Sports

Football féminin
/ L’AB Saint-Denis sans terrain fixe

L’Association du Barça (AB) de Saint-Denis a lancé cet été sa section féminine de football. Mais faute de créneau disponible en semaine, le groupe est contraint de s’entraîner en salle.
Samedi 4 novembre, les filles de l'AB Saint-Denis disputaient leur premier match officiel contre Rueil-Malmaison. (©) Yann Mambert
Samedi 4 novembre, les filles de l'AB Saint-Denis disputaient leur premier match officiel contre Rueil-Malmaison. (©) Yann Mambert

Depuis plusieurs années, l’Association du Barça (AB) de Saint-Denis se développe à vitesse grand V. Parti d’une dizaine d’adhérents avec la section futsal en 2010, le club annonce aujourd’hui 300 membres environ. Une ascension qui a poussé Arnaud Chéron, son fondateur, à créer une section féminine de football. « L’an dernier, je me suis rendu compte que la demande était forte, que ce soit chez les petites comme les grandes, explique le président de 35 ans. Le football féminin est en plein développement et je n’étais pas sûr qu’une seule structure à Saint-Denis pouvait accueillir tout le monde. »

Après un séjour en Algérie avec le staff actuellement en place, composé de Nasser Izouaouen et Salim Berkani, et des joueuses du Racing, le club féminin phare de la Ville, Arnaud décide de franchir le pas.Une initiative payante puisqu’à l’heure actuelle, il compte dans ses rangs « une centaine de filles, de 6 à 36 ans. J’ai récupéré des filles motivées et qui prennent plaisir à venir. Elles viennent d’un peu partout en Île-de-France, ce n’est pas réservé exclusivement aux Dionysiennes. » 

Pas de concurrence avec le Racing 

Si le nombre d’adhérentes est plus que positif pour une première année, la section fait avec les moyens du bord, notamment au niveau des infrastructures. « C’est simple, nous n’avons qu’un seul créneau officiel : celui du samedi pour les matches, souffle Arnaud, qui tente de trouver une solution depuis plusieurs semaines auprès de la Municipalité. Pour les seniors, je suis obligé de les faire s’entraîner au gymnase du lycée Paul-Éluard. » Pour les plus petites, le club se rend sur le terrain de proximité, près de l’établissement scolaire, en espérant que personne ne l’emprunte aux heures d’entraînement…

« Heureusement que je connais un peu de monde là-bas et qu’ils me laissent le terrain, sinon les gamines ne pourraient pas s’entraîner. » Une situation complexe que remet en cause le président de l’AB Saint-Denis. « Soit on veut me mettre des bâtons dans les roues, soit c’est à cause de la pseudo-concurrence que l’on pourrait faire au Racing. Mais nous n’avons rien à voir. Ils ont l’ambition de monter en D2 – ce que je leur souhaite sincèrement – alors que de notre côté, nous voulons juste accueillir les autres filles qui veulent jouer au football pour se faire plaisir et ne pas être à fond dans la compétition. Je pense qu’il y a de la place pour tout le monde à Saint-Denis. »
En attendant de trouver une solution, le club continuera de partager ses créneaux de futsal avec les nouvelles adhérentes de la section football.

Alexandre Rabia

Une première encourageante

Pour le premier match officiel de sa jeune histoire, l’AB Saint-Denis avait fort à faire le week-end dernier face à Rueil-Malmaison en Coupe de France. Opposées à un pensionnaire de R1, le plus haut niveau régional, les Dionysiennes se sont inclinées 5 à 2. « On fait une très mauvaise entame de match avec trois buts encaissés rapidement, détaillait le président Arnaud Chéron après la rencontre. On était mieux en seconde période et on est même revenu à 2-3. Malheureusement, les filles ont craqué en fin de match. » Une défaite logique, à deux semaines de la première journée du championnat de D1 contre Villepinte. « Même si on a des filles très douées dans l’équipe, ce sera une première année de transition sans fixer d’objectif sportif. » 

AR

Pour en savoir plus: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.