@ vous

Slimane Rabahallah rend sa délégation mais veut rester dans l’exécutif avec ses indemnités
/ L’urgence pour les Dionysiens c’est que Laurent Russier arrête la com et agisse réellement pour leur sécurité et leur tranquillité.

Nom ou initiales: 
Groupe des élus l'ambiton à gauche pour Saint-Denis

Suite à la violente prise de position de l’adjoint à la Tranquillité Publique concernant la situation des effectifs de la police municipale, Slimane Rabahallah a décidé de rendre sa délégation, tout en voulant rester adjoint au Maire avec les indemnités qui s’y rattachent.

Nous prenons acte de cette démission mais nous interrogeons sur le maintien du M. Rabahallah dans l’exécutif municipal, ainsi que des autres élus du groupe PSG qui se sont montrés solidaires avec lui, après sa virulente critique de Laurent Russier et de la Direction Générale. Comment est-il possible que M. Rabahallah et les élus PSG restent Maires adjoints et dans la majorité municipale après une telle déclaration. En charge de la Tranquillité Publique depuis 4 ans, ce dernier n’a fait qu’accompagner la politique d’affichage de la municipalité, sans qu’à aucun moment nous n’ayons ressenti un changement de braquet sur les questions de sécurité au niveau local.

Seuls les élus du groupe d’opposition L’Ambition à gauche pour Saint-Denis n’ont cessé de pointer du doigt le décalage entre le nombre de postes officiellement ouverts et la réalité de la présence de policiers municipaux sur le terrain. Les propos de M. Rabahallah ont au moins le mérite de confirmer ce que nous n’avons cessé de dénoncer depuis le début de ce mandat : l’affichage de la sécurité comme priorité de l’action de la municipale relève de la communication.

Nous constatons tous que la Police Municipale est de moins en moins présente dans la ville, avec pour seule priorité la verbalisation du stationnement. Que ce soit sur les effectifs de la police municipale ou encore sur la mise en place de la vidéoprotection, la ville est en échec permanent sur les problématiques de sécurité, préférant comme toujours se tourner vers l’Etat pour réclamer plus d’effectifs de policiers nationaux alors qu’elle ne fait rien pour pourvoir les postes de sa propre police municipale !

Alors que nous connaissons une recrudescence d’évènements violents, d’agressions où de vols notamment dans le centre ville, d’une augmentation croissante des vendeurs à la sauvette, les Dionysiens ne peuvent se permettre d’avoir une police municipale qui tourne au ralenti du fait de mauvais choix politique du Maire et de sa majorité.

Enfin, ce nouvel épisode de la dislocation de la majorité municipale démontre aux Dionysiens que le seul moyen de changer de politique pour Saint-Denis est de changer de Maire et de majorité.

Slimane Rabahallah rend sa délégation mais veut rester dans l’exécutif avec ses indemnités

Réactions

Pardonnez mon ignorance ou ma perte de mémoire mais j'ai oublié les noms de vos élus et de quelle tendance politique ils sont issus?

oui effectivement c'est quoi ce groupe "ambition à gauche" et qui sont les élus rattachés à ce groupe. C'est nouveau çà vient de sortir!!!

Le groupe "L’Ambition à gauche pour Saint-Denis"
Encore de la communication signée du Parti Socialiste.
La même communication qui a conduit a la ruine de la France et a la mort de leur parti.

Monsieur Macron méprise Saint-Denis en refusant des effectifs supplémentaires de policiers nécessaires à la tranquillité des Dionysiens. Monsieur Rabahalla méprise, mais d'une autre manière, depuis qu'il a pris ses fonctions comme maire-adjoint à la "Tranquillité" publique les Dionysiens: souvent absent lors des réunions publiques sur la délinquance et la violence dans notre ville, muet lorsqu'il est présent, attaché à son téléphone portable (autre forme d'absence) toute la durée de la réunion. Chaque fois qu'au nom des locataires de mon quartier je l'ai sollicité par courrier sur les problèmes d'occupation de l'espace publique, des nuisances sonores et du trafic de drogue, il n'a daigné répondre (peut-être alors remplaçait-il un policier municipal en congé). Il a renoncé, de fait, par son silence,son manque d'action et son absence au côtés de ses concitoyens à les aider, les soutenir face à des situations vécues insupportables : ne rien faire dans ce cas -ci n'est-ce pas un lâche renoncement? Il regrette de n'avoir pas pu mener à bien sa délégation, mais que ne l'a-t-il dénoncé plus tôt? Au moins les nombreux habitants qui ne le connaissent pas auraient su qu'il existait, auraient pu mettre un nom sur un visage et auraient pu avec lui, comme l'a fait Mr Russier à plusieurs reprises auprès du Préfet ou, du Ministre de l'Intérieur exiger des effectifs supplémentaires. Au plaisir...de ne plus vous revoir Monsieur Rabahalla. Je sais que la situation que connaît notre ville , comme beaucoup d'autres, est la conséquence des politiques portées par les gouvernements successifs, que les services publics, dont celui de la police, ont été lourdement amputés. C'est parce que je le sais et le comprends qu'il faut, avec les élus en lesquels nous croyons, rallumer l'espoir contre ceux qui l'éteignent. Les inégalités existent aussi dans le domaine de la tranquillité publique et nous écarte de la République, elles sont souhaitées et construites par ceux qui ont les richesses et le pouvoir. C'eût été tout à votre honneur, d'homme de gauche, Monsieur Rabahalla, des les combattre.

Bonjour
@Christine.
Avec des mots comme les vôtres... On pourrait presque croire que L. RUSSIER a œuvré pour la sécurité des habitants et que la situation de la ville est à cause du méchant ETAT. J'aurais envie de dire D. PAILLARD sort de ce corps... allez je le dis.

Pour remettre les choses dans leurs contextes... Exiger des effectifs supplémentaire dans le journal le Monde, libération ou l'humanité, ce n'est pas AGIR.

La situation de la ville de Saint Denis a été voulu. Vouloir la misère des roms, des sans papiers, des sans logis sur un territoire déjà extrêmement fragile a eu pour conséquences un accroissement fort de la pauvreté dans la ville.
La gestion urbaine de proximité et son échec à Saint Denis le prouve malheureusement. Ceux qui ont une petite situation n'acceptent pas de vivre dans la promiscuité et la crasse. Ils ne restent pas.

C'est aussi l'honneur de L. RUSSIER de combattre les inégalités. Au lieu de cela, il les aggrave pour rester au pouvoir.

@Christine Je ne peux pas y croire, voilà les pyromanes de la Municipalité qui crient au feu en espérant que leur inaction passera inaperçue !

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur