À la une En ville

Logement
/ La Région fragilise la construction

Des maires des villes de Plaine Commune dénoncent le « dispositif anti-ghettos » imaginé par Valérie Pécresse, excluant de l’aide à la construction des logements les plus sociaux les communes comptant plus de 30% de HLM.
Dans chaque nouveau quartier, comme ici à Confluence, des logements sociaux sont programmés.
Dans chaque nouveau quartier, comme ici à Confluence, des logements sociaux sont programmés.

Lutter contre les « ghettos urbains ». C’était l’une des principales promesses de campagne de Valérie Pécresse pour l’Île-de-France. En mars 2016, trois mois après son élection à la présidence de la Région, elle faisait ainsi adopter un « dispositif anti-ghettos » pour exclure de l’aide à la construction des logements les plus sociaux, dits PLAI (1), les communes comptant plus de 30% de HLM. Sur ce territoire dont les neuf villes sont concernées, la perte sera de « 3 millions d’euros par an », ont dénoncé les neuf élus réunis le mercredi 1er février au siège de Plaine Commune. Entérinée le 25 janvier par le vote du budget 2017, la nouvelle politique régionale sur le logement aura des impacts plus lourds encore, comme l’ont détaillé les élus. La Région ne contribuera plus aux réhabilitations du parc social, qu’elle subventionnait à hauteur de 5 à 6%, ni au redressement des copropriétés dégradées. Et son budget pour le logement social familial est passé de 70 à 40 millions d’euros, avec notamment pour perspective de se désengager dans les 130 communes de la Métropole du Grand Paris. Si le logement compte en effet parmi ses principales compétences, la Métropole ne sera pas en mesure de l’exercer « avant janvier 2019, signale Patrick Braouezec. Il y aura un vide de financement de deux ans. C’est 5 millions d’euros de pertes par an pour le territoire ».

"Un loyer de 1 000 à 1 200 euros par mois pour un T3, même un enseignant ne le peut pas"

Le président de Plaine Commune mentionne enfin les 7 millions annuels dont le territoire ne pourra plus bénéficier au titre du dispositif pour financer les équipements publics et infrastructures indispensables à l’accueil de nouveaux habitants. Cette aide régionale aux « quartiers innovants », ayant été refusée à Plaine Commune « à cause des logements PLAI ». En vertu, donc, de ce « dispositif anti-ghettos », condamné par les élus comme une « posture idéologique », au mépris de la réalité. Comme le rappelle Stéphane Peu, élu de la ville et du territoire, et président de Plaine Commune Habitat, la moitié des salariés en France perçoivent moins de 1 800 euros. À Plaine Commune, où ce revenu médian est sensiblement inférieur, « 70% des demandes sont éligibles au logement PLAI », dont les montants de loyers sont « de 7 à 7,50 euros le m2 ». C’est plus du double pour ces logements PLS, dont l’offre est encouragée par la Région au nom de la mixité sociale. « Payer un loyer de 1 000 à 1 200 euros par mois pour un T3, même un enseignant ne le peut pas », s’exclame Meriem Derkaoui, maire d’Aubervilliers, où l’OPH relève pour les PLS les plus hauts niveaux d’impayés.

"On laisse ceux qui ne font pas s’enfermer dans leur égoïsme »

Inscrit au Contrat de développement territorial, l’objectif des 4 200 logements, dont 40% sociaux, construits par an, a été dépassé en 2016, note encore Patrick Braouezec. « Comment maintenir ce rythme » pour répondre à la pénurie en Île-de-France ? À Plaine Commune Habitat, explique M. Peu, la perte est estimée à « 3,5 millions d’euros pour les productions engagées sur les deux ou trois ans, dont certaines dans le cadre de l’ANRU ». Officiellement épargnés, ces programmes de reconstruction dans le cadre du renouvellement urbain seront donc aussi affectés. « Les chantiers vont se poursuivre, assure néanmoins M. Peu. On va gonfler le recours à l’emprunt. Et on va puiser sur nos fonds propres, qui seraient mieux utilisés pour la maintenance ou les réhabilitations. Mais ça hypothèque l’avenir. » Alors que maints édiles d’Île-de-France refusent le quota de 25% de logements sociaux imposé par la loi SRU, s’insurge Stéphane Peu, « on s’en prend à ceux qui font et on laisse ceux qui ne font pas s’enfermer dans leur égoïsme ».

(1) PLAI, Prêt locatif aidé d’intégration, et PLS, Prêt locatif social. 

Également présents, les maires de Stains, La Courneuve, L’Île-Saint-Denis et Saint-Denis, le conseiller régional Front de gauche Taylan Coskun et le président du CA de l’OPH d’Aubervilliers Silvère Rozenberg.

Réactions

La pénurie en Ile-de-France ce n'est pas à St Denis d'y remédier, vous avez bétonné cette ville à outrance sans penser au service qui vont avec maintenant vous vous retrouvez dans un cul de sac trop de logement pas assez d'infrastructure.
On va enfin freiner l'un des plus grand ghetto de France que Braouzec et ses amis souhaite à tout prix, l'apartheid entre les blancs et les autres. Au lieu de de mixer la population et les problèmes, ce Braouzec souhaite concentrer tous les problèmes en un même endroit, pour que jamais cette population ne puisse s'en sortir.
Bonjour. @M. LENFANT. Pouvez vous me définir qu'est ce qu'un "quartier innovant" ??? Il serait utile d'en donner la définition. @Elus. N'essayez pas de résoudre un problème national sur une ville... Ça ne marche pas. La pénnurie n'est pas seulement à Saint Denis mais sur l'ensemble de l'ile de France. Et vous parlez de « posture idéologique » de V. PECRESSE... Mais balayez devant votre porte. Pourquoi donc densifiez des territoires déjà saturés??? Quel est la posture idéologique derrière cela??? Éclairez-nous...
"100 quartiers innovants et écologiques", tel est l'intitulé complet de l'appel à projets lancé en mars 2016 par la Région Ile-de-France pour soutenir "l'émergence de nouvelles formes d'aménagement", selon les termes de la campagne de communication à ce sujet. Notamment retenu pour bénéficier à ce titre d'une enveloppe financière (de 1 à 4 millions d'euros), le quartier des Docks à Saint-Ouen.
@marylene.lenfant Bonjour, Azzedine vous a posé une question claire je pense à laquelle vous ne répondez pas Quel est l'idéologie derrière tout ça??? car d'un point de vue cartésien, vouloir concentrer tout les problème en un même point dans une région qui souffre déjà beaucoup de ces problème est tout bonnement idiot. Mais nos élus sont loin d'être idiot donc quel est cette idéologie derrière ce programme?
Bonjour @marylene.lenfant Je pense qu'un lien vers un site serait utile afin de que tout le monde comprenne la définition précise et exacte d'un quartier innovant. Les éléments de langage sont parfois (volontairement???) vagues et ils peuvent noyer le plus profane. Et tout le monde ne peut pas comprendre la notion d'innovation en terme d'urbanisme et d’aménagement du territoire et les conséquences de toutes ces démarches si elles sont bien précisés quelques part.
Cet article rapporte les déclarations, réactions des élus de Plaine Commune à la politique de la région sur le logement. Leur positionnement n'est pas nouveau. La question d'Azzedine à laquelle Hitch vous me mettez quasiment en demeure de répondre était adressée aux élus.
Pour Azzedine, le lien du site de la Région pour avoir réponse à vos questions sur ce dispositif qui n'était pas l'objet de l'article. https://www.iledefrance.fr/aides-regionales-appels-projets/100-quartiers-innovants-ecologiques
@marylene.lenfant Vous êtes journaliste, faites un travail de journalisme svp, je sais que la vie est dur et qu'il faut bien manger, mais essayez un peu quand même. Pourquoi vouloir concentrer tout les problème en un même endroit???? forcément il y aura encore plus de problème car 1+1=2 donc quel est l'idéologie derrière tout ça, pourquoi Peu et Braouzec refuse de répartir les problèmes en IDF pour qu'elle les absorbe et que tout le monde vive correctement.
@marylene.lenfant Au contraire, ce lien est utile à la compréhension du sujet.... les quartiers innovants selon la région. "Il doit s’agir de quartiers vivants et agréables à vivre, alliant logements, emplois, services et nature, qui répondent à l’objectif de réduction de notre impact écologique". La notion de "quartiers vivant" est totalement vague et peut être sujette à interprétation et nos élus s'émeuvent du changement de politique de la région (V. PECRESSE versaillaise n'aura pas la même notion quartier vivant que S. PEU chantre du HLM). Sans être un soutien à V. PECRESSE, elle a raison de ne pas aider les villes déjà déséquilibrées par le HLM (plus de 40%). Et encore les villes comme Saint Denis mentent sur leurs statistiques. Il existe sur la ville de nombreux logements dans le privé loué à des associations pour aider les familles à se réinsérer dans le HLM et je ne compte pas les hôtels sociaux... Si la ville prends la parts de autres villes... les autres villes ne vont pas se gêner à refouler les plus pauvres. Créer une ville de pauvres n'a rien de glorieux. Il n'y a qu'à ouvrir les yeux sur la ville et sur plaine commune pour voir le résultat catastrophique d'une telle politique. Quand à la phrase de S. PEU « on s’en prend à ceux qui font et on laisse ceux qui ne font pas s’enfermer dans leur égoïsme »... Mais lui même force les autres ville à ne pas faire du HLM. Au lieu de prouver que le logement est une réussite et un tremplin vers la propriété, on reste dans le dogme. Malgré lui, il donne du grain à moudre à M6, le figaro et autres médias adeptes de sensations fortes. Bref, enlever les œillères de militant et que S. PEU fasse son travail, il a toute les cartes et responsabilités (14 casquettes liés à l'habitat et l'urbanisme) en main et il a le don d'échouer.
Nous sommes indignés par votre article qui dénonce la puérilité des élus de cette machin-agglo-ville du Grand Rien. indignés pour la prolifération de bêtises notamment sur les prix des loyers c'est risible. merci de nous rabâcher comme quoi cette agglo n'a pas d'autres projets ou d'alternatives économiques hormis les HLM et la chasse aux subventions pour la sur-construction d'HLM. Nous le savons !!! ici nous sommes à + 41% de HLM + 75% de locataires et toujours - de 8 % de verdure et de nature... Indignés y'a que de quoi !!! ces élusPCF-FDG veulent arracher et voler la part des responsabilités des autres villes c'est méchant de tout vouloir pour soi ? C'est égoïste ! juste pour des votes et rien d'autre. puis Mort De Rire les prix des loyers que vous nous balancez ... Nos élus sont Hors sol un F3 à Saint Denys, comptez 850-89O EURS à deux c'est amplement jouable !! à Enghien les Bains 950 EURS proche de la Gare, 'ttention et Aubervilliers idem... tout ça sans même devoir payer une école privée pour ses enfants L'élue Derkaoui est complètement à l'Est. Effectivement si elle recherche un 100m2 à 600E, faut quitter l'ïle de France. JSD vous ne prenez vraiment les précaires QUE pour des proies électorales... La LUCIDITE de Mme PECRESSE semble bienveillante et bienvenue face à cette hérésie du tout social !! (Une femme qui, si elle maintient ce qu'elle annonce aura bien plus de mérite que tous les roquets de cette ville qui se disent de gauche et n'ont que le port altier du déni de réalité) ps: aujourd'hui il y a un article du crécré-méchant Le Figaro concernant Saint Denys... Etrange ? il n'évoquait même pas les innovants immeubles Boîtes de Conserve à la sauce Peu, en bordure des chemins de fer ! ptdr
Azzedine vous ne pouvez l'ignorer, le déséquilibre régional est quasi historique. A l'ouest à l'abri des pollutions et des odeurs les nantis et les privilégiés et cela depuis le moyen âge. Demander un rééquilibrage, oui mais, nul ne peut ignorer les résistances forcenées qui s'opposent à la construction de logements abordables dans ces localités. Depuis une trentaine d'années des textes sont sensés assurer cette répartition géographique. Le résultat, moins de constructions avec un nombre de demandeurs chaque année plus important. Attendre l'utopique répartition géographique c'est accroitre la pénurie de logements et favoriser toutes les spéculations et l'accroissement sans fin des niveaux de loyer. Le marché du logement fonctionne toujours au détriment des plus modestes. Qu'une ville mette tout en œuvre pour loger ses enfants même les plus modestes me semble normal. Azzedine remerciements pour votre sentiment sur le sujet, vous avez peut-être bénéficié de ce parcours résidentiel ?
@Belleville. Non je n'ai pas bénéficie de ce "parcours résidentiel". Parce que pas dans la cible... Jeune, célibataire, sans enfants et gagnant bien ma vie... J'ai été considéré comme un nanti ne pouvant pas bénéficié d'un appart à loyer modéré (et de m'orienter vers le privé...). Il faut sortir du carcan "on a toujours fait comme cela". A un moment la ville a pris plus qu'il n'en fallait pour assumer la pénurie de logement. Et cette démarche favorise l'entre soi (pauvres restent avec les pauvres, et les riches avec les riches). Je ne suis pas d'accord avec cette démarche. On crée des prisons à ciel ouvert ou les services publiques ne sont plus la. J'ai l'impression de revenir au moyen age avec ce type de démarche avec des élus qui devenu des maîtres. Est ce que S. PEU ou P. BRAOUEZEC ont ils demandé l'avis aux habitants.?? (pas des réunions publiques à 17h ou les gens ne peuvent pas venir car travaillant encore). Ces deux personnes sont nocives pour le quotidien des habitants. Depuis 37 ans que je vis dans cette ville, je ne l'ai pas vu s'améliorer. Au contraire. Et c'est pas seulement la faute de l'état ou à pas de chance... En construisant et bétonnant à tous vas, ces deux personnes pourrissent le quotidien des habitants.
@belleville Vous dites "Azzedine remerciements pour votre sentiment sur le sujet, vous avez peut-être bénéficié de ce parcours résidentiel ?" Vous vous attaquez au parcours d'Azzedine car son prénom laisserait présager qu'il a un parcours du logement social etc..Vous devriez avoir honte, donc en fait Azzedine doit vous être reconnaissant car grâce à vous et vos amis il a bénéficié d'aide social et donc vous renvoyer l’ascenseur..C'est toute la stratégie de cette ultra gauche, on distribue mais en contre partie tu nous soutiens..MDR, c'est un aveux. On vous doit rien et les parents immigrés se sont forgé tout seul au travail à la chaîne, aux mines dans le nord pendant que étiez dans vos bureau à préparer vos prochains plans, le mondialisme bancaire qui veut nous réduire à l’état d'esclave. Les parents d'immigrés payent un HLM depuis 30ans, ils ont déjà payé leur appartement, si vous souciez d'eux, donnez leur ces appartement qu'ils ont déjà payés, mais non vous préferez qu'il reste dans la misère pour qu'il vous soit toujours redevable, ce que vous avouez..c'est bien on avance.
Hitch , vous êtes encore plus grave que je ne le pensais. Qui sont Hitch, Azzedine ,mourad et les autres, vous avez l'air de savoir, moi non, les pseudos protègent de gens comme vous. Pour vous, favoriser et accompagner le principe du logement pour tous est un acte raciste visant à l'aliénation des ces mêmes personnes. Sans doute vous les pensez incapables d'une réflexion personnelle. Immigrés ou non ils ont tous aujourd'hui les mêmes difficultés pour avoir un toit.
En tant que modérateur, je constate que les échanges entre Azzedine, Hitch et Belleville débordent du cadre de l'article. Je ne validerai plus vos commentaires sur ce fil.
La Regis n ne fragilise en aucun cas la construction de logements en Ile de France. La Région arrête de subventionner une partie des logements à loyer modéré là où elle considère qu'il y'en a déjà suffisamment. L'on peut être pour ou contre, trouver la barre fixée trop haute ou trop basse. Mais on ne peut pas dire que la Région empêche la construction. Ces logements, dont on sait tous qu'ils sont particulièrement chers pour la collectivité devront simplement être financés par ceux qui persistent a vouloir les construire. La majorité dyonisienne veut à tout prix des logements sociaux. Et bien qu'elle les paye. La hausse vertigineuse d'impôts de l'an passé permettra sans aucun problème d'absorber un partie de cette baisse de subvention, dont était parfaitement avisée la municipalité. La construction de logements libres serait également une idée (lumineuse !) que pourrait s'approprier la municipalité. Les droits à construire cédés y sont autrement plus avantageux et renfloueraient ainsi les comptes de la Ville. Mais c'est moIns politiquement correct. Faire croire que Saint-Denis doit assurer seule le manque de logements sociaux que connaît l'île de France est une hérésie. Pour ensuite dire "on a pas de sous", "on a pas de services publics qui suivent", "on est abandonné par l'état". Non. La Ville est seule responsable de sa politique du logement. C'est la faute de l'état si - aucun - rendez vous n'est disponible en mairie pour refaire sa carte d'identité ? Ou le manque de subvention de la Région ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.