@ vous

vélos en libre service
/ le service Vélib s'arrêtera le 30 septembre 2018

Nom ou initiales: 
lecteur-jsd

La Ville de Paris a donné au consortium Smovengo la date limite du dimanche 30 septembre 2018 pour corriger les dysfonctionnements du service Vélib, soit dans 82 jours. Ce système Vélib comporte 24000 bornettes. Le point d'attache forme un angle. Cet angle n'a pas la bonne valeur. Cette erreur d'angle entraîne une décharge profonde de la micro batterie de la Vbox et un blocage des comptes utilisateurs (les restitutions des vélos ne sont pas enregistrées). Pour sauver le système Vélib2 il faudrait corriger 24000 bornettes en 82 jours soit 292 bornettes par jour. Cela nécessiterait le travail 7j/7 de plusieurs dizaines de salariés de plusieurs entreprises (Smovengo sous-traite chaque partie de Vélib, contrairement à JC Decaux qui réalisait tout en interne). Or Smovengo n'a plus d'argent. Les 24000 bornettes ne seront jamais réparées pour le 30 septembre 2018. La Ville de Paris arrêtera le contrat avec Smovengo (elle est majoritaire dans le syndicat mixte). Vélib2 c'est foutu.

vélos en libre service

Réactions

@lecteur-jsd En l'état actuel des choses le conditionnel reste encore plus aproprié que le futur quant à l'arrêt du service Velib2 au 30 septembre. Par ailleurs pouvez-vous nous éclairer quant à la non solvabilité de la société Smovengo, que vous présentez comme acquise.

Cordialement.

On se demande vraiment comment des gens peuvent écrire de telles âneries et les voir publier sur internet. Moi qui assiste aux réunions Vélib et connaît les problèmes de l'intérieur, je suis atterré de voir écrire de telles bêtises sur les problèmes techniques et financiers de Smovengo. Des problèmes, ils en ont mais certainement pas ceux là. Et il n'est évidemment pas question à ce stade que le contrat s'arrête au 30 septembre.

En réalité, ce n'est pas le consortium Smovengo qui a pas signé le contrat 2018-2032, mais la petite société Smoove (le journal l'Opinion a eu accès au contrat). Or celle-ci est une startup sans grande surface financière. D'autre part, juridiquement rien n'oblige les actionnaires de Smovengo (Mobivia, Moventia et Indigo) à soutenir financièrement Smoove. Troisièmement, depuis mars, il faut payer chaque mois le remplacement de milliers de vélos bloqués par des vélos neufs (exemple en mai 2018 remplacement de trois mille vélos). Ces gros achats imprévus semblent avoir provoqué des problèmes de trésorerie pour Smoove. Les problèmes techniques du consortium sont détaillés dans le blog du journaliste de Franceinfo Bertrand Lambert https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/transportez-moi Les problèmes des bornettes sont reconnus par le patron même de Smovengo dans une interview du Parisien du 11 juillet.

Si, un jour par miracle, les douze stations Vélib de Saint-Denis sont créées et fournies en vélos, alors on trouvera leurs statistiques d'utilisation presque en temps réel sur ce site https://velib.philibert.info

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur