À la une En ville

Communaux
/ Russier ne touchera pas aux congés

Les agents communaux en grève, devant la mairie de Saint-Denis, mercredi 7 décembre 216
Les agents communaux en grève, devant la mairie de Saint-Denis, mercredi 7 décembre 216

Vendredi 9 octobre vers midi, le maire de Saint-Denis, Laurent Russier, a annoncé qu'il abandonnait les propositions auxquelles s'opposaient les syndicats des personnels communaux.

« Le dialogue avec le personnel reste et restera pour moi une valeur essentielle », a déclaré le maire dans son communiqué. « Afin d’engager un travail constructif sur les autres sujets, j’ai pris la décision de retirer les propositions relatives aux congés ».

Le diagnostic réalisé fin 2015 par le Centre Interdépartemental de Gestion avait servi de base à la Ville pour formuler des propositions de réforme portant sur les conditions de travail, l'absentéisme et le temps de travail. Le point relatif au temps de travail avait soulevé l'opposition des personnels. L'intersyndicale (FO, CGT, CFDT, SUD) avait lancé la grève reconductible mercredi 7 décembre. (voir JSD 1106)

Le lendemain, jeudi 8 décembre, une délégation de représentants des employés communaux ont été reçus par les maires-adjoints Florence Haye et David Proult, le directeur des ressources humaines et et le directeur général des services. Les agents y ont affirmé à nouveau leur détermination à conserver la question des congés en dehors du périmètre des négociations à venir. De leur côté, les élus ont tenté de faire valoir que rien n'était décidé à l'avance, et que tous les débats étaient bons à avoir.

Inflexible, l'intersyndicale a repoussé cette position et exigé, pour cesser le mouvement, un engagement écrit du maire sur ce point précis. Ils ont été entendus par Laurent Russier. Vendredi, le maire est sorti sur le parvis de la l’hôtel de ville, où les grévistes se réunissaient chaque midi depuis le début de la grève, pour leur annoncer sa décision, qui a été applaudie par les personnels présents.

« Il est indispensable aujourd’hui que notre travail collectif reprenne sur des bases de confiance et de responsabilité face aux défis à venir », a continué Laurent Russier, qui relevait là le premier défi de son mandat, commencé trois jours plus tôt. « Je souhaite que se poursuive avec les agents et les organisations syndicales le dialogue sur les mesures en matière de lutte contre l’absentéisme, d’amélioration des conditions de travail, et la réflexion sur les cycles de travail. »

Lundi 12 décembre, l’intersyndicale a publié un tract célébrant cette victoire, fruit de l’ « unité syndicale sur une revendication claire et précise », de l’ « unité des services » et« des agents entre catégories », ainsi que du soutien d’ « habitant-e-s solidaires » et de « salariés d’autres secteurs. »

« Le projet présenté par la municipalité sur l’absentéisme doit se porter sur l’analyse des conditions de travail des agents, la souffrance au travail présente dans de nombreux services, privilégier la prévention et favoriser le bien-être au travail », continue les organisations syndicales tout en appelant à la « vigilance » sur le respect des engagements municipaux qui ont été pris.


Pour en savoir plus: 

Réactions

Tout le monde aura compris qu'à travers ce conflit, il s'agissait avant tout d'une première passe d'armes interne à la majorité municipale ... et que certaines ambitions ont pris date. Ceci étant dit, je suis effaré par le manque de transparence ; impossible de se faire une idée objective sur les revendications légitimes ou non des agents territoriaux. En croisant ce que j'ai pu lire, il semblerait que ces agents travaillent ''largement moins de 35 heures", qu'ils bénéficieraient de 3 semaines de congés supplémentaires et que l'absentéisme moyen serait de 12 % soit environ 1 mois et demi d'absence. Si on fait un calcul de plombier, cela doit faire en moyenne 1200 à 1300 heures travaillées effectives par an ... euh ce n'est pas beaucoup ... je comprends que ces agents luttent pour conserver leurs avantages acquis !
Mourad, sans compter les 89 jours de conges" non maladie" qui sont en général pris par la plupart, refaite le calcul SVP et vous verrez plus de 5 mois non présent sans compter qu'ils ont le 13° mois
les agents de saint denis on 28 jours de congés et 16 jours de RTT il ne sont pas 35 HEURES vous affimer des choses fausses qui s'occuppe de vos enfants dans les crèches les écoles on n'a pas de 13 MOIS 30% des agents sont proches de la retraite dans les 12% Absenteimes il avait compté les congés annuel les RTT congés maternité pour ma par en 5 ANS j'ai 10 jours ARRET je travail avec des personnes qui on 64 ET 66 ANS qui travail dans une école on peu les comprendre quel s'arret plus que les autres j'espere avoir répondu a vos interogation legitimes lolo
@lolo - La discussion ne porte pas sur les salaires des agents territoriaux (salaires qui n'ont rien de mirobolants pour les agents que je connais) mais sur le temps de travail de ces agents. De plus, je vous rappelle que c'est la majorité municipale qui a initié le débat et il n'y a rien de scandaleux en la matière dans la mesure où la masse salariale représente les 2/3 du budget de fonctionnement la commune. Or, si on additionne les 5 semaines de congés + 3 semaines de RTT + 6 à 7 jours fériés par an ... et on tient compte d'un absentéisme moyen de 12 %, nous arrivons à environ 1250 heures travaillées effectives par an. C'est 20 à 25 % inférieur à la moyenne nationale des agents territoriaux ... voilà ... maintenant il y a peut être des explications recevables à cette sous activité.
fonctionnaire dans une autre collectivité, ces 89 jours (90 à ma connaissance) correspondent à 90 jours de"congé maladie ordinaire" . donc, pour en "bénéficier" il faut être malade, et c'est le médecin qui en fait la demande à travers la feuille d'arrêt maladie. à ma connaissance, les agents de st denis ne sont pas aux 35 heures mais à 37.5 heures je crois, c'est pourquoi ils ont droit à des RTT. enfin, oui, travailler auprès des enfants en bas âge est physiquement très usant.... le problème à poser est le reclassement des agents qui ne sont plus aptes à exercer ces métiers et dont le corps de suit plus. quand aucune possibilité de reclassement n'est proposée, alors, oui, le médecin peut avoir recours à ces "congés maladie ordinaire" qui peuvent finir par mettre l'agent en invalidité, ce qui est psychologiquement très difficile à supporter. donc, merci de ne pas mettre tous les fonctionnaires dans le même panier! il y a peut être des agents de st denis qui "profitent" de l'absence d'encadrement dans certains services, mais comme je dis, le vent tourne, et tout se paie un jour.... c'est un jeu très risqué pour eux. et personnellement je n'envie ces agents qui restent chez eux ou je ne sais où, payés "à ne rien faire" comme on dit, car c'est quoi le sens de leur journée à ces agents???? le problème à st denis, est surtout un problème d'encadrement ..... beaucoup de cadres pour quoi faire finalement????
En une semaine plusieurs affaires promptement réglées ! Je propose maintenant que nous manifestions devant l'hôtel de ville en exigeant la diminution des impôts locaux faute de quoi nous voterons Marine. Je ne suis pas sûr que nous ne finirons pas par regretter Paillard surtout lorsque l'on voit la prestation télévisée de Russier pour se présenter aux dionysiens: une mauvaise lecture ânonnée devant un prompteur... un charisme d'huître ! Encore un qui ne fera d'ombre à Braouezec !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.