Cultures

2es Rencontres populaires du livre de Saint-Denis
/ Le pop c'est top

L'historien Gérard Noiriel était présent à Saint-Denis, le 6 octobre pour échanger sur son ouvrage « Une histoire populaire de la France » en compagnie de l'essayiste et historienne Laurence de Cock.
L'historien Gérard Noiriel était présent à Saint-Denis, le 6 octobre pour échanger sur son ouvrage « Une histoire populaire de la France » en compagnie de l'essayiste et historienne Laurence de Cock.

« La littérature peut-elle changer la société ? » C’est en ces termes que la soirée d’ouverture des 2es Rencontres populaires du livre jeudi 4 octobre, a tourné la première page d’un rendez-vous livresque de quatre journées engagées autour du « lire ensemble. » Ces Rencontres, marrainées par l’écrivaine Annie Ernaux, « l’une des plus impressionnantes auteures de langue française » a affirmé l’adjoint à la lecture Vincent Huet – présent lors du lancement de la manifestation culturelle – ont été l’occasion pour les Dionysiens de se réapproprier les mots, comme « peuple » ou encore « populisme », des termes très ancrés dans l’actualité d’aujourd’hui. « Je me suis juré à 20 ans d’écrire pour venger ma race – mon grand-père illettré et tous ceux qui avaient quitté l’école à 12 ans pour le champ ou l’usine, comme mes parents », a rappelé Annie Ernaux dans son “mot” adressé aux Dionysiens. L’auteure de La Place, qui n’a pas pu être présente à la manifestation, au grand dam de ses lecteurs, a posé d’emblée dans son texte la bataille qui se joue lorsque le peuple s’empare des livres.

Une autre bataille a d’ailleurs rythmé ces Rencontres : celle des cheminots. Le cinéma l’Écran projetait le 4 octobre au soir, La bataille du rail (1946), de René Clément, qui retrace la résistance des cheminots français sous l’Occupation. L’historien Tanguy Perron était présent pour présenter l’ouvrage collectif du même nom – La bataille du rail - Cheminots en grève, écrivains solidaires, auquel a notamment participé Annie Ernaux et d’autres écrivains solidaires à leurs revendications et grèves de ce printemps – devant quelques ouvriers des chemins de fer et certains élus, notamment Bally Bagayoko, l’adjoint au maire chargé du sport, et Sonia Pignot, maire adjointe à la culture. « Le film a rencontré à l’époque un succès international, il est ancré dans une mémoire collective », a rappelé l’historien du cinéma.

Des peuples et des livres

Il a aussi été question de la place du peuple dans nos sociétés, samedi 6 octobre, lors du grand entretien de Gérard Noiriel, historien français, auteur du livre Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent ans à nos jours, animé par l’historienne et essayiste Laurence de Cock. Le chercheur a retracé dans son ouvrage de 800 pages, non pas « une histoire des dominés » mais « une histoire de la domination ». « Même l’identité des classes populaires est déterminée par les dominants », a-t-il affirmé devant des Dionysiens conquis. Parmi eux, une cinéaste, qui l’a interrogé sur « l’accaparement du mot peuple par les dominants ». Pour Gérard Noiriel, la société assiste à l’heure actuelle à un « retournement du terme populisme, auparavant valorisé ». Il s’agit d’un « enjeu de langage et de représentation. Qui parle à la place des autres ? », a questionné l’historien pendant le débat.

 

 

Minorités

Ne pas laisser les autres parler à la place des minorités est l’une des raisons pour lesquelles Paula Anacaona « un nom d’emprunt », a créé  fin 2009, à Paris, sa maison d’édition Anacaona, inspirée par la reine de Quisqueya, l’ancienne île de Saint-Domingue devenue Haïti. « Ma ligne éditoriale est axée sur les minorités, géographiques ou ethniques », explique l’éditrice brésilienne dans la salle de la Légion d’honneur. Paula Anacaona publie quatre à cinq livres par an (romans et essais). Elle a choisi de se focaliser sur le Brésil afin de « raconter d’autres histoires sur ce pays que tout le monde croit connaître ».
Découvrir de nouvelles histoires à travers la lecture, c’est en somme l’une des visées de ces Rencontres populaires du livre qui a mis cette année l’accent sur le « populaire et le solidaire », écrivait le maire Laurent Russier dans son introduction à la 2e édition.

Réactions

Annie Ernault après Rokhaya Diallo ...bein voyons ... j'invite les lecteurs du JSD qui ne connaissent pas Annie Ernault d'aller consulter sa page Wikipédia ... Question : elle est rémunérée elle aussi pour son marrainage ?
J'ai été visité cette 2° rencontre populaire du livre. Au même titre que la 1° rencontre de l'année dernière, je constate que ce genre d'expo soit disant populaire c'est à dire soit disant accessible à tous le monde concerne plutôt un milieu socio-culturel très ciblé constitués d'intellos aisés, vivant dans une tour de jade intellectuel. Une tour qui leur sert de refuge à leur crise existentielle permanente et d'échappatoire par le rêve de changer le monde actuel à leur image égocentrique au nom soit disant du peuple. Bref c'est une exposition inaudible aux masses laborieuses, faite plutôt pour les bobos de ST DENIS.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur