À la une En ville

Conseil municipal
/ Les bons comptes font les bons débats

La présentation du rapport de la chambre régional des comptes (CRC) a suscité de nombreux débats à l’occasion de la séance du 21 décembre du conseil municipal. Un conseil qui a aussi délibéré sur les nouveaux projets labellisés Conversatoire ainsi que sur l’interdiction des cirques détenant des animaux sauvages.
La salle du conseil municipal (image d'archive).
La salle du conseil municipal (image d'archive).

 


Le rapport de la chambre régionale des comptes (consultable ici https://www.ccomptes.fr/fr/publications/commune-saint-denis-seine-saint-denis-1) avait déjà beaucoup fait causer de lui en amont de sa communication publique, suite à un article du Parisien. Il a continué de faire parler en salle du conseil. Stéphane Privé (maj.PSGE) lance les débats en évoquant des recommandations utiles en vue de l’amélioration des services publics mais qui dans le même temps posent des questions de fonds. Toujours pour le PSGE, Bertrand Godefroy aborde ces problématiques en pointant un vrai défaut de gestion du personnel, fruit d’une légèreté vis-à-vis de la loi, mais aussi dans le suivi au quotidien. Pour le conseiller délégué, la lecture du rapport invite à agir urgemment en la matière.

Adrien Delacroix (opp.PS), après avoir partagé ses inquiétudes quant aux remarques formulées par la CRC autour de la sincérité comptable du budget, retient également les questions de ressources humaines comme élément central du rapport. Pour le conseiller socialiste, l’augmentation de l’absentéisme traduit quelque chose des conditions de travail, car il touche tous les agents. Avant de conclure en partageant ses doutes sur la capacité de l’équipe municipale à résoudre les problèmes soulevés par la CRC.

Bally Bagayoko (maj.REVE) appelle pour sa part à prendre ces contrôles de la CRC avec sérénité alors que la population est en attente de clarté.  Pour l’adjoint au maire, il ne faut pas confondre recommandations et condamnations. Il pose enfin une question : quel serait l’intérêt de la politique si toutes les communes fonctionnaient de la même façon ? Certaines remarques de la CRC reflétant selon lui des choix faits par une mairie de gauche. En conclusion, Bally Bagayoko invite à ne pas oublier que des choix financiers opérés ailleurs ont des conséquences ici.

Pas à rougir de la comparaison

Au vu du rapport, Essaïd Zemouri (maj.EELV) lance deux pistes : rappeler les autres collectivités à leurs obligations considérant l’importance des compétences non obligatoires prises en charge par la Ville et ralentir les investissements à l’avenir. Florence Haye (maj.FDG) juge bon de redire que la CRC ne distribue pas les bons et les mauvais points mais permet à la Ville de vérifier si sa politique est efficace. À ce titre, 80 % des recommandations font déjà l’objet de chantiers, à l’image du plan de prévention de l’absentéisme qui sera présenté en février. La CRC confirme et renforce l’analyse de la Ville pour la maire adjointe, qui répond ensuite point par point aux interrogations soulevées par la CRC en matière de RH. Fabienne Soulas (maj.FDG) lui emboîte le pas, affirmant que la question des ressources humaines est au cœur des rapports de la CRC, depuis trois ans pour toutes les collectivités. Sur les questions budgétaires, la maire adjointe assure que la CRC a raison de rappeler la Ville à la loi, mais que les mises en conformité ne dégageront aucune marge financière.

Pour Kader Chibane (maj.EELV), ce rapport sonne comme une mention « assez bien, peut mieux faire ». Pour le maire adjoint, gérer de l’humain est plus compliqué que construire des immeubles ou des routes, il ne faut pas l’oublier. Par conséquent, si on ne regarde que les chiffres du rapport, on ne regarde pas la réalité des agents. Pour Vincent Huet (maj.REVE) l’essentiel du rapport est un motif de satisfaction, y compris dans ses aspects négatifs. Si la Ville traite trop bien ses agents, c’est un motif de fierté, alors que la norme de l’époque est au dumping social. La conclusion revient à Laurent Russier (maj.FDG) pour qui ce rapport est un outil précieux de conseil car il permet notamment de se comparer au passé et aux autres collectivités. Et au jeu des comparaisons, Saint-Denis n’a pas à rougir. Le maire prend cependant au sérieux les sonnettes d’alarme tirées par la CRC qui invite à poursuivre les efforts de gestion.

Conversatoire : 6 nouveaux projets labélisés

Les projets Raconte-moi notre quartier (association Mémoires croisées), Festival de cinéma des foyers de Plaine Commune (coordination des foyers de Plaine Commune), La parade des poussettes (association Parazar), Des mots dans l’air (association Mots et Regards), Dionyquizz (association Afma) et l’association Babel-sur-Seine, pour son projet éponyme ont été labélisés Conversatoire et se sont vu voter des subventions par le conseil municipal. Le groupe PSGE (maj.) a voté contre et Philippe Caro (maj.non inscrit) s’est abstenu. Pour Ferdinand Nino (maj.PSGE) le rapport présenté pose plusieurs problèmes qui empêchent son groupe de l’adopter même s’il est favorable à la démarche. L’élu déplore notamment que le groupe PSGE n’ait pas été sollicité pour participer au jury.

Philippe Caro dénonce quant à lui l’éloignement avec le projet initial de centre de partage et regrette le régime d’exception de ces subventions qui ne répondent pas au processus habituel. Le conseiller municipal considère que la Ville continue de naviguer à vue avec le Conversatoire. Pour Adrien Delacroix (opp.PS) l’important est que les projets aillent dans le bon sens. Sonia Pignot (maj.REVE) justifie l’évolution du projet vers une labellisation pour éviter de l’enfermer dans un musée et ainsi valoriser ce qui marche déjà en matière de dialogue interculturel. Et le maire (maj.FDG) de conclure qu’il s’agit avec le Conversatoire de subventionner des projets plutôt que des associations, ces dernières pouvant être créées pour porter ces mêmes projets.

Cirque : animaux sauvages en cage, c’est terminé

En toute fin de séance, le conseil a adopté un vœu présenté par le Parti socialiste visant à faire interdire sur le territoire français les cirques détenant des animaux sauvages. À ce titre, la Ville renonce à recevoir sur son propre territoire des cirques détenant des animaux sauvages et renonce à subventionner des spectacles pour enfants répondant à ces mêmes critères.


Réactions

Bonjour @Yann Lalande. Pas un mot sur "communiquer à Saint Denis" pointé par la CRC??? Pourtant il y a eu débat sur le sujet... Sinon, il faut reprendre les termes de la CRC en gras dans la synthèse. "Une information budgétaire et financière de bonne qualité mais des problèmes de fiabilité comptable qui obèrent la sincérité du bilan et du compte de résultat" Il faut encore vérifié que les chiffres transmis soit fiable. Vu que notre cher député s'emmêle dans les chiffres de sa déclaration, L. RUSSIER pourrait faire de même. cela ne serait pas une première. "Une situation financière structurellement saine mais qui se détériore " Cela traduit pour ma part, un manque d'anticipation.... Je vois arrivé à des kilomètres S. PRIVE avec ses gros sabots du levier fiscal. "Une gestion du personnel qui présente de nombreuses lacunes et des irrégularités" La question n'est pas le nombre qui est en rapport avec les besoins de la population... mais plutôt comment est géré le personnel muncipal. V. HUET se félicite (mot à la mode ici) de bien traité le personnel... J'ai des doutes sur ce que cela veut dire si on considère le nombre de jour de gréve dans la petite enfance notamment. Et je ne parle même pas de la gréve de la faim au CTM. S'ils étaient bien traitées, je doute qu'elles fassent gréves. On se satisfait comme on peut. "Une politique d’aménagement correctement suivie après le transfert de compétence " Elle oublie de préciser que P. BRAOUEZEC fait ce qu'il veut. Bizarre pour un simple conseiller municipal qui préside aux destinées de 400 000 personnes. Je ne suis pas sur que la ville ait une réelle autonomie la dessus. N'est ce pas Patrick?? "Des montants alloués aux associations stables et normalement contrôlés mais un risque juridique persistant en raison des relations étroites entre la commune et une association" L'association en question... elle concerne le JSD.... La CRC avait audité Plaine Commune... P. BRAOUEZEC a juste bien rigolé et a continué ses petites affaires. Il en sera de même car la priorité pour nos élus c'est 2020. Car en 2015, les élus ont reculé à la première gréve.... Donc, je crois pas qu'il y aura de changements d'ici la. 2020 c'est après demain.
A chaque fois que je jette un œil sur l’ordre du jour des C.M., je me pose toujours la même question : est-ce que ces gens là sont sérieux ? Je peux comprendre qu’il y ait des « figures imposées » à débattre (par exemple le rapport du CRC) mais où sont les préoccupations urgentes des dionysiens au jour le jour, la saleté, l'insécurité, le logement, l'éducation etc.? C’est d’autant plus surprenant que Laurent Russier dans son interview au JSD avait mis clairement le doigt sur ces préoccupations, ce qui n’était pas le cas de ses prédécesseurs Braouezec et Paillard … L’urgence serait donc d’augmenter les P.V. de stationnement ? De voter des conventions ou des subventions ? De voter un vœu sur les cirques ? ... C'est désespérant ...
Autre commentaire : outre que les C.M. débattent de sujets accessoires par rapport aux urgences de la Ville, toutes les interventions maintenant (comme le dit justement Kader Chibane lors du dernier C.M.) ne sont plus des interventions sur le fond, mais des interventions de "postures politiques" au sein de la majorité municipale (REVE / PSG) . Nous venons juste de passer la mi-mandat et déjà on se positionne pour 2020 !!! Les sujets débattus sont secondaires ... mais le bien être des dionysiens aussi ...
Il faut accorder au rédacteur du JSD que résumer nos débats en Conseil municipal dont la durée est souvent particulièrement longue est un exercice impossible. Et qui lui impose des choix qui exposent forcément à la critique. Voilà pourquoi (ett pour que les choses soient précises) je publie régulièrement une partie des mes interventions sur mon blog. On retrouvera donc en particulier après cette séance à ces adresse, MON INTERVENTION SUR LE CONVERSATOIRE : http://philippecaro.over-blog.com/2017/12/le-conversatoire-de-saint-denis-a-un-probleme-chronique-de-maitrise-d-oeuvre.html ; L'INTERVENTION SUR LE STATIONNEMENT (PV ET UTILISATION DES LAPI) : http://philippecaro.over-blog.com/2017/12/l-usage-des-voitures-lapi-par-la-mairie-de-saint-denis-pour-verbaliser-le-stationnement-illegal.html . Pour le rapport de la Chambre des comptes, j'ai mis à disposition L'INTÉGRALITÉ DU RAPPORT ICI : http://philippecaro.over-blog.com/2017/12/l-integralite-du-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-sur-saint-denis-en-telechargement.html . J'ai aussi fait des commentaires (assez concis) sur ce rapport, qui concernent en particulier l'association "Communiquer à Saint-Denis", éditrice du JSD, qui fait l'objet de remarques "appuyées" par la Chambre. Dont l'article du JSD ne fait pas état. Et que je publierai donc sur mon blog dans les jours à venir.
Bonjour. Je reprends les mots hallucinant de F. HAYE. "Sur les questions budgétaires, la maire adjointe assure que la CRC a raison de rappeler la Ville à la loi, mais que les mises en conformité ne dégageront aucune marge financière". Comment une élue peut être avoir ses mots?? Les employés municipaux ne sont pas des chiffres. Et elle oublie, volontairement ou pas, le service rendu aux habitants. Service depuis des années dégradé... Qui mets à mal tout les organisations de travail aux quotidien. Mais elle parle de marge financière. Est ce un aveu d'échec avant son nouveau plan de lutte contre l'absentéisme?? F. HAYE c'est la personne qui perds aux départementales et qui gagne aux municipales.... Bon pour avoir bien décortiqué le rapport. La ville traite, peut être bien ses employés, mais les employés ne font pas le travail pour lequel ils sont payés. Ils travaillent moins que les autres employés des autres villes. Donc forcément, le service rendu est moins bon. Et puis vu l'état de la ville... Je pense que la CRC a raison. Et les satisfecits des élus... Il faut arrêter cette posture comme s'il n'y avait pas d'urgence dans la ville. Sur le conseil municipal en lui même, est ce que le groupe REVE fait toujours partie de la majorité municipale??? Toujours dans l'abstention ou l'opposition...2020 s'annonce Sportif. Si B. BAGAYOKO se présente. Je ne donne pas cher de la peau de L. RUSSIER...
@azzedine il ne vous aura pas échappé que "le coin de la Une", intitulé "Pas conventionnel" du numéro 1149 du 20 décembre était justement consacré à la place de l'association "Communiquer à Saint-Denis" dans le rapport de la CRC. Aucune volonté donc de cacher quoi que ce soit comme vous semblez le laisser entendre, simplement la volonté de proposer aux lecteurs du JSD.com qui, j'imagine, lisent aussi la version papier du Journal un compte rendu pas exagérément long et donc pas trop indigeste. Cordialement.
Bonjour. @Yann. Lalande. La question n'est pas d'omettre ou d'afficher, mon propos est que dans ce résumé du conseil municipal, vous n'en parlez pas. L'association communiquer à Saint Denis est l'association, qui doit toucher le plus de subventions publique et la municipalité estime qu'elle réaffirme son indépendance... Je ne suis pas d'accord avec les propos de L. RUSSIER. L'indépendance n'est qu'un slogan qu'on affiche... Les articles que vous proposez sont quand même assez conciliants et il n'y a pas un mots sur la gestion défaillante de Plaine Commune et de son président. Encore moi l'attitude désinvolte de B. BAGAYOKO qui s'abstient à beaucoup de vote et qui garde sa délégation alors qu'on l'a retiré à P. CARO. Idem sur la gestion de l'eau ou P. BRAOUEZEC a tenté, selon V. HUET, de voter en catimini la reconduction du contrat de l'eau avec le SEDIF. Moi je veux bien qu'on brandisse l’indépendance de la presse... Mais quand le proprio du journal vous paie votre loyer, je suis désolé, et c'est humain, vous n'allez pas mordre la main qui vous nourris. Je préfère qu'on soit clair et qu'on me dise que le journal est partisan et qu'il est la pour diffuser la parole de la majorité municipale, cela est une preuve d’honnêteté. Alors d'accord, vous permettez que les habitants s'exprime sur le site... Mais une interview des différents parti au conseil municipal.... Ça serait pas mal. (Hors période électorale bien sur)

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.