour les élèves de 6 à 9 ans, chorégraphies plus complexes et assouplissement poussé pour les 10-13 ans… « C’est l’âge à partir duquel les cours deviennent plus rigoureux », poursuit Nicole Blot. « J’essaie de varier les plaisirs, de leur apprendre des chorégraphies lentes ou rapides, sur différents genres de musiques. Avec les plus âgées, les cours deviennent plus techniques et je peux laisser plus de place à leur créativité artistique, à leurs inspirations. »


Exigence et performance

Cette créativité se vérifie à chaque gala. « C’est une occasion de montrer aux parents le travail accompli et de mélanger les élèves d’âges différents sur certaines chorégraphies, explique Nicole. Nous ne faisons pas de concours pendant l’année donc le gala présente un certain enjeu. Ce n’est pas qu’une fête de fin d’année mais aussi une performance, donc je me montre exigeante ! » 


Ce samedi-là, les proches des danseuses sont venus en nombre, n’hésitant pas à improviser eux-mêmes quelques pas dans les gradins dès lors que la musique s’y prête. Les « poussins » se joignent à leurs aînés pour une chorégraphie « coupé-décalé ». Le rythme s’apaise ensuite le temps du fameux Under d’Alex Hepburn sur lequel chaloupent gracieusement des danseuses en rouge et noir.


Autre moment fort, une belle création sur le thème de la rivière dansée par les aînées du cours n° 4, faisant de l’hypnotique I follow rivers de Lykke Li une langoureuse ballade au fil de l’eau. Les chorégraphies s’enchaîneront toute la soirée sans temps mort, sur les airs de Robin Thicke, Zaz ou Rihanna. Certaines sont rejouées une seconde fois à la demande du public. Tout le monde est ravi, les exigences de Nicole ont visiblement porté leurs fruits.


Corentin Rocher


Sdus 2, bd Anatole-France. Site : http://www.sdus.asso.fr/ Tél : 01 55 84 22 22.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur