À la une En ville

Grand centre-ville
/ Rénovation : la réflexion avance

À l’issue de déjà une dizaine de rencontres, un « premier bilan d’étape de la concertation » a été organisé samedi 10 décembre pour les habitants et usagers du quartier.
Certains habitants ont proposé que des locaux vides du centre commercial Basilique abritent des activités culturelles ou associatives.
Certains habitants ont proposé que des locaux vides du centre commercial Basilique abritent des activités culturelles ou associatives.

Lancée à la mi-septembre, la concertation sur la rénovation du centre ville Basilique projetée dans les sept ans à venir a été conduite au rythme de rencontres, une dizaine, plus ou plus moins formelles. Aux « priorités » exposées par les élus, s’y sont ajoutées des propositions d’habitants, plus ou moins consensuelles ou sujettes à débat. Lesquelles intégrer au projet défendu au printemps prochain auprès de l’ANRU, Agence nationale pour la rénovation urbaine dont la ville peut escompter quelque vingt millions d’euros au titre du NPNRU, Nouveau programme national de renouvellement urbain ? Pour murir la réflexion, un « premier bilan d’étape de la concertation » était organisée le samedi 10 décembre pour les habitants et usagers du quartier. Ils étaient une soixantaine auxquels le nouveau maire et sa première adjointe déléguée au Grand centre-ville ont rappelé la volonté partagée par tous notamment d’un accès dans le quartier au parc de la Légion d’honneur, d’un aménagement des espaces publics dans les rues dépotoirs à l’arrière de l’îlot 8, de l’agrandissement du cinéma l’Écran dans un « pôle loisirs-culture », etc.

Moins bien précisées, d’autres propositions, formulées lors de quatre ateliers thématiques, devraient être encore discutées dans les semaines à venir. Exemples, comment redonner couleurs au paysage urbain, valoriser le patrimoine ou améliorer l’offre commerciale ? Mais dans l’assistance ce samedi, des objections allaient se manifester là où élus et urbanistes ne les attendaient plus. Certains désapprouvent les démolitions, pour agrandir l’espace public, de l’immeuble de l’hôtel Campanile et d’une pointe de l’îlot 8 abritant quelques logements. Dans cet îlot 8, dont les logements sociaux sont inadaptés aux familles nombreuses qui en sont locataires, le retour voulu par la Ville d’une classe moyenne supérieure est perçu par quelques-uns comme une chasse aux pauvres. Une voix s’élèvera d’ailleurs pour douter de la légitimité de ces réunions de concertation toujours fréquentées par les mêmes, sans laisser entendre les paroles de démunis.

Le renfort du Conseil citoyen

La rénovation du centre commercial Basilique envisagée par la Ville avec son propriétaire le groupe Axa, en laisse aussi plus d’un sceptique. Une femme signale la fermeture d’une enseigne laminée par la concurrence du Qwartz de Villeneuve-la-Garenne. Pourquoi ne pas convertir les cellules commerciales désertées à l’accueil « d’acteurs associatifs ou culturels qui n’ont pas de locaux ? », interroge une autre. Paquebot de verre et de béton échoué au cœur de ce quartier promis à rénovation, l’immeuble Niemeyer est imaginé comme « un mini quartier latin » s’il accueillait comme l’avait préconisé le député une annexe de l’université Paris 8. Obtenir de l’État, propriétaire du bâtiment, qu’il y aménage « une sous-préfecture de plein exercice », c’est pour le maire Laurent Russier une priorité pour laquelle « on souhaite continuer à se battre ».

Une habitante de longue date du centre-ville allait l’interpeller, quant à elle, sur la résidentialisation – ou privatisation – des voies déjà réalisée dans le quartier où elle devrait se généraliser pour épargner aux riverains deal et déjections au bas de leur porte. Pour quels résultats, avec quels moyens alloués à l’entretien ? Les échanges devraient se poursuivre dans les semaines à venir avec le renfort du Conseil citoyen, des rencontres avec les bureaux d’étude qui ont travaillé sur le quartier, et des ateliers « participatifs resserrés sur certaines propositions ».  

Marylène Lenfant


Réactions

La ville ne fait pas, loin de là, la chasse aux pauvres mais il faut à tous prix une rénovation de ce centre ville où nous n'avons plus du tout de commerces de qualité (départ de BURIDAN - boucher rue G Péri et boucher rue A Poullain - Atelier du saumon) La démollition de l'hôtel est une très bonne idée pour agrandir l'espace public. Cet hôtel est très moche et et assombri tout l'espace. Comment se fait-il qu'il n'y ai plus aucun commerce dans ce centre commercial ? Nous sommes obligés d'aller faire nos courses dans d'autres villes ou à PARIS. Monsieur RUSSIER, nous espérons encore que vous allez améliorer les choses sinon ......2020 approche.
Il faudrait aussi faire la chasse aux paraboles qui fleurissent sur les fenêtres et les balcons qui servent de dépotoirs surtout ceux en face de la basilique c'est une honte pour nous. Dans toutes les autres villes les abords des sites prestigieux sont entretenus pas à Saint-Denis.
Associations culturelles dans le centre commercial? Vraiment comment peut on penser à de telles aberrations ??? C'est à une réflexion profonde et réaliste qu'il faudrait s'y atteler !!!il faut que des commerces dignes de ce nom Viennent s'y installer et redonner vie à cet espace morbide!!!!

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.