À la une En ville

Propreté
/ Les urinoirs marquent leur territoire

Les « pisse-partout » du centre-ville sont priés d’utiliser les six urinoirs que Plaine Commune a fait fabriquer spécialement, plutôt que de continuer à tapisser sans vergogne trottoirs et murs de la ville.
Installation d'un urinoir rue des Chaumettes
Installation d'un urinoir rue des Chaumettes

Rue Auguste-Blanqui, rue des Chaumettes, passage Haguette et passage de l’Equerre-d’Argent… Quatre urinoirs sont en cours d’installation en autant d’endroits parmi les plus pestilentiels du centre-ville. Où les riverains n’ont pas manqué de s’en inquiéter. Ceux de la rue du Jambon ont même obtenu par une pétition que Plaine Commune renonce à l’implantation prévue pour les besoins notamment des importuns attroupés jusque très tard sous leurs fenêtres. Les habitants du passage Haguette redoutaient quant à eux qu’un tel mobilier ne vienne empiéter sur l’espace de circulation et sur les jardinières aménagées là à leur demande. Rebords en métal, peinture hydrophobe censée repousser l’urine, « dans ce passage, on a tout essayé », assure-t-on à l’unité voirie où l’on se collette au problème depuis des années.

Après les hideuses colonnes grises en plastique déployées en 2013 à douze exemplaires, les services de Plaine Commune ont ainsi imaginé des urinoirs à la fois discrets et fonctionnant sans eau, ni produit chimique, grâce à un système de membrane qui a aussi l’avantage de piéger les odeurs. C’est ce modèle relié à une canalisation qui a été posé, après avoir été testé depuis 2016 dans la rue Émile-Connoy. Avec des résultats mitigés. La puanteur dont s’est plaint le voisinage ne résulte pas d’un manque d’entretien, effectué trois fois la semaine, assure-t-on à Plaine Commune où l’on met en cause les comportements des usagers. Les urinoirs étant souvent obstrués par divers déchets. Pour ce mobilier fabriqué à six exemplaires, dont cinq ont été installés, l’UT voirie réfléchit à un dernier emplacement.

Et pour les femmes ? Plaine Commune fait valoir les sanisettes Decaux, également gratuites. Et qui sont implantées depuis les années 1990, devant la basilique, près de l’université, place des Poulies, au coin de la rue du Landy et de l’avenue Wilson, ainsi qu’à côté du terrain de boules de l’avenue Lénine. Une sixième, retirée de la place de la gare SNCF à l’occasion de la création du parvis, devrait y faire son retour sous deux ans, après les travaux programmés. Reste qu’à la différence de Paris où elles ont été renouvelées, les sanisettes de Saint-Denis ne sont pas encore accessibles aux personnes à mobilité réduite. Elles ont néanmoins cet avantage qu’aux termes du marché du mobilier urbain passé avec la société JC Decaux, elles sont gratuites pour Plaine Commune. Contrairement aux urinoirs dont le coût d’entretien est d’environ 135 000 euros par an. 

Réactions

Pitoyable....
Joli décor. A saint-Denis on pense toujours avoir touché le fond mais non !!!!!
Satisfaite
Donc Plaine Commune n'a installé que six sanisettes JC Decaux et uniquement à Saint-Denis ? Plaine Commune est-il au courant que l'établissement public territorial comprend huit autres villes ? Sur son territoire de 47,4 km2 et pour sa population de 423000 habitants il serait utile que Plaine Commune déploie une cinquantaine de sanisettes JC Decaux (six par commune).
Donc si on résume, il existe six urinoirs tout récents qui viennent s'ajouter aux douze urinoirs moches installés en 2013. Dix-huit installations pour une ville de plus de cent mille habitants, dont une bonne partie est remarquablement indisciplinée. OK, logique. Dix-huit installations pour les hommes, neuves ou presque (2013 c'est pas bien vieux). Et pour les femmes ? Six. Dans toute la ville. Six installations qui datent de... 1990 ! Des vieilleries quoi ! Vous savez quoi ? Les femmes font pipi aussi ! Je sais, c'est extraordinaire ! Y'a pas à dire, la rue appartient aux hommes, surtout à Saint-Denis ! Un peu de lecture sur le sujet : http://www.lemonde.fr/culture/article/2012/10/04/la-rue-fief-des-males_1770418_3246.html Et après des idiots viennent nous soutenir qu'il n'y a pas de sexisme... tchippp...
A citoyen Plaine, l'article ne porte que sur Saint-Denis. Le déploiement des sanisettes fait partie d'un marché sur le mobilier urbain passé avec JC Decaux pour l'ensemble des villes. La présence de ces sanisettes ne se limite donc pas à Saint-Denis. A Luna Coupe, les colonnes urinoirs installées en 2013 ont été enlevées après quelques mois.
de toute façon , si on prend des mesures, ça rale, si on n'en prend pas, ça râle; quant à toucher le fond, selon nature, il suffit d'aller en province pour voir que cela existe ailleurs et permet de réduire les "saute-coulures" que nous devons faire sur les trottoirs, après que ces messieurs aient fini de reboutonner leur braguette
@tiv C'est facile de râler. Les lecteurs du JSD râlent un peu. Surtout elles et ils font surtout des propositions à Plaine Commune pour améliorer la vie dans les neuf villes. Et une de ces propositions est l'augmentation du nombre de sanisettes mixtes JC Decaux dans chacune des villes de l'ept, en les plaçant dan les endroits les plus fréquentés (prés des stations de métro/rer/sncf/tramway, prés des centres commerciaux, prés des zones de marché, prés des stations vélib).

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur