À la une En ville

Pour son bilan de mi-mandat
/ Le maire rencontre les habitants

Laurent Russier se rendra dans chaque quartier de la ville pour y passer une journée à l’écoute de ses administrés. Mardi 10 octobre, sa première visite a eu lieu à Franc-Moisin.
Mardi 10 octobre,  le maire Laurent Russier a lancé le bilan de mi-mandat à la maison de quartier Franc-Moisin
Mardi 10 octobre, le maire Laurent Russier a lancé le bilan de mi-mandat à la maison de quartier Franc-Moisin

Mardi 10 octobre, le maire Laurent Russier a lancé le bilan de mi-mandat à Franc-Moisin. Jusqu’au 10 novembre, comme l’édile l’a expliqué devant une vingtaine d’habitants, il va passer une journée entière dans chaque quartier de Saint-Denis pour « pour aller à la rencontre des habitants » et y aborder les problématiques spécifiques de chaque secteur, à l’image de cette première visite. Il a commencé par une rencontre, vers 8h30, à la Maison de quartier pour parler du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU), en concertation depuis début 2016 et dont le projet final doit être présenté dans les prochains mois. Il a été question du désenclavement de Franc-Moisin, de sécurité, de diversification du logement, de la place du commerce, du prolongement de la ligne 8 du tramway ou encore du pont mobile. 

Une riveraine en profite pour parler des actes de petite délinquance qui minent le quotidien des habitants. « Vous faites quoi Monsieur le Maire ? », interpelle la Dionysienne qui a l’impression que l’« on ne peut rien faire ». « Il ne faut pas qu’on lâche », lui répond Laurent Russier, en énumérant les renforts obtenus par la police nationale, la nouvelle phase de déploiement de vidéoprotection prévue en 2018. « On est des oubliés », rétorque-t-elle en prenant l’exemple des dysfonctionnements récurrents du pont tournant. Les interventions des habitants vont dans le sens de davantage de service public et de proximité. Sam Berrandou, président du club de boxe thaï Lumpini, en profite pour parler du gymnase du quartier qui est « sous-utilisé » en raison de l’absence de parking et de la mauvaise réputation de Franc-Moisin dans le reste de la ville. 

Laurent Russier écoute les griefs. La raison de ces réunions de mi-mandat est « d’entendre ce qui ne va pas » et d’aborder les « problèmes majeurs » des habitants, explique le maire. Il a continué sa journée par une série de rencontres qui s’est terminée par une réunion publique à 19h. Six autres journées du même type sont prévues. Mercredi 11 octobre, le maire se rend dans le Grand centre-ville. Le vendredi 20 à Floréal-Allende-Mutuelle, le 24 à Delaunay-Belleville-Sémard, le 25 à Joliot-Curie. Le 9 novembre à Pleyel-Confluence et le 10 à la Plaine. Le programme complet est à retrouver sur le site de la Ville à cette adresse http://bit.ly/2wK3lZf.

Aziz Oguz
 

Réactions

Voyons le bon côté et soyons positif. Le maire inconnu fait son bilan de mi mandat au bout de 3 mois de présence.. Espérons qu'il démissionne dans 3 mois
Aquand un référendum pour ou contre sa démission.de tt sens qui pourrait le remplacer si c est la même équipe.il faudrait une nouvelle election
Les dionysiens ont bien de la chance. Est-ce que dans les autres villes le maire se déplace dans chaque quartier pour exposer son bilan de mi-mandat et pour en discuter avec les habitants ? Regardez à Saint-Ouen. Le bilan de mi-mandat y est réalisé dans le journal municipal sans discussion possible avec le maire ni avec ses adjoints. La démocratie c'est quand on la perd qu'on comprend son intérêt.
Bonjour @lecteur-jsd Se déplacer, faire le marché, etc ne sont qu'un habillage. C'est juste pour prendre la température en vue de 2020. Les actions de programme sont en auto évaluation, donc pour eux, leur bilan fera sens. N'est ce pas DIDIER. Ils sont perchés. Regarder les conseils municipaux en vidéo, c'est d'une nullité. Aucune action concrete pour résorber les problèmes de la ville. Et je peux vous dire que c'est les taper, c'est pas une sinécure. Quand à la démocratie à Saint Denis... Elle est sous assistance respiratoire à Saint Denis. Plus de 50 ans, qu'on se repasse le fauteuil de Maire sans que personne ne bronche. De plus, 70% des habitants ne votent plus. S. PEU élu député avec 15% des inscrits... et ses supporteurs ouvrent le champagne. Ils fetent leur victoire, en aucun cas la victoire des habitants. J'aimerais vous dire ouvrez les yeux... de gratter le vernis de la communication municipale. Encore faut il le vouloir.
Bonjour @Tous. Je n'ai pas pu aller à la réunion du centre ville du 11. Un habitant pourrait il faire un compte rendu. Partisan ou pas. Juste pour connaitre la teneur des échanges, s'il y en a eu. Merci d'avance.
Je n’ai bien entendu pas assisté aux réunions organisées pour l’adoubement public du Maire héritier, tout comme je n’assiste plus à aucune réunion publique organisée par la Ville à la gloire de ses élus. J’ai néanmoins lu avec attention le « bilan » du Maire non élu en tant que tel. Entre la surdité dont ils font preuve face aux attentes plus que légitimes des habitants, la ville idyllique dont ils se prennent à rêver qu’ils bâtissent au quotidien, et un bilan totalement indéfendable, gageons que sont présents quelques journalistes, quelques curieux dont la naïveté n’aura pas été écrasée par l’arrogance de la baronnie municipale, et les derniers encartés soutenant une majorité qui vit chaque jour un peu plus en dehors des réalités de la Ville. Le bilan est très clair : Augmentation de la saleté. Augmentation de la délinquance. Augmentation des impôts locaux. Baisse des services publics. Absence d’entretien, de développement, de requalification des espaces publics. Densification effrénée et insoutenable. Je l’ai déjà publié par ailleurs : la rue des Fillettes, qui n’est qu’un exemple représentatif de la quasi totalité de la commune. Emprises de chantiers non contrôlées, stationnement illégal, état des rues épouvantables, cuisine de rue, garage clandestin, décharge sauvage. Plutôt que de trouver des solutions la Ville préfère dire « la RATP se moque de nous, le Stif et la Région aussi. » Mais MM. Peu, Braouezec, Paillard qui habitent à quelques centaines de mètres de là ont ils des yeux ? Le siège de la SEM Plaine Commune qui aménage le quartier se situe à 60m de ce tiers monde institutionnalisé, et que se passe t’il ? Rien. Absolument - rien -. On en rit quand on sait que des élus de la Ville, par ailleurs conseillers communautaires nous dise que « c’est compliqué, c’est à la limite d’Aubervilliers, de Saint-Denis, l’entretien c’est Plaine Commune... » Mais ils nous prennent vraiment pour des chèvres ?!?!? La rue des fillettes, hormis sont trottoir Est est intégralement dyonisienne. Qu’ils redisent le contraire signifierait que les arrêtés et permis de construire délivrés par la Ville de Saint Denis (hors Campus Condorcet pour le PC, bien entendu) sont illégaux ?! On peut construire du logement social sur décision du Maire, mais on ne peut pas nettoyer les rues, interdire le stationnement illégal, saisir les marchandises, etc ? C’est trop facile de se cacher derrière le millefeuille territorial pour rejeter ses turpitudes sur les autres (faudrait pas froisser des électeurs potentiels) et de s’accaparer les réussites des autres pour présenter un bilan parfaitement bien emballé (il manque juste la mention « suggestion de présentation », comme sur les plats préparés, tant les discours fanfaronnant que nous servent nos élus sont à l’opposé de la bouillie extrêmement peu ragoûtante qu’ils nous forcent à avaler chaque jour). Prenons donc le bilan de l’héritier reçu hier dans ma boîte aux lettres. 5 groupes scolaires construits, du fait de la politique du logement absurde menée par la municipalité, qui gangrène le budget d’investissement et de fonctionnement de la Ville année après année, dont 1 groupe scolaire construit chaque année en bungalow de chantier, tant la municipalité est incapable de gérer sa ville. Chapeau ! Ouverture de la Maison des Sciences et de l’Homme, sans aucun lien avec une quelconque action de la municipalité (et près d’une décennie de retard). Seule action de la mairie, garantir en réunion publique aux habitants que la municipalite avait obtenu l’ouverture du jardin (vous savez, ceux qui manquent tant !) aux riverains. On connaît le résultat. Inauguration du lycée de la Plaine, projet intégralement porté par la Région. Lancement du Campus Condorcet, sur la Ville voisine d’aubervilliers mais dont les nuisances se répercutent sur la commune (!!!!) intégralement porté par l’état (nos élus communautaires ont tout au plus forcé la main au Campus pour qu’il se raccorde à l’innerable Réseau de chaleur... dont le bilan économique pour le Campus sera, en connaissance de cause, catastrophique) Candidature de la Ville au dispositif national de la police du quotidien, dispositif créé par l’état. Lutte contre le renforcement de la vidéo verbalisation, (avec consignes en coulisses de ne pas trop fâcher les électeurs). Renforcement du T5 : Région. Mise en service du T8 : Région. Déploiement du Vélib, on attend toujours. (Pour le coup, c’est bien la faute au renouvellement lancé par le syndicat). Déploiement d’autolib, aucune station d’ouverte.. Pistes cyclables : Plaine Commune. Franchissement Pleyel : SNCF, Plaine Commune (Sem), SGP. Mobilisation pour les renforts des bus : voir plus haut, que la Ville permette des à présent que les lignes actuelles circulent convenablement. C’est tout l’inverse qui est fait. Porte de Paris : Plaine Commune, mandature précédente. Place des Confluences et parvis Ouest de la gare : Plaine Commune, mandature précédente. Parc du temps des cerises : Plaine Commune. Propreté : Plaine Commine. 30 lessivages organisés par an, soit 0,08 nettoyage par jour, de quoi l’inscrire au bilan positif ! 6 602 393 euros versés aux associations, dont acte. Auxquelles ? À quelle fin ? Quels montants ? Ouverture d’une mairie annexe à la Plaine : la Ville n’a fait que répondre à une injonction légale qu’elle a délibérément ignoré pendant plus d’une décennie !!! 3038 logements construits dont 46% de logements sociaux, soit 6% de plus que le seuil de 40% totalement contraire au discours de mixité affiché par la mairie. Rappelons que la loi en impose 25 et que Saint Denis en compte bien plus dès aujourd’hui. Mixité = moratoire sur la construction de logements sociaux jusqu’en fin de mandat. Saint-Denis ne résoudra pas seule les problèmes de logement en île de France, et les élections municipales successives démontrent que cet entêtement stupide n’est même pas favorable à la majorité... 500 expulsions évitées : on demande le détail. Nos impôts ont ils financé les impayés, ou la Ville fait elle de l’ingérence dans des décisions judiciaires ? Bien sûr, lorsque l’on reçoit ce torchon rempli de chiffres et de belles photos photoshopées, on se dit que l’on vit dans une ville formidable. On croirait même à un catalogue de croisières et on signerait les yeux fermés. Mais en fait de 150 « réalisations » dont plus de la moitié sont à mettre au crédit de la mandature précédente ou d’échelons territoriaux sans rapport avec la municipalité, ce que les habitants relèvent au quotidien ce sont les centaines d’inactions que mènent les élus. Fermer les yeux, acheter la paix sociale, et publier un publi-rédactionnel (pourriel en langage informatique...) présentant la « publication mensuelle de l’agenda citoyen et culturel » comme l’une des « 150 réalisations qui ont changé notre quotidien », c’est dire l’ambition de notre maire pour sa commune et de l’attention qu’il porte à ses administrés. Assister à une réunion pour cautionner cette mascarade (je n’oserai pas écrire foutage de gueule)?!? Plus jamais. La dernière interview de M. le Maire Paillard (oups, monsieur l’Ex) dans laquelle il s’épanche sur le quartier d’affaires, ses commerces, SFR, l’on constate encore à quel point « ils » sont déconnectés de la réalité, qu’ils sont pourtant les seuls à avoir mis en œuvre, via le PLU, le PLH, le PLD, l’attribution des PC, etc. Ils ne sont même pas conscient que l’état épouvantable de la Ville réside essentiellement dans leurs décisions, et leurs discours bernent de moins en moins de monde. Je n’envisage pas de quitter Saint-Denis pour le moment, mais si la politique municipale continue à la degration continuelle du « cadre de vie » au cours des prochaines années, comme beaucoup d’autres, je prendrai mes valises pour une ville qui porte un peu plus d’attention à ses administrés et un peu moins à l’égo de ses élus et de leurs discours démagogiques. Bien entendu, ce ne sera pas du côté de Neuilly, et ses travers opposés à ceux de notre Territoire, qu’entendent avantageusement défendre nos élus (M. Braouezec inside) refusant une Métropole solidaire au profit des petites baronnies locales. Le gâteau restera donc bien partagé, mais inutile de nous vendre à prix d’or les miettes. (Je précise ici, s’il en était besoin, que je ne mets pas l’intégralité des élus sur le même pied, simplement l’équipe aux manettes. Après avoir visionné de nombreux conseils municipaux, j’ai heureusement pu constaté que certains élus, de la majorité comme de l’opposition ont des interventions particulièrement pointues, ciblées, en parfaite connaissance de leur dossier mais que malheureusement, l’exécutif se contente d’être un comptoir d’enregistrement de voix partisanes et que la qualité des débats, tant sur la forme que sur le fond est extrêmement inquiétante, et que la maîtrise plus qu’hasardeuse de certains élus en charge de dossiers est particulièrement alarmante).
La bonne nouvelle dans tout ça est le terme « mi-mandat du Maire ». Si l’on se réfère au peu de temps depuis lequel il est Maire, l’on peut se féliciter de son départ imminent et donc anticipé !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.