À la une En ville

Pour l'environnement
/ Les magiciens d'OSE au fil de l'eau

Le 15 janvier, les bénévoles de l'association Organe de Sauvetage Ecologique ont enlevé plus de 10 tonnes de déchets des bords de Seine, où ils interviennent régulièrement depuis quatre ans. Sans y constater plus de propreté.
Matelas, télés, canapés.... Des rebuts jetés dans la nature, à moins de 2km de l'une des déchetteries de Plaine Commune.
Matelas, télés, canapés.... Des rebuts jetés dans la nature, à moins de 2km de l'une des déchetteries de Plaine Commune.

Aller affronter le froid, un dimanche matin, pour enlever les déchets déversés en bord de Seine. Voilà un programme qui en rebuterait plus d’un, surtout dans une autre ville que la sienne. Ils étaient pourtant une quinzaine ce 15 janvier. Et qui sont repartis avec la mine satisfaite du devoir accompli.  Dans ce secteur de la rue de la Briche où ils interviennent deux ou trois fois l’an depuis 2012, les bénévoles de l’association OSE (Organe de sauvetage écologique) ont collecté ce matin là plus de dix tonnes en deux heures ! Matelas, vélos, canapés, télés… Ces rebuts normalement destinés aux déchetteries ont été évacués par la Seine sur une barge de la Siaap (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) et pour les derniers sacs par un camion benne de Plaine Commune.

Déjà dans les années 90

En novembre dernier, ce ne sont pas moins de 20 tonnes qu’avaient enlevés là aux abords d’Epinay ces bénévoles originaires de toute l’Ile-de-France. « C’est ce qu’on faisait déjà en face, dans les années 90 », raconte, en désignant la berge en contrebas de l’Ile-Saint-Denis, Edouard Feinstein, le président de l’association. A Paris, où il est éboueur, il a fondé OSE en 1990 pour « tenter de remettre dans leur état initial» berges de rivières et milieux naturels aquatiques. L’association parisienne, qui compte aujourd’hui 70 adhérents, a accompli ainsi depuis ses origines plus de 280 chantiers, en majorité en Ile-de-France. Elle intervient aussi dans diverses régions, notamment sur des plages, dans des forêts et dans des massifs montagneux.

Les berges sous tutelle de l'Etat

Valoriser les berges de Seine avec des cheminements piétons et vélos « ça fait 26 ans que j’en entends parler », lance Edouard, que ne semble affleurer aucune lassitude. « C’est l’action qu’on privilégie plus que le lieu. La motivation, c’est l’environnement. » Et c’est aussi comme il le souligne « la chaleur humaine », l’autre carburant de cette association qu’ont rejointe des Roms, rencontrés au cours de nettoyages. Primée par des fondations pour l’environnement, dont Ushuaïa et Natures et découvertes, OSE est soutenue par le Siaap, Ports de Paris et VNF (Voies navigables de France). Outre des aides ponctuelles des collectivités territoriales, villes et région pour des actions d’intérêt public, qu’elle est pourtant seule à accomplir. C’est le cas pour ces berges de Seine, dont l’entretien échoit à VNF, établissement sous tutelle du ministère de l’environnement, comme le rappelle Michel Ribay, l’élu en charge du quartier.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.