À la une Sports

Gym suédoise
/ Vite fun bien fit!

Depuis cette année, dans le nouveau gymnase Aimée-Lallement à Pleyel, la discipline réunit une bonne vingtaine de fidèles tous les lundis soir. Pour une heure d’exercices physiques en musique.
Lisa Parker anime le cours de gym suédoise au gymnase Aimée-Lallement à Pleyel
Lisa Parker anime le cours de gym suédoise au gymnase Aimée-Lallement à Pleyel

19 heures pile. Mathilde est allongée sur le ventre. Sur un air de pop, elle jette les bras vers l’avant comme pour nager dans le vide. Puis ses jambes se lèvent doucement et chaque main saisit le pied opposé dans un mouvement coordonné. En cercle autour d’elle, une vingtaine de femmes, de 20 à plus de 60 ans, suivent le rythme en imitant chaque geste. « Là elles travaillent les obliques et le dos, on va ensuite passer aux abdos. » Présidente de la branche dionysienne et audonnienne de l’association Gym suédoise dépendante de la fédération nationale, Lisa Parker connaît le programme sur le bout des doigts. Sorte de fitness en musique, la gym suédoise s’apparente à une longue séquence d’entraînement alternant exercices d’échauffement, de cardio, renforcement musculaire, récupération active et étirements. « C’est un sport très complet, qui stimule aussi bien la coordination que l’équilibre et, surtout, sollicite toutes les parties du corps. »
Alors que résonne le Don’t be so shy d’Imany, Mathilde donne les consignes tout en backant le refrain. C’est l’heure du premier « block » de cardio. On saute en pliant bras et genoux, la vitesse va crescendo. « C’est une partie plus intense mais chacun peut aller à son rythme. Il n’y a pas de compétition. La pratique est adaptée à tous niveaux car tous les gestes effectués sont proches de mouvements naturels. Les enchaînements sont préparés en amont avec des ostéopathes et des kinés », détaille Lisa Parker, dont l’accent américain trahit les origines.

Du rap US à Britney Spears

L’accessibilité de la pratique est une des clés du succès de ce fitness venu du froid, mais pas uniquement. Le « swedish fit » comme on l’appelle outre-Atlantique séduit pour de multiples raisons : « la musique apporte à la fois un côté ludique et motivant, ça booste ! Et les exercices sont variés », affirment Samia et Fadila, deux riveraines ravies par l’ouverture d’un créneau de gym suédoise dans leur quartier. « Le fait que les gens soient placés en cercle est important », souligne Lisa Parker, tandis que le rap enjoué de Nicki Minaj et Drake stimule une assemblée en plein travail des triceps, le corps arqué en arrière. « Cela créée un esprit de groupe, une émulation. On ne s’entraîne pas face à un miroir avec les meilleurs devants et les plus lents derrière. Cela contribue beaucoup, avec la musique, à l’esprit convivial de la pratique. » Dans la salle, l’effort se lit sur les visages. Après une intense séquence de course, avec alternance de pas chassés et amples mouvements de bras, la séance s’achève plus en douceur. Sur les notes de piano du fameux Everytime de Britney Spears. Mathilde félicite et remercie les participantes : « Vous étiez en forme aujourd’hui, vous avez bien transpiré ». Sans omettre l’essentiel : « Vous êtes prêtes pour Noël ? »

Corentin Rocher 

Remboursée par la Sécu ?

Outre le programme des séances, Lisa Parker maîtrise aussi l’histoire de sa discipline. « En 2018 la gym suédoise aura 25 ans. En Suède, c’est un sport d’utilité publique, sa pratique est remboursée par la Sécurité sociale ! Et 6% des Suédois sont adhérents à un club. » Si en France il n’est pas encore question que la Sécu vous permette de pratiquer la gym suédoise sans frais, l’activité reste raisonnablement accessible : « C’est la période des bonnes résolutions, les gens qui me contactent par mail (1) ont droit à un cours gratuit. Sinon on peut s’inscrire au mois, à l’année, ou même pour une seule séance (10 €). Nous avons aussi des tarifs étudiants et des tarifs de groupes pour les entreprises. » 

CR

(1) lisa.parker@gymsuedoise.com

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.