Saint-Denis
Mardi 22 Juillet
Matin Après-midi Soir

Couvert

Couvert

Nuageux
16.9°C 19.9°C 25°C
Recevoir la newsletter
| Vous êtes ici : accueil >

Télécharger le JSD N° 1007 en PDF



« J’ai la volonté faire mieux connaître la basilique en France et à l’étranger »Marie-Christine Vandoorne est l’administratrice de la cathédrale de Saint-Denis.En 2011, le Centre des monuments nationaux lui a attribué ce bâtiment pour lequel elle dit nourrir de grands et beaux projets.


Depuis octobre 2012, Marie-Christine Vandoorne est la nouvelle administratrice de la basilique de Saint-Denis pour le Centre des monuments nationaux (CMN). Si elle arrive à un moment important de la cathédrale, puisque les travaux de restauration de la façade nord ont démarré cet automne, elle entend les accompagner avec la volonté de développer les activités et la fréquentation de l’édifice.


Issue d’une famille du Nord, à quelques lieues de la Belgique, elle fut très jeune sensible à la notion de frontière, vécue comme un lieu de passage et d’échanges. Une jeunesse marquée par les réminiscences de la guerre, de la douleur, de la Résistance. « La rigueur, la passion et l’engagement au nom de vraies valeurs qui me guident viennent de là », dit-elle.


Helléniste, professeure de lettres classiques d’abord, elle se dit obsédée par « l’idée de transmission ». Refusant la routine de l’enseignement, elle part en 1993 aux Pays-Bas comme attachée de coopération universitaire. Elle y crée un centre de recherche sur la France contemporaine, conçoit des projets pour développer la connaissance de la langue française. C’est le début d’un vaste périple qui la mènera tour à tour à l’Alliance française en Irlande, puis à Paris, au Bénin, au palais Farnèse à Rome, au Maroc…


Partout elle innove, crée des festivals d’arts et de culture, fait découvrir la littérature française contemporaine, mêle les disciplines (danse, musique, littérature), tisse des liens, érige des ponts, s’attache à faire se rencontrer les cultures et les peuples. En 2006, elle publie chez un éditeur italien son premier roman, La danse de la mémoire. Le titre lui va comme un gant.


C’est en 2011 que Marie-Christine Vandoorne est appelée par la présidence du CMN et se voit attribuer en 2012 la basilique de Saint-Denis et le domaine national du Palais-Royal à Paris. « Je ne connaissais pas la basilique. C’est un monument extraordinaire, chargé d’histoire ! », s’écrie-t-elle. Et elle évoque aussitôt la splendeur de l’édifice, l’épaisseur visible de l’Histoire de France.


Et la ville, où elle a son bureau, qu’en pense-t-elle ? « Pour moi, qui ai beaucoup voyagé, le multiculturalisme de Saint-Denis est magnifique, répond-elle spontanément. La composition de cette ville est attachante, je me sens à l’aise dans cette ambiance et j’aime ça. » Concernant la basilique, elle déborde de projets.


« D’abord j’ai la volonté de la faire mieux connaître en France et à l’étranger. Je souhaite organiser des événements mettant en valeur la richesse du monument tant au niveau de son architecture qu’à l’intérieur autour des gisants. » À cet égard, 2014 sera une année majeure avec le 800e anniversaire de la naissance de Saint-Louis et une exposition consacrée à Eugène Viollet-le-Duc et François Debret, architectes qui ont conduit les rénovations du XIXe siècle.


Le deuxième objectif de Marie-Christine Vandoorne porte sur l’éducation. « Je veux attirer de plus en plus de jeunes d’âge scolaire à travers des actions éducatives et ludiques. Donner le goût de l’histoire, c’est faire connaître à ces jeunes leur propre culture. Des milliers d’hommes, artisans, ouvriers, artistes, ont construit ce monument qui témoigne de la créativité humaine. »


C’est dans ce cadre qu’elle a invité aux premiers jours de janvier l’écrivain Daniel Picouly pour un conte déambulé qui a connu un grand succès, « et qui sera publié sous forme de BD », confie-t-elle. Enfin, l’administratrice entend également associer les artistes dionysiens. Un projet existe avec Nicolas Cesbron. « Saint-Denis est un réservoir d’artistes ; et la basilique est dans la ville », dit-elle comme une évidence.

Benoît Lagarrigue



Publié le 19-Jan-2013 19:23 | Lien vers cet article | Imprimer l'article | Envoyer cet article à un ami | 2 réaction(s) |

Les réactions
21-Jan-2013 11:2040 ans de 93 : décidement ....
« Je ne connaissais pas la basilique. C’est un monument extraordinaire, chargé d’histoire ! » Donc cette dame est nommée administratrice de la Basilique alors qu’elle ne la connaît pas. Pourquoi?, mystère, c’est fantastique, nous vivons une époque formidable... Pendant que j'y suis, elle trouve la ville "attachante, magnifique" , elle y habite ?
21-Jan-2013 17:46serge de la saussaie : Miracle!
Désolé, je ne crois pas cette dame! Pourtant, que saint denis aurait besoin de sa basilique pour retrouver du lustre. Une politique en ce sens aurait put preserver une qualité de vie, des commerces de qualité...Une ville où les habitants auraient une raison de s'y promener en soirée parmis les touristes a l'image de paris

Réagir à l'article

Captcha Cliquez ici si le code est illisible.
(*) Champs obligatoires

ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.