À la une En ville

Rentrée 2016
/ La mobilisation porte ses fruits

Rentrée 2016. La vigilance organisée des parents d’élèves, des syndicats d’enseignants et des élus de la Ville a permis un début d’année serein : ne manquent à l’appel que deux professeurs. Et la surveillance citoyenne peut se faire maintenant par SMS.
Le 32321, le numéeo de SMS pour signaler les absences non remplacées
Le 32321, le numéeo de SMS pour signaler les absences non remplacées

1,5. C’est le nombre d’enseignants dont l’absence n’avait pas été remplacée le jour de la rentrée, jeudi 1er septembre 2016, dans les écoles de Saint-Denis : un professeur des écoles à temps complet et un autre à temps partiel. Rapporté aux 69 établissements primaires que compte la ville, le résultat est d’autant plus satisfaisant qu’il éloigne un peu plus le souvenir cuisant de 2014, où 500 élèves dionysiens s’étaient retrouvés sans maître le jour de la rentrée des classes et, pour certains d’entre eux, pendant de longues semaines.

En 2015, la vigilance organisée des parents d’élèves, des syndicats d’enseignants et des élus de la Ville avait permis d’éviter le pire. Déployés devant chaque établissement de Saint-Denis, ils avaient fait remonter en temps réel la situation sur le terrain dès le premier jour de classe. Cette année, ce déploiement a cédé la place à un dispositif de veille moins contraignant. Un service (gratuit) de messagerie téléphonique a été mis en place par la municipalité pour signaler les problèmes de non-remplacement. Les parents ou les enseignants peuvent envoyer un SMS au 32321 en indiquant  « Absence non remplacée », suivi du nom de l’école et de la classe concernée. Tous les partenaires — associations de parents d’élèves (Bonnets d’âne, FCPE), et syndicats (SUD Éducation, SNUipp) recevront ces informations qui permettront de recueillir plus rapidement des données et d’établir précisément les revendications à porter auprès de l’administration de l’Éducation nationale.

Ce dispositif fonctionnera toute l’année. On sait d’expérience que la présence d’enseignants à la rentrée ne prémunit pas des problèmes à long terme : l’an dernier, l’institution scolaire avait eu beaucoup de mal à remplacer les congés maladie et maternité. La situation sera-t-elle différente en 2016 ? La Direction des services départementaux de l’Éducation nationale, qui gère les mouvements des personnels enseignants, a reçu des renforts. Selon Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation, plus de 42 000 postes d’enseignants ont été créés au niveau national sur les 54 000 que le président François Hollande avait promis au début de son quinquennat. En Seine-Saint-Denis, « plus de 500 postes ont été créés pour le premier degré, affirme le député Mathieu Hanotin dans un communiqué. 110 d’entre eux sont affectés au remplacement des professeurs absents. »

La situation s’améliore, mais David Proult, maire adjoint à l’éducation, tempère ce constat : « Depuis 2012, l’Éducation nationale a suivi — bien qu’avec du retard — la croissance démographique ; mais en termes de dispositifs pour lutter contre les inégalités d’acquisition des savoirs, je doute que ce quinquennat aura permis de vraiment repartir sur le chemin de la réussite pour tous les élèves. » En effet, les Réseaux d’aide spécialisée aux élèves en difficulté (RASED) sont toujours décimés, et le dispositif « plus de maîtres que de classes » tarde à se déployer de manière véritablement significative. C’est mieux pour la scolarisation des moins de 3 ans : Saint-Denis a ouvert sept classes pour les tout-petits depuis 2013, dont deux à cette rentrée.

Par contre, certaines écoles sont aujourd’hui confrontées à des fermetures de classe. Dès vendredi 2 septembre, les parents de groupes scolaires menacés par des fermetures se sont rendus à l’inspection de circonscription. « La directrice nous a dit que l’académie avait proposé une fermeture parce que les moyennes sections ne comptent que 18 élèves par classe », explique une mère d’élève de l’école Puy-Pensot, dans le centre-ville. « On a prévenu l’inspectrice de circonscription, qui nous a promis qu’elle ne demanderait pas la fermeture. » Mais la décision appartient au Comité technique supérieur départemental (CTSD), à Bobigny. « On a fait un courrier », continue la mère d’élève, qui se demande : « Pourquoi supprimer une classe ici au risque de ne plus pouvoir accueillir personne ? À l’école Les Gueldres, ils sont déjà complets ; donc si des élèves arrivent en cours d’année, on aura des classes surchargées. Aujourd’hui, avec 18 élèves, en REP, c’est très bien… »

En plus de Puy-Pensot, et de l’école Pasteur (lire ci-contre), les groupes scolaires Opaline/Lacore et La Roseraie/De Chambrun sont également concernés. Le CTSD se tient à Bobigny lundi 5 septembre en début d’après-midi.

Sébastien Banse & Linda Maziz


Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur