Portrait

Nathalie Bontemps, sa part syrienne

Traductrice passionnée de littérature et de culture arabes, elle a vécu huit ans à Damas, jusqu’en novembre 2011.Et y reste liée par le biais de réseaux syriensde solidarité.
NATHALIE BONTEMPS
NATHALIE BONTEMPS


Dionysienne depuis peu, Nathalie Bontemps donne des cours d’arabe à Aleca(Association laïque d’enseignement et de culture arabe) à la Maison de la vie associative. Elle a vécu huit ans à Damas (Syrie) et, auparavant, avait effectué plusieurs séjours au Maroc, en Égypte, au Liban.


« J’ai toujours été attirée par la littérature arabe et j’avais envie que ça débouche sur la connaissance des gens », dit-elle. Est-ce par son père, qui passa un an en Algérie au début de l’indépendance comme instituteur au titre de la coopération ? Toujours est-il que Nathalie s’est lancée dans des études de littérature arabe.


Elle effectue des travaux de traduction puis décroche une bourse pour partir un an à l’Institut français du Proche Orient à Damas. Nous sommes en 2003 et elle y restera jusqu’en 2011. « Un an, c’était trop court, alors j’ai trouvé un poste de professeure au centre culturel français. »


Dans le même temps, elle poursuit ses études et continue ses traductions. La vie dans la capitale syrienne lui plaît. « La société damascène est multiple. Les Syriens ont l’expérience de la différence, de l’altérité, ils ont l’habitude de voir d’autres gens qui ne vivent pas comme eux », témoigne-t-elle.


Nathalie vit une belle aventure humaine, rencontre son mari, Syrien, aime sa vie. « À Damas, on se fond dans la ville, on n’attire pas les regards, je me sentais à l’aise. D’autant que les excès liés au tourisme de masse n’existent pas », ajoute-t-elle. Mais ce qui existe bien, c’est la chape de plomb du pouvoir, l’étouffement politique, la répression omniprésente.


« Rien ne pouvait se faire sans l’autorisation de la police secrète, jusqu’aux événements familiaux. » Elle cite l’exemple de ces jeunes qui souhaitaient créer une bibliothèque. Impossible. De ces villageois qui voulaient organiser le ramassage des ordures. Impossible. « Toute initiative citoyenne, notamment culturelle, était brisée. »


Avec un régime aussi scindé de la société, on comprend mieux pourquoi la révolution a éclaté. Dès mars 2011, les manifestations pacifiques sont férocement réprimées. L’information circule par le bouche à oreille, Internet, les téléphones mobiles. Des réseaux de solidarité se créent pour venir en aide aux familles victimes de la répression, aux détenus, aux déplacés, aux victimes de torture. « Ce n’est pas une guerre civile, c’est une guerre faite aux civils ! »


Nathalie et son mari, poète et traducteur, doivent quitter le pays en novembre 2011. Ils partent en Jordanie, puis arrivent en France en juillet 2012 et à Saint-Denis en septembre. Où elle monte aussitôt ChamS (soleil) collectif Syrie, un relais français de l’un de ces réseaux syriensde solidarité.


Outre ses postes de professeur à Aleca et à l’Institut des cultures d’islam à Paris, elle a traduit récemment Treize ans dans les prisons syriennes, d’Aram Karabet (Actes Sud, 2013), « un défenseur de la Syrie multiple », précise-t-elle (1). Et elle révèle travailler à des écrits personnels, sur les quartiers de Damas.


Heureuse d’être à Saint-Denis et de l’accueil qui lui a été fait, qui a facilité son retour, confie-t-elle, une part d’elle est restée en Syrie. « Malgré la répression inouïe et la confusion désespérante qui y règne, le mouvement civil ne s’est jamais arrêté, envers et contre tout », dit-elle, avec de l’admiration dans la voix.

Benoît Lagarrigue


(1) Ainsi que Les miroirs de Frankenstein, autobiographie du poète libanais Abbas Beydoun, toujours chez Actes Sud (2013).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.