Cultures

Aménagement
/ Trois projets pour transformer l’ancienne piscine

En mars dernier, le jury d’Inventons la Métropole du Grand Paris avait dévoilé les 164 groupements d’entreprises finalistes qui s’étaient portés candidats pour investir 57 sites franciliens concernés par ce gigantesque projet d’innovation urbaine. Parmi ces lieux, deux se situent à Saint-Denis. L’un, le Franchissement Pleyel, est une liaison urbaine composante de la gare du Grand Paris Express, l’autre est l’ancienne piscine municipale proche de la place du 8-Mai-1945 qui se transformera en lieu culturel (lire JSD N°1105).

Trois groupements d’entreprises ont été retenus pour ce projet : Cultplace, créateur de la Bellevilloise (associé au promoteur Vinci Immobilier), les Audoniens de Mains d’Œuvres et le projet des architectes Catherine Tricot et Olivier Sinet et de la paysagiste Florence Mercier.

Mais l’ancienne piscine qui compte 2 800 m2 de surface de plancher a fermé ses portes en 1996 et, depuis, le bâtiment est tombé en décrépitude. Et quel que soit le lauréat, les travaux s’annoncent colossaux avec une phase de désamiantage estimée à plus d’un million d’euros. « Le site est complexe et est abîmé par le temps. Sa singularité, c’est ce très grand volume. Il a été demandé de le maintenir. Il y a eu aussi des remontées de la nappe phréatique qui ont causé des dégâts importants. La transformation du bâtiment sera coûteuse, admet Nicolas Laurent, chef de projet Centre-ville à la mairie, qui tient à rassurer quant à la viabilité du projet et de son financement. Mais tous les projets prennent en compte la totalité des espaces. Il y a des propositions assez inventives… » Et, pour certains, des soutiens de taille capables d’attirer les investisseurs. « La participation de Vinci Immobilier nous est d’une importance capitale car sa maîtrise et son savoir-faire permettent de sécuriser le versant immobilier du projet, et donc de renforcer sa pérennité », reconnaît-on du côté de Cultplace.

Sur le papier, les trois projets en lice se valent, selon Nicolas Laurent, chacun proposant des espaces communs (café, salle de spectacle) et des espaces de services et d’équipements culturels comme des studios d’enregistrement par exemple qui font cruellement défaut sur le territoire. « L’objectif est de faire la jonction entre le cœur de ville et les quartiers alentours, notamment les cités Péri-Langevin et Delaunay-Belleville », rappelle Nicolas Laurent. Les délibérations du jury auront lieu le 3 octobre.

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.