À la une Cultures

Paris 8
/ La solidarité, travaux pratiques

Le Festival des Solidarités est organisé en soutien au Secours populaire dans l’enceinte de l’université dionysienne. Une évidence pour ses jeunes initiateurs, qui refusent de partager sans rien faire les bancs de la fac avec d’autres étudiants en grave situation de précarité.

D’après une enquête récente menée par l’Unef (Union nationale des étudiants de France), le coût de la vie étudiante a augmenté de 2,09 % à la rentrée 2017. Selon ce même rapport, la part des étudiants exclus du système de bourse sur critères sociaux s’élève à 72,8%. À cela s’ajoute une autre réalité handicapante : la méconnaissance chez les étudiants des réseaux d’entraide. Pour y remédier, un Festival des Solidarités en soutien au Secours populaire français (SPF) est organisé les jeudi 12 et vendredi 13 avril dans l’enceinte de l’université Paris 8.

Julien Villain, co-fondateur de l’association Coïncide, chapeaute l’organisation de cet événement. Ce jeune dionysien est étudiant en 2e année de licence de sciences politiques à « P8 » et, depuis novembre, assure son service civique au sein du Secours pop’. « Je refuse de me dire que j’étudie à côté d’autres étudiants qui ont faim, sont en mauvaise santé ou désargentés, témoigne Julien Villain qui a lui-même hébergé un jeune de 18 ans en difficulté. Je refuse d’étudier en cours de grandes idées politiques sans les appliquer. »

Si le SPF, association reconnue cause nationale, est déjà implanté à Saint-Denis (il possède un local à la Bourse du travail, ndlr), il était absent de la fac dionysienne jusqu’à l’ouverture d’une antenne en 2016. Depuis, celle-ci y accueille les étudiants dont la situation économique est précaire. L’an passé, une cinquantaine ont pu profiter d’une aide qui comprend colis alimentaires, accès à la culture et aux soins. Parmi eux, on retrouve des provinciaux fraîchement débarqués en région parisienne, des jeunes mères isolées, des étudiants étrangers, des jeunes non-éligibles à une aide boursière… Ils sont déjà une trentaine cette année à avoir sollicité le Secours pop’. « Une dizaine d’entre eux ont bénéficié de lunettes de vue », confie Kab Niang qui gère l’antenne située dans la Maison des étudiants. À 30 ans, Kab est étudiant en littérature à Paris 8. Après avoir quitté son Sénégal natal où il y a étudié les Sciences politiques et être passé par la Tunisie où il a obtenu une licence en information et gestion, il trouve l’énergie et le temps de s’investir pleinement dans sa mission. C’est lui qui tient les permanences à l’antenne du Secours populaire tous les mardis de 9h à midi. « Chaque semaine, j’ai affaire à cinq nouveaux étudiants au minimum », constate-t-il, amer. Beaucoup sacrifient leur santé, leur alimentation ou les loisirs par manque de moyens. » Ce phénomène de « priorisation malheureuse » touche toute la France. Dans un rapport publié en mai 2017, la Croix-Rouge alertait quant à la paupérisation chez les jeunes adultes, chiffres alarmants à l’appui : un jeune sur cinq a renoncé aux soins, 13 000 étudiants parisiens sautent quatre à six repas par semaine, faute de pouvoir se les payer…

Pour faire front face à la normalisation de la précarité estudiantine, le Festival des Solidarités propose une programmation musicale éclectique et un forum des associations. « Il existe plein de façons de soutenir le Secours populaire. On s’est dit pourquoi ne pas faire un grand événement ? Cela permet de dynamiser le campus, créer un mouvement de solidarité tout en faisant de l’éducation populaire avec les autres associations qui seront présentes au forum », affirme Julien Villain. Les deux bureaux des étudiants Well’Com et Fahrenheit, le Centre interculturel de Vincennes-Paris 8, Asterya, le Réseau université sans frontières, les associations ME-Tech et Culture de banlieue seront présents. « Le village associatif s’adresse aussi aux personnes qui veulent s’engager dans la durée mais qui ne trouvent pas ou ne connaissent pas les structures », explique Julien.

Côté artistes, ont répondu à l’appel les rappeurs Costa BLF, Vova, Double T, The Flymax Band, les danseurs du Yakuza Crew, le trio de guitaristes-vocalistes Alfa Martians, la chanteuse London Loko… « On voulait valoriser des jeunes comme nous. On avait besoin d’artistes qui nous ressemblent en fait, explique Mounia Bellila, 19 ans, étudiante en L1 de Sciences politiques, passée elle aussi par le Secours populaire et qui épaule Julien dans sa mission. C’était important de trouver un format pour faire connaître l’action du Secours pop', on sait à quel point une antenne est importante dans une fac comme celle-ci. On développera cet événement d’année en année », assure-t-elle. Une entente a été trouvée entre les organisateurs du récent blocus (lire page 4) et ceux du festival pour permettre le bon déroulement du festival. Un certain esprit de solidarité, en somme.

Maxime Longuet

Festival des Solidarités, jeudi 12 et vendredi 13 avril, à Paris 8 (2, rue de la Liberté). Zone associative : passerelle. Concert : hall animathèque. Entrée gratuite.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.