Cultures

Archéologie
/ La fin d’un Cygne

Le chantier de fouilles programmées dans cet îlot en cœur de ville entamé en 2009 par l’Unité d’archéologie est achevé. Riche en découvertes, il est encore ouvert au public du 12 septembre jusqu’en octobre. Il pourrait être aussi le théâtre d’une autre ambition...
Les fouilles archéologiques de la rue du Cygne se sont achevées définitivement cet été.
Les fouilles archéologiques de la rue du Cygne se sont achevées définitivement cet été.

C’est la fin d’un cycle au 4 rue du Cygne. Depuis 2009, l’Unité d’archéologie de la Ville de Saint-Denis y menait une fouille programmée d’envergure. Les recherches, qui s’achevaient définitivement cet été, ont permis de mettre au jour entre autres découvertes les berges du Croult, un puits collectif, des fosses de tannage, des meules ou encore un abreuvoir, retraçant ainsi un pan conséquent de l’histoire dionysienne, du Xe siècle jusqu’à l’ère industrielle.

L’équipe d’archéologues menée par Michaël Wyss a étudié d’importantes surfaces en sous-sol et a pu conserver deux bâtiments à étages à l’ombre de l’échafaudage installé à l’entrée du site qui permettait de contempler les bermes de cet îlot urbain. Dans son état actuel, le chantier dévoile des éléments illustrant les sept grandes phases de l’évolution de la ville : la rivière artificielle du Croult aménagée par les moines de l’abbaye au début du IXe siècle, le fossé du castellum commandité par Charles le Chauve pour protéger l’abbaye des invasions vikings, un canal de déviation en rapport selon toute vraisemblance avec la construction d’un moulin à eau, les fondations des premières habitations du bourg monastique établies sur le fossé asséché, la reconstruction du quartier à la fin du XIIIe siècle avec de nouvelles maisons bâties autour du puits collectif, les fosses des tanneries qui ont investi cet îlot entre le XVe et le XVIe siècle et, enfin, des cuves de lavoirs et de blanchisseries qui correspondent à l’arrivée au XVIIIe siècle de nouveaux entrepreneurs aux abords du Croult dont le cours s’assècha en 1957. 

Mais pourquoi s’arrêter ? « Dans cet îlot du Cygne, nous avons cherché à comprendre la fabrication de la ville à partir des remparts d’un bourg, le castellum, explique Nicole Rodrigues, la responsable en chef de l’Unité d’archéologie. Nous avons fait un important travail de fouilles mais il faut pouvoir le raconter à présent. Il faut traiter le matériel, confronter les données, dater les niveaux… Scientifiquement, nous avons compris l’évolution du site. L’objectif de départ est donc atteint. De plus, on ne peut creuser indéfiniment au cœur d’un îlot urbain. »

Mais que les passionnés d’archéologie se rassurent. Si les fouilles s’arrêtent, l’équipe de chercheurs, elle, se tourne déjà vers l’avenir et les solutions de conservation de ce terrain et sa mise en valeur. « Nous allons bien sûr devoir remblayer une partie pour la protéger. Aussi nous souhaiterions entrer en résonance avec un autre chantier. Celui du remontage de la flèche de la basilique. Il faut rendre le chantier vivant et didactique », confie Nicole Rodrigues qui précise sa pensée : « La Crypta Balbi à Rome est notre modèle depuis le début. » Véritable musée d’archéologie urbaine, ce site en possède la plus importante collection au monde. Il est aussi scindé en deux parties. La première présente les résultats des fouilles lancées au début des années 1980 jusqu’à aujourd’hui. La seconde décrit l’évolution de la ville entre le Ve et le Xe siècle. Un modèle qui plaît tout particulièrement à l’Unité d’archéologie, récompensée du Prix européen du patrimoine archéologique lors du congrès de l’European Association of Archeologists en Lituanie l’an passé. 

Le chantier de la Fabrique de la Ville sera débâché le 12 septembre pour les Journées européennes du Patrimoine, et restera ouvert jusqu’en octobre pour la Fête de Saint-Denis.

Maxime Longuet 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur