Sports

Boxe anglaise / le Sdus rejoint l’Académie Christophe Tiozzo

La section de Saint-Denis a intégré la structure montée par le champion de La Courtille, qui favorise l’insertion professionnelle via la pratique du noble art.
Christophe Tiozzo à droite de la photo est remonté sur le ring dionysien pour la circonstance
Christophe Tiozzo à droite de la photo est remonté sur le ring dionysien pour la circonstance


Jeudi 25 octobre, Christophe Tiozzo était de retour dans la salle André-Leroux du palais des sports Auguste-Delaune. Celle où tout a commencé. Celle de ses premiers pas de boxeur avant de décrocher le bronze olympique en 1984, puis le titre de champion du monde des supers-moyens WBA chez les professionnels en 1990. Le colosse originaire de La Courtille est même remonté sur le ring, mais pas pour enfiler les gants.


Avec Philippe Sturm, le responsable sportif de la section boxe du Sdus, ils ont signé, sourire aux lèvres, la labellisation du club au sein de l’Académie Tiozzo. « Après les événements de Villiers-le-Bel en 2007, j’ai voulu créer des clubs de boxe dans les quartiers sensibles pour canaliser les jeunes. Avec Thomas Piquemal, on a ajouté un volet insertion sociale et professionnelle il y a trois ans », explique Christophe.


L’idée est de promouvoir le noble art, une discipline exigeante et technique, dont les valeurs de « sérieux, rigueur, abnégation, envie de s’en sortir et respect des règles » doivent permettre de réussir dans le monde du travail. « Soit on fonde des clubs, soit on labellise des structures existantes. J’aime bien ce système, il y a un ancrage et les jeunes sont déjà connus. On peut mieux les aider », ajoute Christophe, heureux que Saint-Denis soit de la partie.


Un son de cloche partagé par Isabelle Lhermite, déléguée générale de l’association : « L’entraîneur est notre relais sur le terrain. C’est lui qui connaît ses boxeurs et leurs qualités. » 


Philippe sera donc cet interlocuteur privilégié. « Les jeunes se font une fausse image de la société et du monde du travail, analyse-t-il. On est là pour les aider à faire le premier pas. »

Déjà 136 bénéficiaires

Bien sûr, tous les boxeurs n’ont pas vocation à intégrer cette rampe de lancement vers l’emploi. Seulement ceux qui en ont besoin et qui le souhaitent. Et tous sont acceptés quel que soit leur niveau de pratique : loisir, amateur ou professionnel. Une fois le profil d’un candidat établi, il bénéficie de l’attention des partenaires, parmi lesquels des super poids lourds : Vinci, Casino, Veolia, La Banque Postale.


À la dizaine de groupes nationaux s’ajoutent les poids moyens, légers et plumes, avec des réseaux locaux autour de chaque club, partout en France. « Les entreprises sont très réceptives, car elles n’ont pas d’obligation d’embauche, ni de pile de CV tous les matins et savent que notre démarche est sérieuse et structurée, avec des profils qui correspondent », indique Emmanuelle David, chargée d’insertion.


Depuis trois ans, 136 personnes ont bénéficié du programme. Une soixantaine a déjà décroché un emploi, sans compter les stages et les formations effectués. « Ce sont eux qui réussissent les entretiens, même si les CDI, on les prend comme des victoires ! », apprécie Emmanuelle.

Aurélien Soucheyre


Du monde sur le ring

L’Académie Tiozzo a créé quatre clubs, à Villiers-le-Bel, Paris, Saint-Jean-de-la-Ruelle et Toulouse. Douze autres ont été labélisés et les projets fourmillent face à une demande assez forte. Une dizaine de salariés compose l’association, qui vit du soutien de nombreux partenaires, de fonds privés et de mécénat. Boxe féminine, aéro-boxe et handy-boxe sont aussi développées en fonction des clubs.


À Saint-Denis, le coach Philippe Sturm refuse chaque année 30 à 40 boxeurs du fait des limitations de la salle André-Leroux. Le groupe boxe éducative a temporairement fermé avec le départ de Maxime Larine. Les féminines se développent et la compétition reprend avec des jeunes très motivés, qui louent l’ambiance et l’apprentissage. Zakaria El Jaouhari participait par exemple à la demi-finale du critérium des espoirs dimanche dernier à la salle Japy.

A.S.


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur