À la une En ville

Solidarité internationale
/ M. Russier parraine une maire kurde

Zeynep Sipçik, du Parti Démocratique des Peuples (HDP), est emprisonnée depuis mars 2016 par les autorités turques. Le maire de Saint-Denis lui a apporté officiellement son soutien lors d’une cérémonie le 5 juillet.
Eyyup Doru, responsable du HDP en Europe, et Laurent Russier, maire de Saint-Denis
Eyyup Doru, responsable du HDP en Europe, et Laurent Russier, maire de Saint-Denis

Avec « honneur », « gravité » et « fierté », le maire Laurent Russier est devenu le parrain de Zeynep Sipçik lors d’une cérémonie officielle, mercredi 5 juillet, dans la salle des mariages de l’hôtel de ville.

Cette femme kurde est maire de la petite ville de Dargeçit dans le sud-est de la Turquie. Cette édile du Parti Démocratique des Peuples (HDP) est emprisonnée depuis mars 2016. Comme elle, ils sont des dizaines d’élus de son parti à être dans les geôles, accusés de liens avec la rébellion kurde par les autorités turques.

« Si tu ne frappes pas à la porte de ton voisin, il ne frappera pas à la tienne », a cité Laurent Russier comme proverbe kurde. Il s’est engagé à faire connaître la situation de Zeynep Sipçik et de tous les détenus de ce parti de gauche pro-minorités dans leur « combat progressiste » dénonçant les « purges » du président Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002. Pour le maire de Saint-Denis, son homologue féminin kurde représente tout ce qu’exècre le dirigeant turc. Laurent Russier a inscrit son parrainage dans « la tradition dionysienne de soutien aux peuples opprimés » à l’image des Palestiniens et des Sahraouis du Maroc.

Présent pendant la cérémonie, Eyyup Doru, responsable du HDP en Europe, a dénoncé le « système Erdogan » qui à ses yeux est une « dictature ». Il a critiqué cette dérive et l’emprisonnement massif de ses opposants, notamment depuis le coup d’État manqué en juillet 2016. Depuis mi-novembre, une dizaine de députés de son parti sont également derrière les barreaux, dont ses deux coprésidents Figen Yüksekdağ et Selahattin Demirtaş. Il a rappelé la diversité de son parti, constitué d’élus kurdes mais aussi turcs, arméniens, arabes, alévis ou encore chaldéens.

Représentante de France-Kurdistan, Sylvie Jan a également dénoncé la « dictature » en Turquie. C’est son association qui a permis au parrainage de se nouer, mettant en relation les représentants du HDP et la Ville de Saint-Denis. Elle a exhorté les Dionysiens à envoyer des lettres à la maire emprisonnée à Ankara dans le cadre de l’opération « Je pense à toi ». « Noyons les prisons de nombreuses lettres », a-t-elle lancé pour donner « beaucoup d’espoir » à Zeynep Sipçik et à ses codétenus.

À la rentrée, le 7 septembre à 20h, le film documentaire La dérive autoritaire d’Erdogan sera diffusé au cinéma l’Écran dans le cadre de ce parrainage. L’occasion de faire un point sur la situation de l’édile kurde qui doit être jugée cet été.

Aziz Oguz
 

Pour en savoir plus: 

Réactions

Bravo j ' encourage tous les maire de France a prendre les même initiative Vivve la solidarité

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.