À la une Cultures

Édition
/ La bienveillance, morale subversive du conte Neg Fey

C’est une fable inspirée par les contes antillais que Jackson Thélémaque, l’auteur, a entendus dans son enfance. Magnifiquement illustré par Maya Mihindou, le livre narre l’histoire des habitants de Petitnulpart, victimes d’une malédiction pour avoir manqué d’empathie envers un étranger…
Illustration de Maya Mihindou pour le conte "Neg Fey"
Illustration de Maya Mihindou pour le conte "Neg Fey"

Quand la tradition et l’imaginaire se conjuguent, il en résulte parfois un remède aux maux de la société. Et justement… « Neg Fey, en créole haïtien, c’est l’homme qui guérit avec les plantes », explique le musicien Jackson Thélémaque, auteur du livre éponyme paru en décembre aux éditions de L’Avant-Courrier. Le neg fey est une sorte de chaman comme il en existe encore dans certaines contrées reculées du globe, bien loin de la frénésie industriello-consommatrice et de son langage binaire abscons. À Petitnulpart, village intemporel qu’on imagine situé sur une île des Caraïbes, les habitants sont confrontés à une malédiction. La faute à leur manque d’empathie envers cet étranger vêtu de haillons venu leur rendre visite et qui se révèle être l’esprit protecteur du village. En représailles à leur mépris, les villageois sont condamnés à vivre dans la folie, privés d’une langue commune. Parti méditer dans une grotte, seul le sage Neg Fey échappe au mauvais sort. Pour sauver Petitnulpart, l’esprit lui ordonne de trouver trois « objets mystérieux » avant la prochaine pleine lune. Armé de son seul respect pour la nature et de son humilité, le guérisseur devra repousser sa peur de l’inconnu et sera mené à se rendre à Grandnulpart, ce monde qu’il redoute tant. Sa quête initiatique le conduira vers un voyage introspectif…

Les illustrations de la dessinatrice franco-gabonaise Maya Mihindou ponctuent le récit. D’habitude torturés et surréalistes, les traits de la graphiste parisienne subliment avec tendresse le texte. « Ce conte est très influencé des histoires de mon enfance, il y a quelques formules que l’on trouve dans les contes antillais. J’ai utilisé des codes traditionnels pour l’écrire, raconte Jackson Thélémaque, qui a quitté Haïti lorsqu’il avait 10 ans. Le message de Neg Fey c’est qu’il faut être bienveillant avec l’étranger. La bienveillance c’est la subversion contemporaine. » Dans son village natal Fonds-des-Nègres, Jackson Thélémaque, alias Le Guerrier de l’Imaginaire, a grandi dans un syncrétisme religieux caractéristique de l’île. Une fusion qui a longtemps défini les rapports entre les habitants tiraillés entre les cultures vaudou, catholiques, protestantes, évangéliques…

Cette fable, qui jongle avec le français et le créole, résonne avec ce que nos sociétés modernes sont devenues. Des forteresses, où l’on jette l’anathème sur l’étranger. Où les Cédric Herrou, héros anonymes du quotidien, se retrouvent les poings liés dans le box d’un palais de justice pour une main tendue. Débutée en 2010, l’écriture de Neg Fey a pu aboutir grâce au concours des éditions de L’Avant-Courrier. La jeune structure indépendante, à peine deux ans d’existence, ambitionne d’accompagner de nombreux artistes séquano-dionysiens à travers plusieurs projets, dont l’édition d’ouvrages mais aussi la création d’ateliers pour enfants. Julie Dumetz et Luna Granada ont fusionné leurs forces et ont publié déjà trois ouvrages jeune public : Le chant de l’arbre, Tête nue et Neg Fey. Ce dernier ouvre la collection « Quais des mondes », qui donnera la part belle aux musiciens. Malgré les difficultés, les deux associées assurent que « c’est une aventure amusante, enrichissante et pleine de péripéties », un peu comme un conte.

Maxime Longuet

Neg Fey, éditions de l’Avant-Courrier, 12€. Disponible à l’Office du tourisme, à la Coopérative Pointcarré et à la librairie Folies d’encre.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.