À la une En ville

Festival Maths en ville
/ Pour ne plus se prendre la tête avec les chiffres

La 2e édition du festival « Maths en ville », qui se tient du 17 au 20 octobre dans plus de quinze lieux différents de Saint-Denis, vous fera sûrement oublier les nombreuses idées reçues sur une matière scientifique, à la fois aimée et décriée. Meriem Zoghlami, de la compagnie Terraquée, initiatrice de l'événement, donne quelques pistes pour se préparer à rencontrer chiffres, triangles, problèmes et autres théorèmes à travers la ville mais aussi et surtout à mettre les mains dans les Maths.
Pour Meriem Zoghlami de la Compagnie Terraquée, le festival « Maths en ville » est un projet d'éducation populaire.
Pour Meriem Zoghlami de la Compagnie Terraquée, le festival « Maths en ville » est un projet d'éducation populaire.

 

1. Les maths, c’est comme du théâtre

À la Compagnie Terraquée, la découverte des mathématiques peut s’incarner à travers le jeu. Et le théâtre reste le principal outil pour s’y frotter. Depuis 2013, « on essaie de vulgariser les mathématiques en s’appuyant sur l’imaginaire, l’envie, le défi et l’émulation », explique Meriem Zoghlami. « On travaille avec des groupes variés, de tous âges, et l’idée c’est d’expérimenter des problèmes mathématiques » sur scène, poursuit-elle.
Pour avoir un avant-goût du « théâtre mathématique », le festival vous donne rendez-vous à la soirée de clôture samedi 20 octobre au théâtre de la Belle Etoile, où le spectacle Pi, le nombre à 2 lettres sera interprété. 
 

2. Accéder à une culture mathématique, c’est possible !

« Des maths partout et pour tous », telle est la devise d’un festival qui se veut inclusif et diversifié. Que vous ayez été un as ou un zéro dans cette matière, il est important, prévient Meriem Zoghlami, de ne pas « invisibiliser les personnes » qui sont nulles en maths. « Moi j’avais une moyenne de 2 , je n’y arrivais pas », confie Meriem avant d’ajouter qu’elle a tout de même pu « toucher à la culture mathématique ». « L’idée de “Maths en ville”, c’est aussi que les gens qui ne sont pas forts aient des notions, des repères, ne se sentent pas exclus du monde mathématique simplement parce qu’ils ne sont pas bons. »
 

3. Les Maths ça fait (aussi) rêver

Les enfants, dont l'imaginaire et la faculté cognitive sont davantage développés peuvent rêver grâce aux maths. « On perd tout ça à l’âge adulte », affirme Meriem Zoghlami avant d’ajouter que « ce festival permet de ne pas circonscrire les mathématiques au domaine de la classe ». « À Saint-Denis, des enseignants font faire des balades mathématiques à leurs élèves, je trouve ça génial », s’exclame-t-elle. « Les enfants sont dehors, ils regardent les panneaux, ils s’entraînent à avoir un regard aiguisé sur l’architecture.»
 

4. Il y a de la littérature dans les maths

« Les maths, ce n’est pas pour moi, je préfère les matières littéraires. » De nombreuses idées reçues concernant les maths sont à casser. À commencer par celle de croire qu’il n’y a pas une forme littéraire propre aux chiffres et aux théorèmes. En faisant entrer les maths dans les médiathèques, le festival Maths en ville veut s’assurer que les Dionysiens découvrent des lectures mathématiques. Ainsi, même les littéraires peuvent se frotter aux maths. « Les médiathèques de Saint-Denis ont été très intéressées par le festival car cela leur permet de toucher plus de gens et de mettre en valeur les fonds mathématiques qui existent déjà », argumente l’organisatrice du festival.
 

5. Avec les maths, on s’intéresse à ce que vous faites, pas à ce que vous êtes

« Le milieu mathématique est démocratique, tout le monde a sa place », explique Meriem Zoghlami. Cela tombe bien parce que le festival réunit des chercheurs, des amateurs, des artistes, des passionnés de maths mais aussi des gens qui n’ont rien à voir avec ce milieu comme des pâtissiers ou des jongleurs. « Maths en ville, c’est un projet d’éducation populaire, un mouvement que je porte, je demande aux gens de me rejoindre », conclut Meriem. Le mot est lancé.

Yslande Bossé
 

Jeudi 11 octobre, à partir de 19h30, le festival « Maths en ville » invite les Dionysiens à une projection-débat avec Ex-Machina, d’Alex Garland (2014), suivie d’un débat animé par Jean Krivine, chercheur en informatique au CNRS avec Sciences-Pop’ Saint-Denis. Tarif spécial : 4,50 €. 
Infos et programme : http://www.mathsenville.com/le-festival/

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur