Cultures

Premier album de 2Spee Gonzales
/ Tout vient à souhait…

Tout vient à point à qui sait attendre. Depuis le temps que le rappeur dionysien annonce la sortie de son premier album, c’est enfin fait sous forme d’un 12 titres dédié à sa ville Saint-Denis.
Despee Gonzales en studio à Bastille (Paris).
Despee Gonzales en studio à Bastille (Paris).

Il tenait de l’Arlésienne, cet album. Après plus de dix ans dans le milieu du rap underground, les apparitions sur les mixtapes et les concerts dans le métro, 2Spee Gonzales vient de sortir son premier projet solo, enfin ! Un sésame très attendu par ses fidèles supporters qui ont pu visionner les clips des chansons Money, Les Darons, Gibraltar, Rien n’est pareil et très récemment Obscur Silence avec Taïro. Baptisé City Light, cet opus paru le 30 novembre via son label World People 93 rend hommage à la ville qu’il sillonne depuis tant d’années : Saint-Denis. C’est entre ses murs qu’il s’est affirmé, a peaufiné sa plume et taillé sa voix, si reconnaissable.

« Je suis ému (rires). C’est quand même un aboutissement. Les gens sont étonnés que ça ne sorte que maintenant. Mais cela n’aurait pas été possible avant car à la base je ne voulais pas faire des trucs solos, on m’y a poussé, livre-t-il. Il faut avoir aussi de l’inspiration. On n’écrit pas des textes sur la cuvette des toilettes. On peut m’envoyer deux cents productions, s’il n’y a pas d’inspiration, je n’écrirais rien. »

Pour ce premier disque, 2spee Gonzales a réservé quelques surprises avec pas moins de huit featurings et la collaboration du french-lighter Marko 93 qui a réalisé une partie de la pochette de l’album. « Quand tu es en indépendant c’est difficile d’être dans les temps, invoque le rappeur. Il y a eu des problèmes de droits pour les samples utilisés, certains n’étaient pas assez travaillés aussi. Il devait y avoir 18 morceaux. » Finalement, la tracklist a été réduite à 12 titres dont l’écoute permet de mesurer le spectre musical du MC dionysien tant dans le choix des instrumentales que dans les thèmes abordés et les ambiances qui s’en détachent. 2Spee Gonzales écrit sur les violences domestiques dans Obscur Silence, le manque d’argent (la plupart des titres y font allusion), dresse les états généraux du rap sur Hier c’est déjà loin avec son acolyte Flynt. Dayron Ferguson et Daddy J l’ont épaulé sur le titre City Light, un track porte-étendard, sombre, qui sonne déjà comme un titre de référence. 

Mais le rappeur sait surprendre aussi en allant au contact d’autres horizons comme sur le titre reggae Ah Souhait dont les bonnes vibes sont chantées par San Lluis. « Il fallait que j’en fasse un qui soit dédié à mon gimmick. » Sur la balade Tout ce que j’ai on retrouve à la guitare Samia Diar (Café Culturel) et Nathalie Ahadji au saxophone. On y découvre une facette plus intime de 2Spee Gonzales qui livre une vraie chanson d’amour à la femme de sa vie : Saint-Denis, évidemment. Si la configuration semble inédite, ce n’est qu’un leurre selon le MC. « Je fais du rap mais j’ai toujours considéré que je faisais de la musique avant tout. » L’album se conclut sur un rap swing, dont l’inspiration lui est venu d’un titre du groupe Chinese Man. « J’étais chez une amie, et à la radio j’ai entendu passer une de leurs chansons et tout de suite j’ai commencé à écrire », confie le rappeur. Ce basculement en fin d’album vers d’autres sonorités pourrait présager une suite, une amorce. City Light est disponible sur toutes les plateformes digitales (Spotify, Deezer, iTunes, Napster…) et, comme 2Spee Gonzales nous y a souvent habitué, de mano a mano.

Maxime Longuet 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur