Sports

Rugby à sept : et si les filles jouaient à douze ?

Fortes d’une bonne ambiance et d’une volonté manifeste, les rugbygirls du Saint-Denis Union Sports ont doublé le nombre de leurs adhérentes et espèrent être plus nombreuses l’an prochain.
L'équipe féminine et le staff,  version sérieuse
L'équipe féminine et le staff, version sérieuse


Des cornes sur la tête, du rouge sur les lèvres, des fourches et des collants noirs. Des ailes blanches dans le dos, du bleu sur les yeux et de petits arcs. « À chaque fois que l’on joue à domicile, on se déguise pour la troisième mi-temps. Cette fois le thème c’est Anges et Démons », s’amuse Marie Baudrillart, fervente défenseuse du rugby féminin sur tous les fronts.


Samedi 14 avril, pour la dernière rencontre de la saison en Fédérale 3, les filles qui jouent à sept se sont inclinées 15 à 30 face à Valenciennes. « Notre grosse difficulté c’est d’entrer dans les matches. Aujourd’hui on prend deux essais d’entrée. On égalise, mais on subit le jeu au pied intéressant des adversaires. On arrive à trois partout, on s’arrache pour finir, puis ça devient trop fort en face et on perd 6 essais à 3 », résume Marie, néanmoins heureuse de la performance collective.


« On s’est battues ensemble, on s’est dépassées et on a toutes été aplatir derrière la ligne. C’est ça qui compte. Nos passes après contact, on les a faites à quelqu’un et pas dans le vide. C’est de bon augure pour l’an prochain. »

« Il faudra renforcer les cervicales aussi… »

L’an prochain justement, se jouerait bien en rugby à douze si les effectifs le permettent. « À sept c’est large, c’est l’espace et l’attaque. Les filles sont mieux armées pour jouer à douze. Chacune serait à son poste en fonction de ses qualités et capacités », projette l’entraîneur adjoint Louis Mahiot, qui a suivi pratiquement toutes les sections du Sdus et était de l’aventure féminine des années 2003.


« Cette année il fallait conforter l’équipe et se faire plaisir sur le terrain. On a fini par varier jeu devant et derrière, force et vitesse », apprécie-t-il pour sa dernière saison au club. Son compère Kevin Dubot, joueur de l’équipe première déjà au coaching depuis deux ans avec les filles, les verrait bien à douze lui aussi. « C’est un rugby plus total où il faudra travailler les touches, les mêlées. Il y a plus de gestes et de choses à voir. Il faudra renforcer les cervicales aussi. »


En attendant, le groupe homogène qui compte des pratiquantes depuis dix ans, deux ans ou deux semaines, s’agrandit peu à peu. « Je passe mon temps à chercher des joueuses. Dès que je croise une fille je lui en parle », raconte Marie. La section féminine a été créée en 2001, avant de tomber en sommeil et d’être relancée en 2010. De 7 adhérentes en début de saison, elles sont désormais 18 et espèrent être 20 ou 25 à la rentrée prochaine.


« Quoi qu’il arrive, c’est nous les meilleures pour la troisième mi-temps ! », s’amusent les filles, qui soignent la bonne ambiance en comparant quelques bleus et écorchures. « On a fait un calendrier en petite tenue cette année, comme les joueurs du Stade français. Le nôtre est beaucoup mieux ! En sortie au parc Astérix en maillot de rugby, on a aussi fait fureur ! » Un groupe solidaire qui s’amuse bien, sur et en dehors des terrains.


Aurélien Soucheyre


Entraînement tous les jeudis soirs de 20h à 22h à Delaune, à partir de 18 ans. Plus d’informations au 01 55 84 22 22.


§§§


Coté garçons en Fédérale 3

Un final réussi pour l’équipe première

Les garçons de l’équipe première ont terminé leur saison de Fédérale 3 sur une victoire, 22 à 14 sur le terrain d’Haguenau le dimanche 22 avril. Ils se maintiennent comme prévu dans une poule particulièrement relevée, beaucoup plus que celle de l’an dernier, et finissent 7e sur 10 équipes après un démarrage de saison difficile.


S’ils ne se sont pas qualifiés pour les phases finales comme l’an dernier, l’équipe réserve sera elle de la partie. Sa très belle saison et les larges victoires jusqu’à présent enregistrées devraient lui permettre d’aller loin dans l’aventure, en évitant un tirage au sort trop cruel, bien que sur un match tout soit possible.


A.S.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur