Cultures

Synesthésie
/ Toujours plus local

L’association d’art contemporain prend de nouvelles marques en s’installant passage de Jouy, à l’orée du centre commercial Basilique. Un emplacement stratégique pour son directeur qui tient à inscrire Synesthésie dans la vie locale.

Un peu intrigué, voire circonspect, on s’engouffre dans le passage de Jouy jusqu’à accéder au numéro 8. Au bout de ce corridor peu engageant coincé entre la cour des Arbalétriers et le boulevard Félix-Faure, la porte est grande ouverte prête à accueillir les aventuriers urbains. À l’occasion de son inauguration, une après-midi porte-ouverte se tient dans ce lieu confié à l’association Synesthésie. Fondée en 1995 par la critique d’art et commissaire d’exposition Anne-Marie Morice, et présente à Saint-Denis depuis ses débuts, Synesthésie est pilotée depuis 2016 par Julien Duc-Maugé, directeur utopiste qui veut transformer son nouveau lieu en carrefour de rencontres, d’expérimentations et de transmissions multilatérales. Les clés du local lui ont été remises par le groupe Axa, propriétaire des locaux du centre commercial Basilique, qui lui laisse carte blanche sur toute la durée du bail, soit dix ans. Après avoir occupé un atelier rue Denfert-Rochereau et place du Caquet, l’association d’art contemporain veut relever un nouveau challenge. « Nous voulons nous inscrire dans un écosystème tout en créant le nôtre, explique Duc-Maugé. Je n’essaie pas d’attirer le public, c’est à moi d’aller vers l’autre. Je veux co-créer avec les gens d’ici. Et c’est le meilleur endroit pour ça ! », assure-t-il.

La baie vitrée qui donne sur l’école Daniel-Sorano et l’ancienne piscine municipale bientôt transformée en espace culturel, confère au lieu un regard unique sur le boulevard où se croisent habitants, employés, scolaires mais aussi prostituées et crack-heads. D’ailleurs, quand il évoque ses échanges avec quelques toxicomanes, Julien Duc-Maugé se garde de tout jugement et reste optimiste, convaincu qu’une entente entre tous est possible. Avec le projet et le lieu baptisés «MMAINTENANT», Synesthésie proposera des résidences artistiques, des programmes d’expositions, des ateliers, séminaires, performances, projections et concerts. « Ce que l’on développe, c’est notre relation au temps, à notre rapport au présent élargi, précise Julien Duc-Maugé. On prend conscience de son époque quand le présent se met à bégayer. »

Durant l’inauguration, les visiteurs dégustent une boisson à base de sauge blanche, armoise infusée et kéfir de fruit accompagnée d’energy balls dont les recettes ont été concoctées et transmises par Thiphaine Calmettes ; dans la salle de projection est diffusé un témoignage de Jeny, jeune colombien androgyne qui raconte ses faits d’armes (arnaques, prostitutions, vols…) à la caméra de Laura Huertas Millàn, tandis que la musique expérimentale de Matthieu Saladin résonne à l’étage où est présentée une collection de sérigraphies réalisées par des élèves du collège Raymond-Pointcarré à La Courneuve sous la houlette des graphic designers Bachir Soussi Chiadmi, Marion Bonjour et Angélique Boudeau…

La diversité des pratiques proposée aujourd’hui par Synesthésie tranche avec cette identité très orientée « arts numériques » qui lui a longtemps collé à la peau. Et son ouverture à son environnement traduit une nouvelle impulsion que les Dionysiens sont invités à consolider. Pour les familiariser avec ce nouvel espace, l’association consacre un lundi par mois à la découverte d’un artiste sous forme de rencontre. Prochain rendez-vous le 2 juillet à 18h avec le graphiste François Durif.

Maxime Longuet

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur