@ vous

Vie quotidienne
/ Le chauffage

Nom ou initiales: 
JB

Par rapport aux constructions récentes, à ces bâtiments si bien isolés aujourd’hui qu’on les dit « passifs », et où une simple bougie suffit à chauffer une pièce, j’ai l’impression dans mon hlm du centre-ville de Saint-Denis de vivre au Moyen-Age.
Pourtant nous avons le chauffage central et il fonctionne ; mais voilà, d’une part il n’y a pas comme d’habitude le nombre de radiateurs vraiment requis placés où il le faudrait (cela je le tiens d’un vieux chauffagiste que j’ai connu et qui en faisait la démonstration dans son pavillon, équipé de radiateurs de récup’. Il y régnait partout en hiver une douce chaleur uniforme avec une chaudière réglée au minimum. Tous les visiteurs, après un moment, détendus, laissaient échapper un soupir de satisfaction, étonnés de ressentir un tel confort, et se demandant pourquoi en regardant avec perplexité le décor plutôt minable qui les entourait...), et d’autre part la chaleur est programmée par thermostat à l’usine qui envoie l’eau, ce qui entraîne un retard lorsqu’il y a, comme aujourd’hui, une variation notable.
En début et en fin de saison c’est catastrophique, il faut un chauffage d’appoint.
J’en profite également ici pour (re)dire que l’immeuble lui-même n’est pas, selon le terme professionnel, « hors-d’air » ni même vraiment « hors-d’eau » puisqu’il pleut dans la cage d’escalier ouverte aux quatre vents.
Oui, il y a un « parti-pris architectural » (on croit rêver) qui a consisté à laisser les ouvertures béantes à partir du 3e étage jusqu’en haut !
En sorte qu’on ne pourrait y remédier qu’en réclamant une modification des plans à l’architecte, c’est ce que l’on m’a expliqué récemment.
On ne nous parle que d’économie d’énergie et les paliers de mon immeuble, donc ma porte palière, sont pratiquement à la température extérieure !

Vie quotidienne

Réactions

@JB «par rapport aux constructions récentes, à ces bâtiments si bien isolés aujourd’hui qu’on les dit passifs». Les promesses de basse consommation énergétique des promoteurs immobiliers n'engagent que ceux qui les écoutent. Ces promesses sont de belles arnaques. Les Bouygues Eiffage Vinci etc. promettent aux acquéreurs des factures de chauffage divisées par cinq. Dans la réalité la courbe de chauffe d'un immeuble BBC est parfois plus élevée que celle d'un immeuble des années 1970. L'argument BBC des plaquettes de présentation sert surtout à augmenter le prix de vente des appartements.

«qu’on les dit passifs». Comment les promoteurs immobiliers obtiennent-ils les attestations de prise en compte de la réglementation thermique ? Les Bouygues Eiffage Vinci contournent l'article R 111-20-4 du code de la construction et de l’habitation. Au moment de la livraison ils choisissent un architecte accommodant (corrompu). Lors d'une visite de site bâclée, le promoteur balade l'architecte dans les appartements qui vont bien, et dans lesquels l'isolation des parois opaques est réalisée. Il fait ensuite signer les attestations à l'architecte. Les acquéreurs trompés découvrent plus tard les ponts thermiques.

@lecteur-jsd Je ne doute pas que vous ayez raison s'agissant des promoteurs que vous citez, les pires qui soient. Heureusement il y en a d'autres et des associations de citoyens, d'écolos, qui travaillent autrement. D'ailleurs en parlant de maisons passives je pensais beaucoup à l'Allemagne où il semble (je n'ai pas vérifié en personne) que des réalisations exemplaires existent en assez grand nombre. La France est sans doute un peu plus lente à s'y mettre.
Voilà, voilà.

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur