À la une En ville

Solidarité
/ Le parrainage en soutien aux sans-papiers

La Ville et Plaine Commune remettent en avant la question de la régularisation des sans-papiers en posant un acte politique fort et en invitant les citoyens à s’y associer.
Parrainage de sans-papiers au TGP, en 1998, avec Patrick Braouezec. (archives)
Parrainage de sans-papiers au TGP, en 1998, avec Patrick Braouezec. (archives)

Saint-Denis renoue avec la tradition du parrainage républicain de sans-papiers en organisant courant octobre une cérémonie publique dans la salle des mariages de l’hôtel de ville (1).

Si un tel événement ne s’est pas produit depuis plus de dix ans, c’est que la « démarche proactive » de la municipalité en faveur du droit des étrangers relève habituellement plus « du quotidien que de l’exceptionnel », souligne-t-on au cabinet du maire. Avec, par exemple, l’existence « ici et quasi nulle part ailleurs » d’une mission citoyenneté comme d’un conseil consultatif des citoyens étrangers. « Le territoire a toujours assumé une histoire et une identité intimement liées aux flux migratoires et n’a jamais cessé de revendiquer le droit pour tous de vivre dignement. »

« Une situation extrêmement préoccupante »

Une feuille de route fondée sur l’accueil et la solidarité qui s’est heurtée aux politiques migratoires des gouvernements successifs et qui se prend aujourd’hui de plein fouet le durcissement en préfecture des démarches de régularisation. C’est « toute une frange de la population qui est laissée dans une situation extrêmement préoccupante », alerte Jaklin Pavilla, première adjointe en charge des solidarités, en se faisant l’écho des difficultés croissantes observées par le centre communal d’action sociale comme par le milieu associatif.

Ainsi, alors que de nouvelles procédures obligent les personnes à prendre rendez-vous en ligne avant de se rendre en préfecture, « le site Internet n’est jamais accessible. Et quand il l’est, c’est seulement quelques heures par semaine, de manière complètement aléatoire », témoigne Marguerite Rollinde, présidente de la Coordination 93 de lutte pour les sans-papiers. Une fois le rendez-vous décroché, « il faut compter plusieurs mois pour un simple dépôt de dossier et plus d’un an pour qu’il soit effectivement traité ».

Face à la dégradation des conditions d’accueil et à l’heure où Emmanuel Macron plaide pour plus de fermeté et de reconduites à la frontière, la Ville a souhaité s’associer à Plaine Commune : son président a proposé une action de parrainage aux personnes expulsées cet été d’un immeuble menaçant péril et laissées sans solution d’hébergement.

La municipalité, quant à elle, souhaite ouvrir plus largement cette initiative à d’autres Dionysiens sans-papiers. Patrick Braouezec, persuadé que seule une régularisation des situations administratives peut garantir des conditions de vie décentes, voit dans le parrainage une façon d’officialiser son soutien. « Même si cette initiative n’a pas de valeur juridique, c’est un acte symbolique fort, dont il ne faut pas sous-estimer la portée politique et le pouvoir d’influence », veut croire celui qui, alors maire de Saint-Denis, y avait eu recours en 1998 pour dénoncer « l’acharnement répressif » à l’encontre des étrangers en situation irrégulière.

Mobilisant aux côtés d’élus locaux nombre de personnalités, d’artistes, mais aussi de simples citoyens, ce mouvement reconduit en 2006 avait permis « de sensibiliser l’opinion et d’interpeller publiquement les services de l’État », rappelle Jaklin Pavilla.

En pratique, il est proposé que les personnes ou familles sans-papiers bénéficiaires de cette action (les modalités restent encore à définir) soient parrainées à la fois par un élu et un citoyen qui s’engagent à les accompagner dans ses démarches mais également à alerter le réseau en cas de difficultés. Dans cette perspective, un appel est lancé aux Dionysiens qui souhaiteraient devenir parrains ou marraines.


(1) Pour devenir parrain ou marraine, renseignements auprès du cabinet du maire : julie.dusseaux@ville-saint-denis.fr ou 06 11 96 55 97.

Réactions

Soildarir9
Je souhaite devenir parrain de sans papiers
BONNE INITIATIVE ENFIN
Bonjour! Depuis 1984 sur le territoire français je ne ai aucun papier administratif, interdit de séjour depuis 2010

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur