Cultures

Mots à croquer
/ Suivez les «  guideurs  »

L’association Mots et Regards innove pour la huitième édition de son festival de conte, avec les «  guideurs  », des habitants volontaires pour accueillir et accompagner les conteurs, et un concours de récitation ouvert aux enfants.
Une quarantaine de passeurs de mots vont se déployer dans les maternelles, les crèches et chez les particuliers.
Une quarantaine de passeurs de mots vont se déployer dans les maternelles, les crèches et chez les particuliers.

Des mots en guise de ciment social, un certain regard du collectif, voilà ce qui constitue l’ADN de l’association Mots et Regards qui lance la huitième édition de son festival Mots à croquer du 4 au 29 mars. Dans les temps forts,du 6 au 23 mars, des passeurs de mots – musiciens, paroliers, conteurs ou lecteurs venus de toute la France – quadrilleront la ville et partageront des bribes de leur patrimoine personnel avec les habitants. Ils seront une quarantaine à se déployer dans les maternelles, les crèches et même chez les particuliers. Des habitants se sont portés volontaires pour accueillir et accompagner les conteurs ; ces amphitryons un peu spéciaux sont baptisés « les guideurs ».

Le festival – et c’est une nouveauté – organise un concours de récitation en deux phases les 15 et 22 mars. Pour ce concours destiné aux enfants, l’articulation, le respect du sens, la tenue corporelle, le rythme et la diction seront demandés. À la clé, des places de théâtre, un livre de poésie et des chèques livre à la librairie Folies d’Encre sont à remporter. Enfin, le samedi 24 mars, pour la clôture du festival, se tiendra un dîner-spectacle autour de la danse et des contes tziganes sur fond de jazz manouche. Un programme marathon qui nécessite quelques litres d’huile de coude.

«  Chez nous, les enfants sont en autogestion »

Sans jamais réduire la voilure, l’équipe de Mots et Regards envisage tout de même de lever le pied. La question des moyens financiers et humains est centrale. La baisse des subventions impacte déjà l’association. « Nous avons l’obligation de repenser autrement notre modèle de fonctionnement, commente Katie Bournine, la présidente de l’association. On vient d’apprendre que la préfecture vient de nous enlever 9 000 euros de subventions avec lesquels nous faisions partir 60 jeunes pendant les vacances d’été. »

Katie Bournine et son équipe se démènent pour attirer le public dionysien autour d’un projet collectif essentiel à la cohésion sociale. « Plus de la moitié des participants à nos activités ne sont pas des adhérents de l’association. Du coup, à chaque fois, les enfants découvrent notre fonctionnement. Chez nous, ils participent, ils élaborent les règles de vie, ils s’occupent de la salle et du matériel, ils sont en autogestion, explique Katie. Le seul côté que nous n’arrivons pas à toucher ce sont les quartiers des Cosmonautes et la cité Floréal, ça me titille de ne pas les avoir. Mais malgré ça, j’observe qu’il y a de la mixité sociale aujourd’hui chez nous. »

Pour la transmission des savoirs 

Installé en 2012 à la salle Choisel, Mots et Regards partage depuis quatre ans son QG avec d’autres collectifs. Une cohabitation qui a ses limites et pousse Katie Bournine à réfléchir à un déménagement, de plus en plus inévitable. « On essaie d’avoir une salle du côté de la rue de la Ferme. Dans la salle actuelle on ne peut même pas installer une bibliothèque car on ne doit pas interférer avec une des associations qui a besoin d’un endroit “zen”. Je cherche un autre local avec la même superficie, car nous avons un grand projet dans les cartons. » Ce projet, c’est la création d’un observatoire du mot qui centraliserait les savoirs des personnels travaillant autour de l’apprentissage du langage auprès de la petite enfance. « Il y a beaucoup de turn-over dans ce milieu. Mais il n’y a pas de transmission des savoirs », déplore Katie qui a déposé et protégé son idée. Ne manque plus qu’un lieu pour accueillir cette expérience inédite et donner de la force à cette association qui lutte pour son maintien.

Festival Mots à croquer, du 4 au 29 mars. Lieux et programme détaillé sur motsetregards.org


Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur